Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 08:05

 

ligne de sceaux

 

Comme promis, une suite à mon post d’hier…

 

Et puis, il y eut en Avignon, cet été comme les autres mais peut-être plus que les autres, de multiples débats sur l’avenir des politiques culturelles. Débats pimentés par la fameuse affaire de la « compétence générale » (les départements et les régions pourront-elles continuer de mener un politique culturelle ?) et par la probable crise des finances locales, déjà à l’œuvre dans les départements et menaçant les autres collectivités à l’horizon de 3 ou 4 ans.

 

Ainsi s’exprimesur son blog Philippe Laurent, maire d’une ville des Hauts de Seine (qui n’est cependant pas Neuilly, même si elle est un peu le Neuilly de la banlieue sud, encore que… Edouard Depreux, fondateur du PSU en fût le maire… )

 

Beaucoup de raccourcis faciles, de petites manipulations politiciennes, de proclamations d’intention qui seront oubliées dès la rentrée … et quelques déclarations qui, espérons-le, resteront, comme celle des associations d’élus et de la FNCC, signée le 16 juillet.

 

linkDéclaration que j’ai signalée ici même, en son temps.

Signalons pour ceux qui l’ignoreraient que Philippe Laurent est vice-président de la FNCC

 

Et, au rebours de ce que proclame une déclaration un peu trop mise avant par une habile manipulation politicienne à laquelle, fort heureusement, de nombreux acteurs du monde culturel ne se sont pas laissés prendre, ce n’est pas la culture qui est « en danger ». La culture restera, quelles que soient les évolutions institutionnelles ou économiques. Le linkpatrimoine culturel ne disparaîtra pas, ni même la capacité créatrice

 

D’accord ou pas avec M. Laurent, tout le monde aura compris que ce paragraphe est une pierre dans le jardin de Claude B., l’actuel patron du 9-3.

 

Ce qui est en danger, c’est la possibilité pour les collectivités territoriales de continuer d’assurer la diffusion, l’éducation et le soutien à la création, car elles y ont pris une part prépondérante au fil des années. C’est donc le mouvement de décentralisation qui est en danger, pas la culture.

 

Par quoi l’on se rapproche, par d’autres voies des propos de Denis Declerck,  DAC de l’agglo de la ville chef-lieu du 9-1, également déjà présntés sur ce blog, et que je ne résiste pas au plaisir de citer de nouveau :

 

L’ex – Maire de Neuilly et Président du Conseil Général des Hauts de Seine sait pertinemment que ceci reviendrait à contrevenir fortement au principe de libre administration des collectivités territoriales. Alors pourquoi ce débat ? Il s’agit une fois de plus d’un tour de passe-passe. Tandis que la main gauche menace de supprimer la clause de compétence générale, la main droite fouille les poches des Collectivités. Le gouvernement finira par lâcher sur la compétence tout en les muselant via la réforme de la fiscalité locale. Les Collectivités pourront continuer à financer la culture, mais avec de moins en moins de moyens.

 

 Pour en revenir à M. Philippe Laurent, il occupe aussi des responsabilités importantes au sein de l’Association des Maires de France ce qui a motivé de sa part une note antérieure Finances locales : à ce rythme, la crise structurelle est pour dans trois ou quatre ans

 

Lors de la réunion du 8 juillet dernier de la commission des Finances de l’Association des maires de France, que je préside, j’ai souligné combien le rapport de l’Observatoire des finances locales, qui avait été présenté au Comité des finances locales le 6 juillet, montrait que la dégradation des équilibres financiers des collectivités locales était plus prononcée et plus rapide qu’envisagé.

 

On aurait tort de ne pas lire sur son blog la suite de cette analyse éclairée (comme nous l’apprend Wikipedia, Philippe Laurent est professionnel du conseil et a accompagné pendant vingt-cinq ans près de 1000 collectivités locales dans le domaine du management, de la gestion et de la communication financières, de l’intercommunalité, de la fiscalité locale et de la mise en place d'outils de gestion).

 

 

D’autant plus que politiquement, l’intéressé ne manque pas d’intérêt si l’on en croit la même source, à savoir Wikipedia :

 

Militant, élu, puis dirigeant local de l'UDF, ainsi que membre du bureau national, il décide de ne rejoindre ni le Modem, ni le Nouveau Centre lors de la création de ces formations en 2007. Il devient élu sans étiquette. Patrick Devedjian, devenu président du conseil général des Hauts-de-Seine, lui retire alors la troisième vice-présidence du conseil[1]. Aux élections municipales de 2008, il est réélu largement maire de Sceaux[2], malgré la présence d'une liste soutenue par l'UMP et le Nouveau Centre[3].

Après les élections municipales de 2008, Philippe Laurent reste président de la Commission des Finances de l'Association des maires de France[4] et devient l'un des défenseurs les plus actifs du rôle des collectivités locales. Le 6 février 2009, après l'annonce par le Président de la République Nicolas Sarkozy de la suppression prochaine de la taxe professionnelle, Philippe Laurent conteste les chiffres du chef de l'Etat et demande une réforme globale de la fiscalité locale[5]. Le 10 juin 2009, Philippe Laurent est élu vice-président de Paris Métropole. Début septembre 2009, il publie un nouvel ouvrage : « Décentralisation : en finir avec les idées reçues » (ed. Lextenso - LGDJ)[6], où il défend le bilan de la décentralisation et combat tout retour en arrière, comme celui que ne manquerait pas de susciter la mise en oeuvre de la réforme voulue par le chef de l'Etat.

 

 

 

 

Bonjour chez vous!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fleche.jpg 

Consulter le fil d'actualités WIKIO

 

 

 

 

 

Mon profil sur Diggons.com

compteur pour blog

Moteur de blogs NEToo Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

 

Blog Culture générale

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Philippe LAURENT 01/08/2010 17:38



Merci de cette reprise.


Mais je suis en désaccord avec vous : Sceaux n'a absolument rien du Neuilly du sud du 92. La preuve (au-delà de Depreux) : Sceaux accueille près de 10 000 étudiants, elle affichera l'année
prochaine plus de 20% de logements sociaux, la trame urbaine de Sceaux n'a rien à voir avec celle de Neuilly ... et il y a en pourcentage infiniment plus d'intellectuels à Sceaux qu'à Neuilly.
C'est aussi pour cela que Sceaux, après Depreux, s'est arrêtée au Centre et a toujours fait le plus bas score du département pour le FN !


C'est Antony qui voulait devenir à la fin des années 80 le Neuilly du sud 92. Sceaux, elle, est heureuse et fière de ce qu'elle a été (sous-préfecture du département de la Seine, une petite ville
qui a toujours été une ville, pas une commune qui a grossi ...) et de ce qu'elle est, ne veut se comparer à personne, ne revendique rien, sauf d'être la plus active possible dans la construction
de Paris Métropole, pour le bonheur de tous les habitants de cette métropole.



Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...