Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 18:56

school-2.jpg

 

Tout le monde, ou presque, aura lu, j’imagine, la tribune en forme de programme, publiée par Mme la Ministre dans Libération du 28 octobre dernier, sous le titre Notre politique culturelle.

 

Et bon nombre de ceux là n’auront pas manqué de lire aussi La politique culturelle d'Aurélie Filippetti : un chemin escarpé soit la pertinente analyse qu’en a livré François Deschamps sur Territorial.fr  (le 1er novembre, il n’arrête jamais de bosser, celui-là ?).

 

Ou encore, les observations sans indulgence que le cours actuel de la politique ministérielle inspire à un blogueur assez connu, un certain Autheuil,  dont on nous dit qu’il est l’assistant parlementaire d’un député de l’opposition et qui se concluent ainsi :

 

Il y a dans cette tribune quelques éclairs montrant qu'Aurélie Filippetti commence à structurer une vision politique, avec quelques intuitions qui permettent d'espérer. Il manque juste le courage politique de se libérer de l'emprise des lobbies de l'industrie du divertissement et des rentiers de la propriété intellectuelle, qui se sont accaparé toute la place, faisant de la défense des intérêts de leur industrie, l'alpha et l'oméga d'une politique culturelle.

 

Dans cette tribune en forme de programme (et réciproquement), Aurélie Filippetti rappelle l’une de ses priorités :

 

Education artistique et culturelle. Conformément à l’engagement du président de la République, le gouvernement travaille pour qu’à partir de la rentrée 2013, en prenant appui sur la refondation de l’école, le parcours annuel de chaque élève intègre le contact des œuvres, des artistes, des établissements culturels. Un autre enjeu majeur est la diffusion des œuvres sur l’ensemble du territoire. Il s’agit de mieux diffuser les œuvres patrimoniales dans le réseau des musées de France, mais aussi en envisageant d’autres lieux publics - mairies, préfectures et, pourquoi pas, écoles. Il s’agit aussi de mieux faire circuler les productions théâtrales ou musicales, en réfléchissant aux conditions de coproduction par exemple.

 

J’ai déjà  cité ici  Refondation de l'école : ne noyons pas l'éducation artistique et culturelle dans un grand fourre tout culturel ! soit les fines observations du même François Deschamps à propos de cet objectif en forme de mot valise qu’est l’éducation artistique et culturelle (l’histoire et la géographie, la littérature, le sciences de la nature et de la vie, les maths, la philo… ce n’est donc pas « culturel » ???)

 

La Gazette des communes, confirme cette priorité éducative en résumant l’audition de la ministre, le 5 novembre dernier, par les Commissions "affaires culturelles" et "finances" de l’Assemblée. Et commente :

Le chantier est lourd car il sera conduit en lien avec la réforme des rythmes scolaires, celle de la formation des enseignants, et avec « la définition d’un parcours commun, avec les collectivités territoriales ».

Les discussions avec ces dernières commenceront en janvier 2013.

 

 

J’ajoute donc que la réflexion collective sur ces questions va s’enrichir d’un nième rapport du Conseil économique et social sur la question (je me souviens avec émotion de celui de Danièle Delorme, dans les années 90,  parce que ce n’est pas tous les jours qu’un fonctionnaire du minstère de la Culture est auditionné par une vedette qui avait eu sa photo dans Cinémonde et avait enchanté ses adolescentes dimanches après midi, au cinéma de quartier… (il y en avait trois à l’époque à Antony : Le Select, Le Family et l’Eden…

Voici donc l’info qui va sûrement changer la donne… :


 

POUR UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT CULTUREL : L’EDUCATION ARTISTIQUE TOUT AU LONG DE LA VIE

(Décision du Bureau du 25 septembre 2012 NS123910)

 

Depuis de nombreuses années, l’éducation artistique a fait l’objet de dispositifs successifs,  d’expérimentations, il a même été déclaré « cause nationale » par les ministres successifs de  l’Education nationale et de la culture.

Par-delà l’enjeu purement artistique et culturel, la pratique artistique participe à la  construction de l’individu et à son intégration dans la vie de la cité. Elle assure son  épanouissement personnel, la découverte de la solidarité, l’écoute de l’autre ainsi que  l’apprentissage de la rigueur. C’est pourquoi, il est primordial de faire en sorte que cet  enseignement soit aujourd’hui mis à la portée de tous dès le plus jeune âge pour lutter contre  les inégalités scolaires, sociales, culturelles et permettre l’intégration sociale. L’éducation  artistique et culturelle doit contribuer à donner sa place au «sensible», aux valeurs humanistes  et à retisser les liens sociaux.

A tous les âges et dans toutes les situations, l’éducation à l’art par l’art peut être un élément  fondamental d’émancipation, de liberté et de solidarité.

L’observation des faits oblige à reconnaître que le désir de culture comme le plaisir éprouvé  au contact des œuvres, loin d’être spontanés, font partie, le plus souvent, du legs hérité de son  milieu familial.

Le rapport et l’avis s’attacheront plus particulièrement à l’éducation artistique tout au long de  la vie dans le domaine du spectacle vivant, « danse, musique et théâtre ».

Pour mener à bien leur mission de formation d’amateurs, de publics avertis, de futurs  professionnels, les écoles d’art, les conservatoires doivent revoir l’organisation des études et  des modes d’apprentissage, et s’adapter à l’accueil de publics plus diversifiés. L’avis  examinera également le rôle des mouvements d’éducation populaire. Mais c’est d’abord en  amont de l’enseignement spécialisé, au sein de l’enseignement général dispensé par  l’Education nationale que chaque enfant citoyen doit pouvoir accéder à la découverte d’une  pratique artistique.


 Le texte complet sur le site du Conseil Economique Social et Environnemental.

 

Voir  aussi sur le présent blog

 Questions d’école  

 

flêche      

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille


 flêche

 

 

flêche

scoop-nov-2012-copie-1.JPG

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  cliquez sur ce bouton    images-SC-it.jpg

 

 

 Click 9 pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

 

  expert public

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 


 

 

 

Seek-Blog        Blog Culture générale     Share

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Culture, politique, temps présent : le principe d'incertitude.
    Pour revenir sur ma précédente contribution sur le contemporain je me permets de publier de nouveau une ancienne note de ce blog De la diversité culturelle (ou : de quoi sommes nous contemporains ?) Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire...
  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...