Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 23:23

  Th_j_a_2

 

Certains se souviennent encore peut-être que Francis Peduzzi fut (brièvement, trop brièvement, il est vrai?) président du Syndeac.

Ce qui lui permis néanmoins de publier cet éditorial.

Masculin - Féminin

Les études ont souvent pour destin les étagères du service des archives. Il serait bien que le sort de celle dont nous allons ici parler y échappe. Ou alors après avoir marqué les esprits et suscité interrogations et remises en cause. Si ces quelques lignes peuvent y aider, cet éditorial n'aura pas été inutile. Il est donc un rapport* rédigé par Reine Prat qui analyse la place des femmes dans nos professions. Dire d'abord qu'il est suffisamment bien écrit pour que l'on s'y plonge, suffisamment court pour être lu de bout en bout, suffisamment clair pour être compris, suffisamment chiffré pour être édifiant, suffisamment réaliste pour que ses propositions et pistes de réflexion soient suivies. De son contenu, nous retiendrons cette simple information: 27% des officiers de l'armée française sont des femmes. Pour une femme, il est donc plus facile de diriger un corps d'armée que de diriger un théâtre institutionnel (8%) ou un orchestre (6% des concerts programmés dans nos institutions). L'armée est moins misogyne et ségrégative que le monde artistique. De quoi perturber plus d'un rétif à l'uniforme. Évidemment, ça rend modeste. Claire Lasne**, citée dans ce rapport, le dit à sa façon. "Nous vivons dans un petit monde, construit sur des lois artificielles, et qui ne correspond en rien à la population à qui nous sommes censés nous adresser". Le propos peut paraître entier et par trop exagéré. Ce n'est pas le constat implacable mis en évidence par ce rapport qui va lui donner tort. La femme est peut-être l'avenir de l'homme. Manifestement, pour le spectacle vivant, il y faudra un peu de temps et beaucoup de volonté.

Francis Peduzzi

*Il est intitulé Mission EgalitéS, Pour une plus grande et une meilleure visibilité des diverses composantes de la population française dans le secteur du spectacle vivant, Pour l'égal accès des femmes et des hommes aux postes de responsabilité, aux lieux de décision, à la maîtrise de la représentation. Le titre est long mais a l'avantage de bien expliciter son sujet. Ce rapport est le téléchargeable en marge.

** directrice du centre dramatique régional de Poitou-Charentes, lettre du 14 décembre 2005, extrait





( cité dans ma note du 9 janvier 2007

 

 

 

Le temps passe et la question reste vive si l'on en croit l'article publié le 6 février dernier sur Libé Lyon



Culture : où sont les femmes ?

De l’écrasante domination masculine dans la culture, aussi

Culture  - Elles s’amusent et s’esclaffent à l’avance des réactions que pourrait susciter leur intervention, ce vendredi. « On sait très bien que les hommes vont vachement avoir envie de pisser et fumer au moment où on va prendre la parole ! » prévoit malicieusement Sylvie Mongin. Fondatrices de l’association H/F, Christine Bolze, Sylvie Mongin, Géraldine Bénichou et Françoise Barret ont rédigé dans la joie et la bonne humeur un texte qu'elles vont lire lors de la grand’messe du spectacle vivant organisée par la Région Rhône-Alpes (1), et qui rappelle le déséquilibre abyssal entre hommes et femmes dans l’attribution des responsabilités et des subventions dans le domaine du spectacle vivant...

Un chiffre pose le problème : « 95% du budget alloué en 2008 par l’Etat à la culture en Rhône-Alpes est géré par des hommes », souligne Géraldine Bénichou, metteuse en scène du Théâtre du Grabuge. Face à ce constat sévère, l’association veut, résume Sylvie Mongin, metteuse en scène de la compagnie Les Trois-Huit, profiter de la tribune accordée pour « demander quelles actions la Région – et au-delà, les collectivités publiques et les professionnels - va mettre en place pour que l’égalité H/F, inscrite dans la constitution et les lois, soit appliquée au spectacle vivant ». Les nombreux participants à ces « rencontres pour le spectacle vivant » auraient bien tort de profiter de leurs dix minutes d’intervention pour aller fumer une clope ou se soulager. Car la situation révélée par ces chiffres édifiants a de quoi les interpeller vivement !

L’association H/F est née après un rapport commandé en 2006 par le ministère de la Culture sur l’égalité des hommes et des femmes dans le spectacle vivant (2).  Il soulignait notamment que 92% des théâtres co-financés par l’Etat sont dirigés par des hommes, que 97% des musiques entendues dans nos institutions sont composées par des hommes, que parmi les spectacles créés en 2003 et 2004, 85% ont été écrits et 78% mis en scène par des hommes. Plus grave, il révèle enfin que le montant moyen des subventions attribuées aux scènes nationales est bien moindre (de l’ordre de - 30%) quand elles sont dirigées par une femme (3). « De façon générale, moins il y a d’argent, plus il y a de femmes !» résume Géraldine Bénichou, qui redoute que l’actuel désengagement de l’Etat dans la culture, parce qu’il touche d’abord les moins nantis, accentue encore ce déséquilibre.

A la parution de ce rapport, plusieurs actrices culturelles de Rhône-Alpes avaient été invitées au ministère de la Culture pour en débattre. « On a vu tout de suite que ce rapport ne serait pas enterré. Du coup, on a eu envie de lancer ces analyses au niveau régional », raconte Sylvie Mongin. Résultat : « c’est un peu pire ! » en Rhône Alpes, sourit la metteuse en scène, qui souligne que pas un seul centre dramatique national (CDN) ni aucune scène nationale en Rhône-Alpes n’est dirigée par une femme. Une exception remarquable cependant : la Ville de Lyon compte de nombreuses femmes à la tête de ses institutions culturelles, dont Claudia Stavisky au Théâtre des Célestins, et Sylvie Ramond au Musée des Beaux-arts (3).

La culture, qui se projette volontiers à l’avant-garde de la société, serait-elle encore plus rétrograde que l’armée ou les grandes entreprises, aujourd’hui mieux placées en terme de parité ? « Il y a la prétention d’innover, mais on n’est jamais que le buvard de l’état du monde » soupire Sylvie Mongin. « C’est grave ! La culture c’est aussi la façon dont une société se raconte. Qu’elle soit aussi largement dominée par les hommes, c’est juste pas possible ! » prolonge Géraldine Bénichou, avant de partir dans un grand éclat de rire, très vite communicatif. « Il y a quelque chose d’assez joyeux dans cette prise de conscience, poursuit Sylvie Mongin. Elle permet une relecture du monde sous un angle de vue renouvelé, amusant et stimulant. Il faudrait que le public partage ce rire-là et qu’en ouvrant un programme qui ne compte aucune auteure ni metteuse en scène, il trouve que c’est une plaisanterie ! »

 

Lire la suite

 



Cette note du 8 mars, dite journée de la femme, n'est pas ici de circonstance. Plutôt une question persistante de ce blog.

 

Note du 1er octobre 2008

 

 

Note du 1 avril 2008

Le mouvement féministe, qui a pris de l’ampleur en Europe et gagne en reconnaissance, se trouve confronté dans le même temps à un risque de dilution et de brouillage de ses objectifs, à un affaiblissement de ses capacités de mobilisation.

Face à un pouvoir patriarcal omniprésent et face à des pouvoirs politiques très résistants et capables d’intégrer certaines revendications des femmes sans pour cela remettre en question le rapport de forces établi en leur faveur, le mouvement féministe doit aujourd’hui repenser sa stratégie et oser poser la nécessité non seulement de préserver et d’acquérir des droits mais aussi de construire une puissance politique.

 

 

 

 

Note du 26 mars 2008

 

 

 

Note du 20 janvier 2008

 

 

 

Note du 14 septembre 2006

 

 

 

 

 

= = = = =

 

 

 

 

* * * *

Pompougnac 12     

= = = = = = Découvrez BlogMemes

= = = = = = blogmemes"

 

 

compteur pour blog

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Le genre et la culture.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...
  • Le spectacle de la tragédie et la violence de l'Histoire.
    RETOUR SUR AVIGNON 2016 En juin dernier [juin 2016], j'avais signalé ici-même que l e Festival d’Avignon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la FNCC et l’Observatoire des politiques culturelles avaient décidé de se...