Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 17:24

Bl 30 09 09


 

Mon métier m'a donné l'occasion d'entendre un certain nombre (un nombre certain) de discours. Parfois presque semblables à celui qui suit, trop savoureux, certes, dans sa rhétorique convenue et son génie dans l'art d'enfiler les perles et les clichés, pour être vraiment réel.

Mais presque,quand même.


La scène se passe dans un beau département, riche en patrimoine et en traditions diverses : le cadre en est un gros bourg rural, lors d’un comice agricole. Le président du conseil général, député de surcroît, fait l’honneur de sa présence. La quarantaine légère, la mèche rebelle, la chemise blanche au col ouvert, l’allure dégagée de quelqu’un habitué aussi bien aux salons parisiens qu’aux promenades dans les champs, il s’avance vers la tribune improvisée, en serrant chaleureusement les mains.

Il prend la parole, le geste ample et le verbe fleuri, et après les propos convenus sur les difficultés du temps, la nécessaire solidarité avec nos territoires ruraux, le voilà qui surprend son monde :

« Cher amis, je vais maintenant vous parler de culture. Non, n’ayez pas peur, ne sursautez pas : la culture, c’est la vie, telle que nous la souhaitons pour chacun, faite de dignité et de beauté. Bien sûr, je n’entends pas vous parler de cette culture de quelques privilégiés : il s’agit de cette culture de tous, de cette culture que nous voulons pourtous. Une culture que nous voyons populaire, exigeante et festive. Populaire, parce qu’elle renforcera notre désir d’être ensemble ; exigeante, car nous allons faire appel à des grands artistes, offrant ainsi l’élitisme pour tous ; festive, puisque rien de grand ne se fait sans la joie. En un mot, une culture citoyenne. L’objectif de notre politique culturelle, à laquelle nous consacrons d’importants moyens, c’est de réaliser la démocratisation culturelle. En même temps, nous avons le sentiment de contribuer au développement économique de nos territoires, si riches de leur diversité, adossée à nos identités plurielles. Notre magnifique patrimoine en témoigne déjà : nousallons l’enrichir d’un nouveau lieu. Car, je vous l’annonce, nous allons réaliser la restauration promise de l’ancienne conserverie désaffectée de cornichons. Ce sera l’occasion d’organiser, lors des fêtes d’inauguration, un grand colloque international, sur le thème “Conserve ou conservatoire. Faut-il tout conserver ?” Pour cet été, j’allais oublier, merci monsieur le vice-président à la culture, ce festival des arts populaires qui mariera nos musiques traditionnelles et ces musiques actuelles que prisent ardemment nos jeunes. Car c’est pour nous un devoir de souder notre jeunesse autour de nos valeurs : elle est l’avenir de nos pays. On prête au président Herriot cette boutade : “La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié.” Permettez-moi de croire irrévérencieusement que la culture, c’est avant tout de ne rien oublier. Je vous remercie de votre attention. »

(Applaudissements nourris pendant qu’éclate le bruit des bouchons).


Ce bel exercice de style est extrait d'un ouvrage qui paraîtra demain jeudi 1er octobre (ce blog est vraiment une machine à scoop!).

J'ai croisé son auteur, jadis... (microcosme, quand tu nous tiens...)

Alors cherchez bien... sinon rendez-vous bientôt pour la réponse.

* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

Loizo 01/10/2009 00:23

Je sentais bien qu'il y avait du bourguignon dans cette écriture...

R. 30/09/2009 21:13

Son auteur, CP, ici à gauche sur votre blog..."Pas de venelle pour Gralois"? Une vraie machine à scoop en effet ! Merci à vous.

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...