Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 21:32

Dans sa dernière note (qui date quand même de l’an dernier) Gaël Bouron présente «le  passionnant rapport présenté par le député socialiste Marcel Rogemont sur le budget 2010 du ministère de la Culture ».

La première partie apporte assez classiquement des précisions sur la répartition de ce budget qui affiche comme toujours une hausse globale mais des disparités assez remarquables dans le détail des programmes. On peut ainsi constater à travers de nombreux tableaux très précis une hausse importante des ressources pour le programme Patrimoine et une quasi stagnation des ressources pour les programmes Création et Transmission des savoirs. On apprend par exemple au détour de ces pages une baisse de 39% entre 2009 et 2010 des crédits consacrés aux pratiques amateurs et une baisse de 8% des crédits consacrés à la diversité culturelle. Crédits pourtant déjà très faibles....Le rapport consacre par ailleurs plusieurs pages très sévères au Conseil de la création artistique : "le rapporteur pour avis dénonce vigoureusement la création et l'objet même de cette structure ad hoc, comme s'il fallait compenser l'indigence des crédits alloués à la démocratisation culturelle par des initiatives complètement déconnectées de l'action menée sur le terrain". Il démonte un à un les 10 "projets" déjà présentés par le Conseil et prouve que les crédits de cette structure ont bien été pris sur le budget du ministère de la Culture et que des projets ont été bloqués du fait de sommes destinées à ce Conseil et mis en réserve.

 Lire la suite.

Il signale aussi l'étude menée par l'Observatoire des politiques culturelles sur les pratiques culturelles des Grenoblois, citée dans le même rapport, et extrêmement éclairante.

En dehors de la dualité Paris / Province existe dans chaque ville une dualité Centre / Périphérie et une dualité publics des institutions culturelles / non-publics de ces institutions. Existent par ailleurs des pratiques amateurs qui peuvent être complètement dissociées de pratiques de fréquentation. Ainsi, pour être efficace, une politique culturelle devrait s'appuyer davantage sur les structures de proximité non spécifiquement dédiées à la culture (écoles, centres sociaux, MJC...) conçues comme des espaces transitionnels d'accès à la culture. Je reviendrai peut-être sur cette passionnante étude dont on peut trouver des éléments ici : http://sites.google.com/site/bozonnet2/sociologiedespratiquesculturelles. En attendant, l'analyse du budget actuel du Ministère permet de dire qu'on ne se dirige pas vers un tel chemin... Pour paraphraser un ancien premier ministre : non seulement la pente est forte mais la route n'est pas droite !

Elément qui vient s’ajouter au précédent : un nouveau rapport parlementaire sur le spectacle vivant vient de sortir, celui du député Richard Dell’Agnola

Le soutien de l’État au spectacle vivant a fait l’objet d’une mission d’audit de modernisation en 2007, qui portait plus particulièrement sur les modalités d’attribution des crédits d’intervention .

La mission avait souligné la très forte progression des crédits attribués au spectacle vivant au cours de la période 2000-2005, ainsi que des disparités notables entre réseaux et entre disciplines. Elle décrivait aussi l’accompagnement par l’État de l’effort consenti par les collectivités territoriales, accompagnement qui selon les cas, compense la faiblesse de leur apport ou se repose sur leur engagement lorsque celui-ci est important. La part du financement régional, variable, peut en effet atteindre 80 % du montant affecté au spectacle vivant pour une région donnée.

De façon générale, les analyses consacrées à ce domaine font apparaître une multiplication des structures et une complexité du dispositif de soutien, les premières comme le second s’étant constitués par « empilement historique ». Il en ressort une politique peu lisible, notamment dans sa présentation budgétaire, et qui se prête mal au contrôle de l’amélioration de la performance.

Afin de disposer du point de vue de la Cour des comptes sur ce dispositif et sur les moyens de préserver les acquis, tout en améliorant l’efficacité de l’ensemble des financements publics, la commission des Finances a demandé à la Cour, le 4 décembre 2008, de procéder à une enquête sur les dépenses d’intervention du budget de l’État en faveur du spectacle vivant, en application des dispositions du 2° de l’article 58 de la loi organique relative aux lois de finances.

En réponse à cette demande, après une réunion d’orientation avec le Rapporteur spécial, la Cour a adressé une communication dressant un état approfondi des modalités du soutien de l’État au spectacle vivant. Elle constate tout d’abord que l’objectif de soutien à la création et au spectacle vivant, apparu dans les années 1960 et constamment réaffirmé depuis, a été largement atteint : l’offre de spectacle vivant est en effet riche et variée sur tout le territoire, des disparités de moyens persistant cependant mais tendant à correspondre à celles des populations. Le Rapporteur spécial se félicite de cette situation, qui profite largement aux citoyens. Toutefois, la Cour constate ensuite qu’en dépit de ce constat favorable, les prochaines années devront être consacrées à réformer et réorganiser les modalités du soutien public.

TREIZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 13 janvier 2010.

RAPPORT D’INFORMATION

DÉPOSÉ PAR LA COMMISSION DES FINANCES, DE L’ÉCONOMIE GÉNÉRALE
ET DU CONTRÔLE BUDGÉTAIRE sur la politique du spectacle vivant

ET PRÉSENTÉ par M. Richard DELL’AGNOLA, Député

C’EST ICI.

 

 

  

 

  

* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...