Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2006 3 17 /05 /mai /2006 05:36

***

Voila quelque temps que je me promets d’aborder la question de la démocratie culturelle. En commençant par aborder celle de la démocratie tout court. En partant des analyses de Jacques Rancière comme je l’avais fait dans « Illettrisme : tourner la page » (Hachette 1995).   Mais les jours passent et possédé du démon de la procrastination, je n'en fais rien.

Et puis, coup de chance, de ces aubaines qui n'arrivent qu'aux paresseux, je tombe sur :

 

LA CRITIQUE DES POLITIQUES CULTURELLES A LAUNE DE LA

« DIVERSITE CULTURELLE »,

par le Doc Kasimir Bisou.

Kasimir Bisou c’est un pseudonyme.

Et celui qui l’emploie entend, ouvrez les guillemets :

faire observer que le débat citoyen sur la politique publique de la culture est loin d’être ouvert.

Le débat « politique » sur les missions d’intérêt général confiées aux acteurs et sur leur manière d’en rendre compte, en démocratie, est escamoté. Comme le dit Guy Saez : en même temps que l’on note des remises en cause du système de la politique culturelle, « on peut observer un recul de la politisation des affaires culturelles, en ce sens qu’elles sont moins ue par le passé l’objet d’un débat public passionné » .5

Plus largement, on pourrait considérer que, dans la politique culturelle, comme ailleurs, « il se crée une culture du consensus qui répudie les conflits anciens, habitue à objectiver sans passion les problèmes à court et long terme que rencontrent les sociétés, à demander des solution aux savants et à les discuter avec les représentants qualifiés des grands intérêts sociaux. » . Rêve oligarchique qui, pour Jacques Rancière, est bien de « gouverner sans peuple, sans division du peuple, gouverner sans politique ».6 Tel est bien l’état des dispositifs de politique culturelle en France actuellement.

(…) On sait qu’il n’y a pas de règles du jeu pour dire l’intérêt général des projets artistiques dans les dispositifs des collectivités et de leurs groupements. Toutefois, il semble qu’il y ait un accord quasi unanime pour considérer que la création artistique est un processus majeur pour la société, une production de formes nouvelles qui doit être préservée de toute ingérence du pouvoir politique institué. La formule du sénateur Yvan Renar, à propos des EPCC fait probablement une belle unanimité autour d’elle : les élus sont guidés par le «principe de l'affirmation de la liberté de création des artistes ». Dont acte, contentons nous de ce credo consensuel à défaut de garanties de l’Etat de droit.

fin de citation.

___________________________________

5 Guy Saez : les notices La documentation française, Paris 2005 page 43.

6 Jacques Rancière : la haine de la démocratie, éditions La fabrique Paris 2005, page 83 et 88.

______________________________________

Pour ceux qui ont encore le temps de lire, la contribution di Dr K. Bisou, 43 pages en format pdf

Download casimirbisou.pdf

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Notes de 2006
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992
    Au printemps 1992, au moment où je participais à ce collectif et figurais parmi les premiers signataires de l'appel ci-dessous, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans, Benoît Hamon, 25 ans était assistant parlementaire d'un député PS avant de devenir...