Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 21:37

Photo-Ma-Nuit-chez-Maud-1969-1

Ou: Qui n’entend qu’un son n’entend qu’une cloche (compte moral).

Le rapport de Marc Tessier sur la numérisation du patrimoine écrit a donné l’occasion à l’actuel titulaire des bureaux de la rue de Valois de s’en prendre à Google et à la ville de Lyon

Au sujet des accords passés avec Google, il considère comme «une erreur» l'engagement pris par la bibliothèque de Lyon, mais il ajoute: «Nous ne sommes pas des anti-Américains primaires. La question, ce n'est pas Google, Microsoft ou Yahoo!, mais la façon dont la France doit s'y prendre, avec des partenaires privés, dans la constitution de la plus grande librairie virtuelle au monde à partir de nos collections».

«Je n'ai pas envie de me passer de Google. Mais il existe d'autres opérateurs privés potentiels. Et nous ferons monter en puissance le portail Gallica de la BNF.»

D'après le ministre, qui a rencontré en décembre le vice-président de l'entreprise, David Drummond, la firme « s'est faite moins conquérante et confiante dans sa communication ».

 

Ca tombe bien, Patrice Beghain, l’ancien adjoint à la culture de Lyon tient un blog et, dans une note du 12 janvier dernier, il revient sur l’affaire.

La remise du rapport Tessier fournit à nouveau l'occasion à certains de critiquer l'accord passé entre la Ville de Lyon et Google, que je suis fier d'avoir initié en 2007 avec Patrick Bazin, le directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon, grâce au soutien de Gérard Collomb. Il convient donc à nouveau de dénoncer quelques contre-vérités. L'accord ne concerne que les documents antérieurs à 1900, donc la question du droit d'auteur ne se pose pas. L'accord spécifie que Google remet une copie des documents numérisés à la BM de Lyon, qui peut les utiliser sur son propre site; Google vient même d'accepter que la BM puisse partager ces fichiers avec d'autres sites publics, ce qui rend caduque la polémique sur l'exclusivité et sa durée, qui ne concerne que d'autres opérateurs privés, qui n'avaient qu'à se porter candidats à l'appel d'offres. Enfin l'accord n'engage aucun centime d'argent public,tandis qu'il faudra quand même régler les intérêts des 750 millions obtenus, dans le cadre du "grand" emprunt, par le ministère de la culture, qui semble au reste ne les destiner qu'à ses propres institutions, sans prendre en compte l'apport spécifique des fonds patrimoniaux des collectivités territoriales.

On en profitera aussi pour réviser ses fondamentaux, sur En pleine culture, le blog de Françoise Benhamou.

 

Du copyright anglo-saxon et du droit d’auteur à la française .

Le copyright américain est fondé sur un principe constitutionnel. Pourtant, sa philosophie est utilitariste. A l'inverse, le droit d'auteur relève d'une philosophie de la création, même si ses incidences économiques sont considérables.

(…)

Un autre élément joue un rôle fondamental dans la distinction entre droit d'auteur et copyright, c'est le droit moral, central dans le cas du droit d'auteur et quasiment absent du copyright.

Lire la suite …

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...