Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 08:19

 

untitled-no.JPG

 

CETTE NOTE A ETE MODIFIEEE SUITE à l'AVERTISSEMENT SUIVANT (le 28 juillet 2010)

 
Duplication de contenu

Bonjour,
je suis le webmaster du site www.ifrap.org
Suite au mot que vous avez laissé sur notre site Internet, j'ai visité votre blog et me suis rendue compte que vous aviez largement excédé votre droit de citation. Conformément à la législation en vigueur, je vous rappelle que vous ne pouvez citer qu'un court paragraphe, en renvoyant vos lecteurs vers notre site pour lire l'article en entier. Et cela même si vous souhaitez commenter finement notre article (vous ne pouvez que citer le début de nos citations).
Pourriez-vous s'il vous plaît réduire la citation que vous faites de notre article ?
Cordialement,
C.C.
Assistante de communication et webmaster

 

 

 

Faut-il réduire lebudget de la culture?

 

 Poser la question, c’est y répondre.

 

 

A l’heure de la LOLF où l’argent manque cruellement dans les caisses de l’Etat et des collectivités, il serait temps de faire le bilan et de déterminer quelles sont les dépenses qui, au sein de ces 11 milliards, mériteraient qu’on les pérennise. Mais pour cela il faudrait nommer aux postes-clés de vrais gestionnaires.





Deux signatures pour ce billet estival de l’IFRAP, officine libérale que vous connaissez déjà peut-être, Bernard Zimmern (ancien polytechnicien et énarque) et Agnès Verdier-Molinié auteur de cette impérissable adage :

 

La plupart des défauts que l'on attribue au capitalisme financier sont imaginaires ou proviennent de règlementations inadaptées.



Eté particulièrement meurtrier, devoirs de vacances bâclés ou dernières cartouches avant fermeture pour congés ? Trois références en tout cas, pour ce plaidoyer ultra-libéral menant la charge contre les dispendieuses politiques culturelles.

 

Maryvonne de Saint-Pulgent d'abord :

 

« Depuis 1959, les crédits du ministère de la Culture ont doublé tous les dix ans (…) Les bénéfices de cette manne ont été inégalement répartis. 

La suite sur le site de l'IFRAP 

 

 

 Ensuite, Marc Fumaroli et  Catherine Trautmann, député européen et ancien ministre de la culture.

 

"L’apport du privé doit être reconnu : l’Etat ne peut être présent sur tous les fronts, sinon, il obtient de mauvais résultats. » A méditer.

 

 

A méditer, ajoute le couple qui préside aux destinées  l’IFRAP, Cette dernière citation est particulièrement crapuleuse. D’abord, contrairement à celles de Fumaroli et Saint-Pulgent (Maryvonne, que je me garderai bien de qualifier de libérale), il n’y a pas d’indication de la source de ces propos. Ensuite, on enrage de voir celle qui s’est mis à dos une grande partie des « professionnels de la profession » pour avoir osé les rappeler à leurs obligations de service public enrôlée dans un douteux combat pour une conception ultra restrictive de l’intérêt général.

 

Opposons donc tranquillement aux tenants de la rigueur (comme aux protestataires permanents réclamant aveuglément des rallonges sans fin pour leurs structures) cette autre citation de la députée européenne et ancienne ministre qui rappelle que la politique culturelle est avant tout affaire de sens.

 

Nous sommes dans un pays qui a commencé son action culturelle par la conservation,  la protection des monuments, des institutions. Mais nous avons été très vite empêtres dans l’ambiguïté du mot culture. Durkheim définissait la culture comme les valeurs et les coutumes qui lient un groupe. Il faut rajouter à ce sens, comme Finkielkraut l’y incite, la transformation de l’héritage par la connaissance ou l’éducation. Lukacs a défini la culture comme « l’humanité de l’humain », propos terrible si l’on repense au moment où il a été écrit. A partir de ces définitions, je conçois la culture comme ce processus d’autocréation de l’homme par Ia culture, et j’essaie de travailler sur ce que cela signifie pour la démocratie. Il ne peut pas y avoir de projet de démocratie réelle s’il n’y a pas de place pour la culture et la création. L’Europe est une idée, non pas un territoire, c’est une véritable création qui doit, à mes yeux, se fonder sur ce que dit Lukacs.

Dans nos débats politiques, il faut que nous nous sentions obligés à un devoir d’humanité. La question est donc : quel statut donner à la création, et qu’entend-t-on par culture ? Après viennent les questions techniques de l’organisation du financement.

 

C Trautmann : Lumière sur l’Europe, in Culture publique, Opus 3, Sens et Tonka éd., 2005

 

 AVIS A MES LECTEURS :

LES DONS à l'IFRAP sont DEDUCTIBLES de l'ISF

 

 

fleche.jpg 

Consulter le fil d'actualités WIKIO

 

 

 

 

 

Mon profil sur Diggons.com

compteur pour blog

Moteur de blogs NEToo Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

 

Blog Culture générale

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude Pompougnac 29/07/2010 15:12



La webmestre de l'IFRAP me chagrine sur la longueur de mes citations mais "ils" ne donnent pas la source de la citation tronquée de Catherine Trautmann!!!



Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...