Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 12:39

 

Comité technique ministériel du 10 juillet 2012

Discours de Madame Aurélie Filippetti,

Ministre de la culture et de la communication

 

Madame, Monsieur,

Je veux d’abord, à nouveau, vous saluer et vous dire le plaisir que j’ai à vous retrouver à

l’occasion de la 1ère réunion du comité technique ministériel depuis l’élection de François

Hollande à la Présidence de la République et la constitution du nouveau gouvernement

dirigé par Jean-Marc Ayrault.

Nommée ministre de la culture et de la communication, je mesure l’honneur qui m’est fait et

la responsabilité qui est la mienne.

Non seulement d’être au coeur du changement que nous entendons désormais porter

conformément aux engagements pris devant les français en mai et juin dernier ;

Mais aussi d’assumer cette responsabilité particulière de conduire la politique

gouvernementale dans ce large – et si essentiel – champ de responsabilité.

La culture est notre bien commun

La culture est un enjeu central d’une société moderne, qui doit donner sa place à la création

et aux artistes.

Dans les 10 dernières années la politique conduite par les précédents gouvernements a

creusé un fossé croissant entre les discours tenus et une réalité qui les contredisait. On a

démantelé au lieu de construire, opposé au lieu de rassembler, autour de ce qui est, sans

doute, l’un des plus importants biens communs partagés par tous les Français et auxquels ils

sont très attachés : leur patrimoine et leur culture, vivante et riche de la diversité de ses

expressions, de ses monuments, de ses oeuvres, de ses équipements, de ses

manifestations.

La culture est notre avenir

Une société responsable prépare son avenir et cet avenir c’est celui de nos enfants. C’est en

cela que la formation artistique dès le plus jeune âge est essentielle, j’y reviendrai.

Nous devons tenir compte aussi des bouleversements liés à la révolution numérique et

parier sur la vitalité de la création à l'heure de ces nouvelles pratiques, comme nous avons

soutenu efficacement le cinéma et le livre il y a 15 ans. C’est le deuxième acte de l’exception

culturelle que nous devons écrire, et porter dans une parole européenne.

Face au danger de l’asphyxie, le pari de l’imagination

Il est urgent de faire bouger les lignes, de réfléchir à l’horizon de cinq ans, de dix ans, sans

tabou ni a priori et de considérer la situation de crise que nous affrontons comme un atout et

non comme une fatalité.

Comme l’a dit récemment le Premier Ministre, " la culture c'est l'avenir, le redressement" ;

"La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend plus indispensable".

 

Faire bouger les lignes c’est revoir le fonctionnement de nos institutions. Rajeunir les

conseils d’administration, les modes de nomination, la structure des labels. C’est s’interroger

sur l’état de nos forces et des capacités de production de nos établissements. Pourquoi les

marges artistiques ont-elles diminué drastiquement dans les 10 dernières années ? Pourquoi

la diffusion des spectacles subventionnés est-elle si faible ?

Inventer c’est aussi questionner notre rôle, nous ministère, administration, DRAC,

établissements et la façon dont nous devons accompagner les acteurs du monde de la

culture dont nous devons être les premiers soutiens.

Je veux redonner sens et ambition à un ministère affaibli par dix années de restriction et de

désengagement, mais aussi dix années centrées sur la réflexion budgétaire et non sur le

sens de notre action. Je veux susciter l’inventivité d’abord du coté des services de l’Etat et

de ses opérateurs. Comment favoriser également le singulier et l’expérimental ? Je crois à la

mise en valeur des bonnes pratiques qui ne sont pas toujours les plus partagées et je veux

me battre pour toujours plus de démocratisation : c’est un combat permanent à mener.

Le changement c’est peut-être aussi sans doute abandonner l’idée que l’action culturelle du

gouvernement se limite à ces milliers d’outils de communication sur papier glacé, ces tonnes

de documents qui flattent surtout ceux qui les écrivent, c’est retrouver des marges de

manoeuvre mais aussi aller sur les champs de manoeuvre, être dans les régions, sur les

routes, plus proches de ceux qui font l’effort culturel, qui créent la dynamique de la

conservation comme de la création, abandonner un certain confort pour plus de solidarité, de

mise en partage et finalement de créativité.

C’est inscrire cette politique dans un rapport plus responsable entre un Etat restauré et des

collectivités agissantes avec qui il faut co-construire. C’est regarder davantage ce qui se

passe chez nos voisins, bâtir une maison européenne commune. C’est là aussi une part du

travail que nous mènerons avec mes collègues du gouvernement.

Cette ambition, je la porte au nom du gouvernement car je suis convaincue que le ministère

de la culture et de la communication n’est pas un ministère accessoire, une variable

d’adaptation. Qu’il doit être au coeur des politiques publiques, fer de lance de l’innovation, de

la modernité au service de tous, de la solidarité, des valeurs qui forgent notre République,

unissent les citoyens qui y vivent autour d’un patrimoine en perpétuelle création.

Pour parvenir à cet objectif dont je mesure le caractère ambitieux, je souhaite mettre en

oeuvre plusieurs chantiers à court ou moyen terme .

Je veux en évoquer ici quelques uns, pour chacun des grands secteurs qui constituent notre

ministère :

 

Télécharger l'intégralté du discours.

 


 

 


 flêche

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda

 

CD Org, la veille de Christophe Demay


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille



flêche

scopp-it-182.jpg

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  cliquez sur ce bouton    images-SC-it.jpg

 

 

 Click 9 pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

 

  expert public

 

Wikio

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 


DIGG-FRANCE.COM

 

 

Seek-Blog        Blog Culture générale     Share

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...
  • Portraits de lecteurs (suite)
    Suite de la note précédente... Depuis 1975, date de la création du prix du Livre Inter, Radio France donne à ses auditeurs l’occasion de manifester leur passion pour la lecture et leur intérêt pour l’actualité littéraire. Entre janvier et mars, un appel...
  • Portraits de lecteurs : les jurés du Livre Inter.
    ¤ « J’aime les livres, les couchers de soleil sur la gravure, les livres, les rires de mon bébé, les livres, la Grèce, l’Italie, l’Irlande, les livres, le champagne en apéritif, les livres, la fumée des havanes de mon mari, les livres, les émotions, les...
  • Un historien au cabinet de la nouvelle ministre ?
    Un tout nouveau conseiller technique (au portefeuille bien chargé) serait pressenti pour rejoindre le cabinet de Françoise Nyssen. Il a déjà eu les honneurs (mérités) de ce blog en octobre 2016. Par ailleurs sa nomination ne manquera pas de réjouir les...
  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...