Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 09:30
L'éditeur, le diffuseur et le libraire.

Ce pourrait être le titre d'une fable. Mais c'est une histoire vraie (hélas, serais-je tenté de dire) qui s'est déroulée en moins de 48 heures chrono. Qu'en en juge par cet échange de courriels.

En le publiant, La Cité des sens reste fidèle à sa vocation d'édifier les jeunes générations ou les «non-professionnels » peu au fait des complexités et des difficultés à concilier les intérêts des uns et des autres dans le « monde de la culture » qu'il serait fallacieux de considérer comme un long fleuve tranquille.

 

 

 

le 28/01

message reçu par Jean-Claude Pompougnac

Bonjour,

 

Vous souhaitiez commander l’ouvrage [titre de l'ouvrage] . J’ai eu l’éditeur au téléphone ce jour.

Ce dernier n’étant pas en région parisienne, il faudra compter 3 euros de frais de port pour obtenir ce livre.

Souhaitez-vous maintenir votre commande ?

Merci de nous recontacter par mail ou par téléphone.

 

Librairie [Nom de la librairie]}

 

 

Suite à la réception de ce message, je me rends sur le site de l'éditeur où je constate que je peux lui commander directement l’ouvrage et le recevoir moyennant 1 € de fais d'envoi.

Je lui téléphone afin de comprendre pourquoi mon libraire devrait payer 3 €. Il me semble perplexe et me communique les coordonnées de son diffuseur. Je consulte le site de ce dernier et constate que les particuliers peuvent lui commander l'ouvrage moyennant 3,5 € de frais d'envoi  (que les libraires peuvent égalemnt commander en ligne mais je n'ai pas accès à cet onglet) Il diffuse dans un certain nombre de librairies en France, à Paris mais pas dans ma banlieue.

 

29/01

de Jean-Claude Pompougnac à [nom de l'éditeur]

 

Les pratiques commerciales de votre diffuseur me semblent très discutables !

 

[Liens vers le site du diffuseur]

 

 

29/01

De [nom de l'édteur] à Jean-Claude Pompougnac.

 

Merci pour votre mail… Je vais en discuter avec lui…

 

Bien cordialement,

 

29/01

de [nom du diffuseur]à Jean-Claude Pompougnac

 

Bonjour Monsieur,

Je viens de recevoir un mail de [nom de l'éditeur] des éditions [nom de la maison d'édition]où vous contestiez nos pratiques commerciales...
Est-il possible de connaître plus précisément vos griefs sur notre structure ?
Il s'agit avant tout de pouvoir améliorer notre travail
cordialement
[Nom du diffuseur]

 

29/01 vers 20 h

de Jean-Claude Pompougnac

 

Bonsoir,

 

J'ai écrit "discutables" et merci de poursuivre la discussion.

J'ai commandé dans ma librairie de banlieue parisienne un ouvrage édité par [nom de la maison d'édition] et j'ai reçu la réponse suivante. :

Vous souhaitiez commander l’ouvrage [...]. J’ai eu l’éditeur au téléphone ce jour.

Ce dernier n’étant pas en région parisienne, il faudra compter 3 euros de frais de port pour obtenir ce livre.

Souhaitez-vous maintenir votre commande ?

Merci de nous recontacter par mail ou par téléphone.

J'ai consulté le site de l'éditeur qui propose d'envoyer l’ouvrage à son prix public (et unique : loi sur le prix unique du livre) avec des frais d'envoi de 1 euro.

 

Je lui ai téléphoné  en lui expliquant que, fervent défenseur des librairies, je ne souhaitait pas commander directement à l’éditeur (pas plus qu'à FNAC ou Amazon) et je lui ai demandé qui diffusait sa production.

 

Je suis allé sur votre site et j'ai constaté que vos frais d'envoi aux particuliers étaient de 3,5 euros. 

 

J'ai également compris que votre diffusion était assurée dans un certain nombre de librairies (à Paris, pour ce qui me concerne) et j'ai supposé que vous facturiez des frais d'envoi aux autres.

Je sais que les libraires paient des coursiers lorsque le diffuseur n'est pas situé trop loin. Je suppose donc que vous êtes situé loin de Paris et que vous souhaitez récupérer les frais d'envoi... je ne comprends pas la différence entre ceux de l'éditeur et les vôtres.

 

Bien cordialement.

 

 

Le 29 janv. 2015 à 22:18,

[Nom du diffuseur] a écrit :

 

Bonjour,

Effectivement, Je dois reconnaître que la situation peu sembler ubuesque...
Une situation qui révèle également les difficultés que nous rencontrons, petites structures indépendantes, dans ce vaste marché du livre !
L'association  [nom de la structure de diffusion] a vocation de rendre accessible au plus grand nombre, les inventions et les expérimentations issues de ce laboratoire qu’est la micro édition. 
Elle soutient la création et la réflexion des éditeurs dits « de taille restreinte » (à la différences des gros éditeurs, car on peut être petit et grand dans l’édition) en leur donnant accès à leur lectorat. 

[Titre de l'ouvragede [Nom de l'auteur] a été tiré à moins de 1000 exemplaires. Nous sommes loin des chiffres d'un Merci pour ce moment (sic)

Etant basé à [nom d'une ville située en région], notre structure ne bénéficie pas du service de coursier et devons envoyer par La Poste, les ouvrages commandés par les libraires.
En raison du coût, pour toute commande d'un ouvrage, nous facturons les frais de port au libraire mais sachez qu'à partir du deuxième ouvrage commandé (tout titre confondu), les frais ne sont plus que de un euro par commande !
Un libraire avisé et respectueux de notre travail trouvera facilement un ouvrage pour compléter sa commande. Ne serait-ce que de prendre un deuxième exemplaire de la commande client.
Un libraire avisé et respectueux de ses clients trouvera facilement, pour cette commande unique, dans sa marge (35%) de quoi assumer les frais de port et ainsi fidéliser le lecteur.
Il est tout de même surprenant que certains libraires tout en revendiquant haut et fort leur indépendance, s'abaissent (pour un profit à court terme) à favoriser ce qu'ils condamnent en particulier AMAZON.

Malheureusement, de nombreux libraires ne peuvent pas ou ne veulent pas prendre le temps de découvrir notre travail et faire l'effort (il est vrai, s'en est un) de s'informer sur les lisières de la création contemporaine.
Mais comment pouvons nous avoir le même fonctionnement que Le Seuil ? Comment rémunérer des commerciaux avec des tirages de 500 parfois 1000 exemplaires d'une publication...
Malgré ce constat au goût amer, nous défendons nous aussi la librairie indépendante. Toute commande sur notre site est majorée de 3,5 euros. Ne pouvant adapter le frais postaux réels en fonction du poids de chaque commande, nous avons pris le coût moyen... L'éditeur a choisi 1 euros. Tout en respectant la librairie, puisque là aussi l'achat est moins avantageux que chez un libraire (avisé et respectueux...), il est heureux, qu'une petite structure éditrice puisse ainsi constituer une fragile  trésorerie.

En espérant avoir répondu à votre question,
je vous souhaite une excellente année 2015

Cordialement
[nom du diffuseur]

 

le 30/01 à 8 h 53

De l'éditeur à Jean-Claude Pompougnac

Bonjour et merci à [prénom du diffuseur] pour sa réponse très argumentée.

 

Pour ma part, je sais que je n'existerais pas sans les libraires mais ils ne sont pas tous aussi à plaindre qu'ils le disent… Les libraires avec lesquels je travaille en direct dans ma ville [nom d'une ville située en région] gagnent beaucoup mieux leur vie que moi (il suffit de comparer leurs appartements au mien) et pourtant ils ne me font pas de cadeau même s'ils savent à quel point mon activité est fragile (je dépose des livres chez eux en direct, ils exigent 40% de remise et mettent au minimum 6 mois à me régler…).

 

Bref, je me dis que votre libraire pourrait peut-être comprendre que les conditions de vente sont un peu moins intéressantes pour lui quand il commande un livre d'un petit éditeur en passant par un petit diffuseur… Même s'il gagne un peu moins d'argent, il en gagne un peu quand même et il vous fidélise…

 

Bonne journée,

[nom de l'éditeur]

 

 

le 30/01 à 10 h 17

de Jean-Claude Pompougnac à [nom de la librairie]

Bonjour,

Suite à ma commande et à votre réponse :

Vous souhaitiez commander l’ouvrage  [...]. J’ai eu l’éditeur au téléphone ce jour.

Ce dernier n’étant pas en région parisienne, il faudra compter 3 euros de frais de port pour obtenir ce livre.

Souhaitez-vous maintenir votre commande ?

Merci de nous recontacter par mail ou par téléphone.

 

j'ai pris contact avec l'éditeur et le distributeur. Je crois utile de vous faire part de leurs éclaircissements.

 

[suivent copies des messages ci-dessus]

 

Jean-Claude Pompougnac

 

à 10 h 30

de [nom de la libraire]


 

Bonjour Monsieur Pompougnac

 

Je trouve indigne ce que vous répond cet éditeur.

Les frais de port en l’occurrence représentent 20% du prix du livre soit plus de la moitié de notre marge ;

La marge nette d’un libraire après paiement de toutes les charges qui lui incombent est dans

Le meilleur des cas 1.5% (moyenne nationale et au bout de 12 ans d’activité je n’ai toujours pas atteint cette marge).

Par ailleurs, j’ai en librairie 120000 euros de stock, ce qui est très lourd pour une structure comme la mienne ;

Je défends autant que faire ce peut la création mais comment voulez-vous qu’à chaque demande d’un client,

je commande un exemplaire supplémentaire pour faire plaisir à l’éditeur ?

Vous  pouvez lui faire suivre ma réponse si vous le souhaitez, et merci de nous préciser si vous maintenez ou non votre commande.

Bien cordialement

 

[nom de lé gérante]

 

30/01 à 10 h 38

de Jean-Claude Pompougnac

 

Bonjour,

Merci de votre réponse.
Par chance, je connais un peu les complexités de ce que l'on appelle parfois la "chaîne du livre" (qui n'est pas franchement marquée par un grand élan de solidarité) pour m'abstenir de porter un jugement sur tel ou tel de ses acteurs.

C'est le second "petit" éditeur qui me suggère implicitement de commander directement après de lui puisque ses 1 € de frais d'envoi sont nettement inférieurs aux 3,5 € de son distributeur pour un particulier (c'est ubuesque) et 3 € pour un libraire.
Pour mémoire 2,99 € de frais d'envoi chez Amazon.

Bien entendu je maintiens ma commande (17 + 3 €)

Bien cordialement

 
Jean-Claude Pompougnac

 

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Teads - Top des blogs

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Divergences Lecture et biblis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Jack Ralite : histoire culturelle et politiques de la culture.
    Le 12 octobre 2016, le Laboratoire du Changement Social et Politique (axe « Art, culture et politique ») et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication inauguraient une première Journée Diderot « Culture et Politique » du Master...
  • Histoire culturelle et questions de genre
    En ces temps où s'accentue l'exploration des modalités sans cesse renouvelées de la domination masculine, je livre aux lecteurs de la Cité des sens le texte intégral de cette ancienne mais remarquable enquête scientifique dont voici un extrait. Question...
  • Le vivant spectacle du sexisme ordinaire
    « Monde de la culture » et harcèlement sexuel : la violence masculine n'est pas soluble dans "l'artistique" ou #balayedevantlaportedetoninstitutionlabellisée. Notes publiées une première fois en avril 2011 et mai 2016 (La Cité des sens est une veille...
  • Culture, politique, temps présent : le principe d'incertitude.
    Pour revenir sur ma précédente contribution sur le contemporain je me permets de publier de nouveau une ancienne note de ce blog De la diversité culturelle (ou : de quoi sommes nous contemporains ?) Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire...
  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...