Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 21:15

good-book.jpg

 

La Cité des sens poursuit sa tentative de mise en mémoire des nombreuses et (parfois intéressantes) tribunes et contributions publiées cet été dans le double contexte :

- des routines saisonnières, les discussions sur la « culture » s’épanouissant ordinairement  dans la douce chaleur des festivals

- de la conjoncture crée par perspective de la campagne présidentielle.

 

Dans le dossier déjà cité du magazine La Terrasse, un entretien avec Jean-Michel Lucas résume (avec les dangers inhérents à ce genre d’exercice lorsqu’il s’agit d’une pensée riche et complexe) les positions de ce chercheur parfois mieux connu sous le pseudonyme de Dr Kasimir Bisou. Deux extraits :

 

Vous préconisez depuis quelques années une rupture d'avec la logique de la démocratisation culturelle qui a officiellement guidé les politiques culturelles successives, à droite comme à gauche. Pourquoi ? 

 

Jean-Michel Lucas : A vrai dire, ceux qui tempêtent pour défendre la démocratisation de la culture se trompent de combat : ce mot d'ordre conduit, en pratique, à organiser plus d'occasions pour les habitants de se faire plaisir en consommant des produits artistiques ! J'en viendrais même à penser que la démocratisation de la culture ressemble de plus en plus à un ensemble d'épiceries culturelles franchisées par Télérama ! De plus, la « démocratisation de la culture » manque d'honnêteté au regard des principes communs de la démocratie : elle impose sa conception de la culture, sans discussion possible, celle des oeuvres de qualité, - le ministère de la culture affirme même que sa mission concerne les « oeuvres  capitales de l'humanité » ! Le reste est alors « sous-culture » ! Or, cet argument est gravissime pour la démocratie car il veut nous faire croire que les valeurs de références pour le genre humain sont attachées à des objets (même appelés « oeuvres d'art ») alors qu'elles sont attribuées, non sans mal, par des êtres de subjectivité. Cet exercice continuel de « réification », au sens du philosophe et sociologue Axel Honneth, masque la question pertinente qui est de savoir qui détient le pouvoir social de dire la valeur culturelle pour l'humanité. L'enjeu politique n'est donc pas la fréquentation en nombre de ces « oeuvres » mais la question éthique de savoir qui est « maître de la valeur » et avec quelle légitimité en société de liberté ? C'est pourquoi je considère que, pour reconstruire la politique culturelle, la priorité est d'en reformuler les enjeux éthiques. Il est impératif, par le débat public, d'inscrire la réflexion sur la légitimité de la politique culturelle dans le cadre des valeurs universelles qui fondent nos sociétés de liberté, à commencer par les droits humains, et évidemment les droits culturels des personnes.

(…)

Concrètement, quels changements cela impliquerait-il de mettre en place dans les politiques culturelles ?

(…) Pour faire mieux, les élus à la culture devraient exiger que chaque subventionné prenne le temps et les ressources de participer aux confrontations avec d'autres positions culturelles, indifférentes ou hostiles, en expliquant en quoi il apporte « plus d'humanité » et à quelles personnes de la société. Cette nécessité éthique doit faire partie des projets. Les élus devraient aussi exiger qu'au-delà de la simple consommation de produits par des spectateurs,  les projets publics permettent à des personnes de s'engager dans des parcours d'émancipation établis par conventionnement avec elles. Je devrais dire travailler dans la réciprocité avec des professionnels pour que les personnes gagnent en liberté, en capacités, en responsabilité (ce que l’économiste indien Amartya Sen appelle une approche par les capabilités). La difficulté pratique est que ce type de projet demande que la personne soit partie prenante de la négociation sur la valeur du projet. L'engagement éthique doit être transcrit dans la pratique de gestion des conflits entre les dignités.  LIRE L'ENTRETIEN 

 

 

 

Rappelons que l’on peut retrouver un grand nombre d’articles et d’interventions de Jean-Michel Lucas sur le site de l’Irma  

 

 

On gagnera à confronter les analyses de Jean-Michel Lucas avec le contenu  du récent dossier du magazine La Scène (n° 61, été 2011)

 Les politiques culturelles ont-elles encore un avenir ?
• Peut-on encore croire à la démocratisation culturelle ?
• L'horizon 2030
• L'avis de la nouvelle génération

 

et les propos qui sont tenus dans ce dossier par certains acteurs, propos qui sortent de l’ordinaire de la vulgate artistique propre au « monde de la culture » et du spectacle vivant en particulier.

Qu’on en juge avec ces quelques fragments des réponses apportées à la première question du dossier (dans la formulation de laquelle figure heureusement, à mon sens,  le verbe « croire ») :

 

Nous devons retrouver le sens de l’éducation populaire ( Guy Alloucherie)

De par l’histoire de nos lieux, nous croyons beaucoup à un équilibre entre démocratie et démocratisation (Didier Goffon)

En tant qu’établissement profondément inscrit historiquement et institutionnellement dans l’éducation populaire, nous tendons davantage vers la démocratie culturelle. Cela signifie que le processus d’accès à l’œuvre ne peut se faire que dans la reconnaissance et le respect de la culture de l’individu.  (Yann Fremeaux)

 

Mais l’article le plus clair en ce sens (et le plus proche des positions de Jean-Michel Lucas) renvoie à l’expérience belge.

 

(…) Dans les années 1960, en France comme en Belgique, nous avons lancé les politiques de démocratisation de la culture. Puis, chez nous, une politique de démocratie culturelle qui s’appuie essentiellement sur les secteurs de la jeunesse et de l’éducation populaire. Mais où en est- après quarante ans?

(…)

Nous voulons aussi explorer la façon dont les publics peuvent être aujourd’hui partenaires et même concepteurs des politiques culturelles publiques

(..)

Toutes nos politiques culturelles depuis quarante ans ont été construites sur l’offre.

(…) cela présuppose donc que l’on arrête de prendre les gens pour des imbéciles et que les pratiques culturelles usuelles des individus ne soient pas systématiquement disqualifiées

 

Belgique. Refonder avec l’éducation populaire ; Yanic Samzun, secrétaire général de Présence et action culturelles ; La Scène, N° 61 (Eté 2011) page 77.

 

Pour mieux comprendre la situation particulière des politiques culturelles de nos proches voisins, on peut lire :

 

Démocratisation de la culture et/ou démocratie culturelle? Comment repenser aujourd’hui une politique de démocratisation de la culture?

Jean-Louis Genard

Université libre de Bruxelles

 

Article téléchargeableà cette adresse  

 

Résumé

La Communauté française de Belgique a développé, dès les années 60 du siècle dernier, des politiques culturelles spécifiques sous l’horizon de la tension entre démocratisation de la culture et démocratie culturelle. Ce choix, très innovateur pour l’époque, contrastait fortement avec les politiques de démocratisation de la culture initiées en France par Malraux. Le texte s’interroge sur les avancées mais aussi les impasses auxquelles a mené cette politique en particulier en raison des interprétations sous-jacentes qui étaient données à l’époque du mot des termes « culture » et « art ». Au regard de ce bilan, il réfléchit ensuite à ce que pourrait ou devrait être aujourd’hui une politique de démocratisation de la culture, suggérant une réécriture profonde des relations entre culture et éducation, ainsi que le développement de politiques culturelles assumant les exigences liées à la conception de la culture héritée de la modernité, et centrée sur les exigences d’expressivité et d’émancipation.

 

 

A SUIVRE

 

 

  plan.jpg

 

  Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop it, cliquez sur le bouton ci-dessous :

 

 

 

=  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =  =

 

 flêcheConsulter les autres fils d'actualités

 

 

  expert public

 

Wikio

 

Mon profil sur Diggons.com Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 


DIGG-FRANCE.COM

Add to Jamespot

 

Seek-Blog        Blog Culture générale     Share

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...
  • Portraits de lecteurs (suite)
    Suite de la note précédente... Depuis 1975, date de la création du prix du Livre Inter, Radio France donne à ses auditeurs l’occasion de manifester leur passion pour la lecture et leur intérêt pour l’actualité littéraire. Entre janvier et mars, un appel...
  • Portraits de lecteurs : les jurés du Livre Inter.
    ¤ « J’aime les livres, les couchers de soleil sur la gravure, les livres, les rires de mon bébé, les livres, la Grèce, l’Italie, l’Irlande, les livres, le champagne en apéritif, les livres, la fumée des havanes de mon mari, les livres, les émotions, les...
  • Un historien au cabinet de la nouvelle ministre ?
    Un tout nouveau conseiller technique (au portefeuille bien chargé) serait pressenti pour rejoindre le cabinet de Françoise Nyssen. Il a déjà eu les honneurs (mérités) de ce blog en octobre 2016. Par ailleurs sa nomination ne manquera pas de réjouir les...
  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...