Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 16:51

Rousseau

= = = = = =
Qu’est-ce qu’être intelligent ? demandent aujourd’hui Juliette Chiche et Gilles Blanc-Brude sur leur blog Que pensent les philosophes ?
Ce couple de blogueurs se présente ainsi : par deux jeunes professeurs de philosophie, familiers des philosophes et les voulant accessibles. J’aime ce « jeunes professeurs de philosophie ». Leurs photos d’ailleurs l’attestent fort agréablement. Comme j’aime, je l’ai déjà écrit ici, l’expression « philosophe de formation » qui m’en rappelle une autre : « curé défroqué ».
Bon, mais alors qu’est-ce qu’être intelligent ? Je cite :

Pourquoi certains, si doués pour manier les nombres, sont-ils aussi maladroits avec leurs semblables ? A l’inverse, comment se fait-il que d’autres, si perspicaces en société, se rebutent dès qu’on parle mathématiques et sciences ? Il arrive que les deux talents soient réunis, mais le fait qu’ils soient souvent dissociés montre qu’il s’agit de capacités distinctes qui, sans être incompatibles, se cultivent différemment.
Il y a des esprits qui comprennent seulement ce qui se laisse expliquer au moyen de définitions et d’axiomes. De là ils tirent aisément toutes sortes de conséquences. A ceux-là conviennent l’algèbre et la géométrie, car les principes y sont explicites et peu nombreux, et les preuves suivent un ordre progressif. Mais cette méthode étant peu applicable aux rapports humains, ils y raisonnent ordinairement fort mal.
D’autres en revanche savent saisir les nuances d’une situation ; ils embrassent d’un coup d’œil tous les éléments en jeu et prennent judicieusement la décision qui s’impose. Ils seraient incapables de démontrer par ordre ce qu’ils sentent, car les facteurs sont innombrables, et pourtant ils pensent juste. Mais cette sorte de tact ne les aide guère dans les questions techniques.
Cette différence entre esprit de géométrie et esprit de finesse, comme disait Pascal, souligne l’inconvénient de séparer formation littéraire et scientifique. Ceux qui ne sont que géomètres seront naïfs et sans délicatesse pour conduire les hommes ; et ceux qui ne sont que fins manqueront de précision pour manier efficacement les réalités. N’est-ce pas manquer de finesse que de vouloir cultiver l’un sans l’autre ?

La question est redoutablement redoublée : est-ce que cette distinction entre les deux intelligences est intelligente ou stupide ? Aussi stupide, par exemple, que la littérature sur l’intelligence émotionnelle. Sans aller comme Carmen Montserrat (de l’Université Autonome de Barcelone) jusqu’à affirmer que « la paranoïa est la continuation de l’intelligence par d’autres moyens » -elle n’a pas complètement tort : voyez Jean-Jacques Rousseau- je tiens qu’il n’y a en nous qu’une seule et unique source d’énergie qui nous rend tantôt stupides, tantôt intelligents ou, pour le dire autrement, que nous sommes intelligents et stupides exactement pour les mêmes raisons.
C’est pourquoi, lorsque les Inrocks avaient lancé la fameuse pétition anti-Raffarin stigmatisant « La guerre contre l’intelligence », je n’avais pu la signer, traversé que je suis depuis toujours par la ligne de front des hostilités.

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Divergences
commenter cet article

commentaires

Loizo 10/09/2007 21:48

Je ne sais plus où j'avais lu cette définition de l'intelligence, proposée par Edgar Morin : une capacité à "faire le lien" (étymologie: inter ligere). Y compris entre notre stupidité et notre finesse?
A+

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...