Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 09:16

Thtre_1

Aimzon travaille dans un théâtre et rédige le blog CultureCom

Et puis je vais au théâtre, j’applaudis, je m’ennuie, j’use des fauteuils et je finis par rester dans une salle : suave mari magno… je reçois un salaire en regardant d’un œil aiguisé les autres transpirer. En échange je scribouille des articles, donne des conseils par ci par là, papote pas mal, organise des trucs, promotionne des artistes, enseigne sporadiquement et avec mauvaise humeur la communication culturelle. J’ai une belle vie, au fil de la rumeur. Alors, toujours au hasard, je cherche. Quoi ? Une éthique qui viendrait des arts. Hips, ça s’arrose !

Ce qui donne ce genre de chronique, véritable plongée dans le réel artistique et politique.

Entendu ce matin pendant un rendez-vous avec un adjoint aux affaires culturelles d’une ville de 20 000 habitants.

"Bon je vous le dis tout de suite: j'ai pas de budget. Le maire préfère investir dans le sport."

" Je voudrais plutôt des spectacles qui s’adressent à des élèves de quatrième et de troisième. On a pour les petits la marionnette, pour les grands le café-théâtre, l’impro, mais on n’a rien pour les quatrième troisième. "
" Ce spectacle là par exemple, je le prendrais pas : " un homme et une femme se déchirent". C’est trop noir. J’avais vu un drame qui mettait en scène des enfants au sein d’un divorce, c’est quand même pas bien pour les jeunes. "

" Il faut sortir les jeunes de leur collège et de leur lycée aussi, pas tout leur amener dans leurs salles de classe: il faut qu'ils sortent, sinon ils sont passifs, ils consomment."
" Si si, j'ai bien aimé ce spectacle, je trouve qu'il a vraiment une grande résonnance pour le théâtre actuel. Mais il y a des passages qui, je crois, pourraient choquer mon public. Moi ça m'a plu, mais je ne le programmerais pas dans ma ville: JE PENSE QUE CE N'EST PAS POUR MON PUBLIC. Moi je suis assez ouvert(e) sur le théâtre qui comme ça développe des idées, mais ma (mon) compagne (conjoint) n’a pas du tout aimé : elle/ lui préfère les spectacles un peu plus… enfin je me souviens plus vraiment pourquoi il/elle n’a pas aimé. "
" Le monde est trop violent : à la maison, à la télé, sans parler des affaires internationales… Je ne veux pas donner à voir aux jeunes des spectacles où il est question de divorce, de guerre, de… problèmes. Moi je veux une programmation qui puisse donner des valeurs positives, faire rêver un peu les jeunes. J’ai adoré Fauteuil d’orchestre parce que c’est un film qui véhicule des images positives, et on a besoin de ça quand même. J’ai pas du tout aimé Palais royal parce que, déjà c’est un très mauvais film, et en plus c’est très sombre. Le monde est trop violent, il faut qu’au théâtre on sorte un peu de notre quotidien. Il faut un peu de magie pour les jeunes. "

"Bon alors maintenant les dates: faut que ça rentre entre les moules frites du foot et le séminaire bidule. Il faut tout le temps que je me batte pour faire de cette salle un lieu culturel, mais le maire m'y colle toutes les manifestations de la ville. Si je refuse, il me dit que je suis coincé(e). Je suis coincé(e)."

"Vous pouvez vous occuper de la billetterie? Non parce que nous on doit imprimer les billets à la préfecture et ici les appels téléphoniques risquent de se perdre. En même temps il faudrait que les habitants repèrent bien que c'est de leur ville qu'il s'agit, que c'est leur ville qui organise, et que c'est dans leur ville que ça se passe."

CultureCom

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Culture, politique, temps présent : le principe d'incertitude.
    Pour revenir sur ma précédente contribution sur le contemporain je me permets de publier de nouveau une ancienne note de ce blog De la diversité culturelle (ou : de quoi sommes nous contemporains ?) Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire...
  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...