Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 08:05

Arcadi_37

Hier jeudi, je me suis rendu là :

Rencontre-débat
30 novembre 2006, 10h-13h

Le Forum Culture Europe

Dans la perspective de la présidence française de l'Union européenne en 2008, le Relais Culture Europe, Arteca et l'Observatoire des politiques culturelles mettent en place le Forum Culture Europe, espace national de réflexion sur l'Europe et la Culture. Ce Forum vise à identifier, débattre et contribuer au lien entre l'Europe et la culture. Fondé sur une démarche participative, il s'adresse aux acteurs culturels, acteurs politiques et acteurs du monde de la recherche et s'appuie sur l'organisation d'un temps annuel de débat public.

Le Forum 2006

La première de ces rencontres se tiendra le 30 novembre 2006, de 10 heures à 13 heures, au Centre Wallonie Bruxelles (Paris). Elle sera co-présidée par :
Catherine Lalumière, Présidente du Relais Culture Europe,
Catherine Trautmann, Députée européenne,
Laurent Hénart, Député de Meurthe-et-Moselle,

Elle a pour objectif de poser, éclairer et mettre en perspective deux chantiers culturels européens majeurs et leur impact sur les pratiques des acteurs culturels français.

Logo_forum

Ca se passait donc au Centre Wallonie Bruxelles, juste en face du Centre Pompidou devant lequel je suis passé avec un souvenir ému autant qu’hivernal. J’ai travaillé pendant trois ans à la Bibliothèque publique d’information avant de me retrouver rue de Valois. D’ailleurs une des premières personnes que j’ai rencontrées était une responsable de la BPI qui s’est empressée de m’inviter au 30ème anniversaire qui aura lieu en janvier. (Séquence nostalgie).

La salle était bondée avec plein de gens assis dans les escaliers. Ca a duré 3 heures et demie d’affilée, sans pause (bon, c’est vrai, je suis sorti me dégourdir les jambes une fois ou deux). Dois-je l’avouer, en général, dans ce genre de colloque ou de table-ronde, j’ai tendance à m’ennuyer assez vite? En plus, bien qu’européen convaincu, la rhétorique eurocratique me gave léger. Et bien là,  pas du tout.

Bernard Stiegler, philosophe, qui dirige le département du développement culturel de Centre Pompidou (décidément !) a fait une introduction d’une grande clarté et de haute volée ouvrant des perspectives décalées sur la culture dans notre monde contemporain. C'est-à-dire qu’il est revenu sur le passé, le productivisme, la crise de 39, la baisse tendancielle du taux de profit (Marx) et la surproduction qui fait du marketing une urgence « culturelle » : le cinéma hollywoodien comme garant artistique de la balance du commerce extérieur de l’Oncle Sam. En conclusion, on assisterait aujourd’hui, selon lui, à une baisse tendancielle de la libido (déficit de sublimation et retour du pulsionnel). J’ai pensé à la manière dont j’avais dévoré Extension du domaine de la  lutte de Michel Houellebecq, mais c’est une autre histoire…

Tout le monde a été bon de l’universitaire de service au fonctionnaire européen et jusqu’au député lorrain et radical-valoisien Laurent Hénart, dans le style la droite aussi est intelligente.

Et le public comme au théâtre : une écoute attentive qui vient en écho aux orateurs. Et les applaudissements. 

Mention spéciale à Catherine Trautman, en forme olympique, cultivée, théoricienne,  politique et militante…(ne me dite pas que c’est à cause de toutes ces qualités qu’elle a eu autant de succès auprès des professionnels et des artistes quand elle a été ministre de la culture !).

Au passage elle a rendu perceptible la manière passablement interloquée dont nos partenaires nous voient défendre l’exception culturelle alors que nous ne faisons que servir le thème réchauffé de  l’exception française qui se limite, en fait, à gérer le vieux fonds de commerce du rayonnement de la culture française, des créateurs français dans le monde, vieille lune de la diplomatie hexagonale,

Ca s'est passé au Centre Wallonie-Bruxelles à 12 h 21 exactement, Catherine Trautman  a dit : « La culture est l’impensé politique de nos sociétés actuelles ».

Vivement la transcription que je puisse remettre cette formule (qu’elle a répété deux fois… c’est ça une réplique !) dans son contexte. Merci Madame l’eurodéputée d’avoir démenti le découragement qu’on éprouve parfois, quand on exerce nos métiers, devant la « classe politique ».

Tout le monde est sorti élogieux devant la qualité de cette rencontre, avec légère euphorie, cette sorte de sentiment positif qu’on peut encore faire quelque chose. Sentiment qui devient, ces temps-ci, une denrée très rare.

En plus, j’étais invité au déjeuner des intervenants dans un  restaurant, pas trop loin. J’ai salué Madame la Ministre en lui rappelant que j’avais eu le plaisir d’être placé à côté d’elle à la table de Pierre Mauroy à Lille (il y a un bail). Elle s’en souvenait parfaitement m’a-t-elle dit (ce qui me scie, moi qui ai tant de mal, si souvent, à mettre un nom sur un visage, ce qui m’impressionne avec les hommes et les femmes politiques c’est la mémoire qu’il gardent de tant de gens rencontrés ; c’est pour ça qu’on dit les éléphants ?)

J’étais invité mais des resquilleurs s’étaient infiltrés. Avec deux collègues, on a levé le camp et libéré trois places pour se retrouver à la terrasse chauffée d’un restaurant qui a vue sur le Centre Pompidou.

La boucle était bouclée.

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article

commentaires

loizorare 02/12/2006 10:06

J'étais le lendemain à un autre colloque, sur "la culture est-elle encore un enjeu politique". Moi aussi j'ai croisé une ministre (silencieuse), mais je n'ai pas eu droit au repas officiel. Juste une pizza en face de la cinémathèque... Va voir sur mon bolg quelques réflexions. C'est bien que tout cela commence à bouger un peu...

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...
  • Le spectacle de la tragédie et la violence de l'Histoire.
    RETOUR SUR AVIGNON 2016 En juin dernier [juin 2016], j'avais signalé ici-même que l e Festival d’Avignon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la FNCC et l’Observatoire des politiques culturelles avaient décidé de se...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...
  • Portraits de lecteurs (suite)
    Suite de la note précédente... Depuis 1975, date de la création du prix du Livre Inter, Radio France donne à ses auditeurs l’occasion de manifester leur passion pour la lecture et leur intérêt pour l’actualité littéraire. Entre janvier et mars, un appel...
  • Portraits de lecteurs : les jurés du Livre Inter.
    ¤ « J’aime les livres, les couchers de soleil sur la gravure, les livres, les rires de mon bébé, les livres, la Grèce, l’Italie, l’Irlande, les livres, le champagne en apéritif, les livres, la fumée des havanes de mon mari, les livres, les émotions, les...
  • Un historien au cabinet de la nouvelle ministre ?
    Un tout nouveau conseiller technique (au portefeuille bien chargé) serait pressenti pour rejoindre le cabinet de Françoise Nyssen. Il a déjà eu les honneurs (mérités) de ce blog en octobre 2016. Par ailleurs sa nomination ne manquera pas de réjouir les...