Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 12:34

jeanclaude_pompougnac_1.jpg

 

Contrairement à ce qu’affirme le très injuste article de l’Express, sur un ministère que serait « à la dérive », l’actuel locataire de la rue de Valois se démène activement pour trouver une solution aux problèmes les plus épineux.

 

 

C’est ainsi qu’un très officiel communiqué daté du 9 juin dernier nous apprend que :

 

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, confie une mission d’étude sur le financement du spectacle vivant à trois personnalités, dont l’objet sera d’accompagner le développement du secteur pour mieux assurer le soutien aux compagnies et aux ensembles indépendants, de conforter les marges artistiques des institutions et de diffuser plus largement les créations. Jean-Louis Martinelli, directeur du théâtre de Nanterre-Amandiers, centre dramatique national, Adrien-Hervé Metzger, conseiller-maître à la Cour des Comptes et Bernard Murat, directeur du théâtre Edouard VII expertiseront le développement de nouvelles ressources pour le spectacle vivant pour compléter les crédits budgétaires que l’Etat consacre à ce secteur.

Après une analyse des besoins, ils proposeront des scénarii d’évolutions possibles et étudieront les modalités de perception et de répartition des nouvelles sources de financement qu’ils auront identifiées.

Les conclusions de cette mission et les propositions qui en découleront devront être remises au Ministre en octobre 2011.

 

 

Aux esprits oublieux rappelons qu’il y a peu, l’Assemblée nationale de son côté, s’est préoccupée de réfléchir elle aussi sur les sources de financement… (communiqué du 13 avril 2011 : http://www.assemblee-nationale.fr/presse/communiques/20110414-01.asp)

 

 Mise en place de la mission d’information sur les nouvelles formes du mécénat culturel.

——

Créée par la Commission des affaires culturelles et de l’éducation, la mission d’information sur les nouvelles formes du mécénat culturel est composée de seize membres représentant tous les groupes de l’Assemblée nationale. Elle s’est réunie le mercredi 13 avril, sous la présidence de M. Michel Herbillon (UMP), son président-rapporteur, afin de planifier et orienter ses travaux.

La mission, consciente de l’importance stratégique du mécénat culturel pour notre pays, devrait étudier l’efficacité des lois l’ayant fondé en France – les lois de 1987, 1990 et 2003 – et de ses dispositifs fiscaux annexes, mesurer le poids des différentes formes de mécénat culturel et leur évolution– mécénat financier, mécénat de compétences, mécénat en nature, mécénat technologique –, évaluer la dépense fiscale générée par le mécénat culturel – les données disponibles paraissant encore trop imprécises. Elle fera des propositions susceptibles d’enrayer la chute récente du mécénat culturel et de remédier à la faiblesse persistante du mécénat des PME et du mécénat en région, comme du mécénat dans les secteurs du spectacle vivant et des arts plastiques. Elle étudiera plus généralement les moyens de lever les freins au développement du mécénat culturel.

Elle envisage à cette fin d’auditionner des directeurs d’importantes institutions culturelles, des organismes professionnels du secteur du mécénat, des fondations d’entreprise, de grands mécènes, des gestionnaires de monuments historiques et, bien entendu, des représentants des principaux ministères concernés et le Gouvernement.

Des déplacements devraient être également organisés afin de bénéficier de l’éclairage apporté par les expériences étrangères en la matière et de prendre connaissance des politiques, des moyens et des difficultés des institutions culturelles en région.

 

 

Sans aucunement remettre en cause la qualité et les compétences des honorables parlementaires et des personnes choisies par le Ministre, on peut se demander la vraie raison d’être de ce travail de Pénélope sans cesse repris (où sont passées les conclusions des Entretiens de Valois ?) n’est pas de bercer de douces illusions les professionnels et les citoyens.

 

C’est dans ce sens, me semble-t-il qu’il faut lire la toute récente note encore confidentielle que La Cité des sens à pu se procurer et dont l’impitoyable diagnostic commence ainsi :

 

1.

Un constat : au cours des 20 ou 30 dernières années, les augmentations régulières  des moyens financiers alloués tant par l'Etat que par les autres collectivités n'ont pas  fondamentalement modifié la composition sociale de ceux de nos concitoyens qui  bénéficient de cette offre. Qui plus est, au cours de cette même période, le ministère de la culture a élargi le champ des genres et modes d’expression reconnus par lui (musiques actuelles, arts de la rue…)  tout en privilégiant l’aide à la création en en imposant la norme de « l'excellence artistique ». C’est sur ces objectifs d’Etat qu’il  a systématiquement recherché le concours financier des collectivités territoriales. Il en résulte (c’est ce qu’avait établi, en son temps, le rapport Latarjet) une grave crise de la diffusion du spectacle vivant.

 

2.

Un climat : bien que les intérêts des professionnels du spectacle vivant soient le plus  souvent contradictoires, la demande d’une loi sur le spectacle vivant ou d'un « Grenelle de la culture » doit, à l'évidence,  s'entendre comme une revendication de plus d'espèces sonnantes et  trébuchantes pour la  «création », revendication qui a l’avantage  de réunir dans un front commun les barons et les précaires. Les « créateurs » sont en compétition entre eux face à  la rareté de la demande des diffuseurs; ces derniers restent très attachés aux formes  de reconnaissance et de labellisation gérées par l'Etat sans pour autant adhérer  vraiment à la logique des contrats d'objectifs et de moyens. En réalité, sur les fins comme sur les intérêts,  ce secteur professionnel est profondément divisé. Sur l'augmentation des moyens, il  se refait une facile unanimité.

 

 

 

 

Le lecteur curieux de prendre connaissance de la solution préconisée par B. J. & W consultants au grave et structurel problème du financement du spectacle vivant pourra télécharger la note confidentielle ICI MEME.  

 

 

  °

expert public

 

 

 flêcheConsulter les fils d'actualités

 

 

 

 

 

 compteur pour blog

 

 

Wikio

 

Mon profil sur Diggons.com Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 


DIGG-FRANCE.COM

Add to Jamespot

 

Seek-Blog        Blog Culture générale     Share

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Divergences
commenter cet article

commentaires

Vincent 17/06/2011 14:37



Haha !


Quel bel humour !


Et bravo à la trouvaille du nom du cabinet de consulting.


Sans être dans le réel, peut-être s'approche t on là de certaines volontés.


Qui sait ?


Vincent



Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...
  • Portraits de lecteurs (suite)
    Suite de la note précédente... Depuis 1975, date de la création du prix du Livre Inter, Radio France donne à ses auditeurs l’occasion de manifester leur passion pour la lecture et leur intérêt pour l’actualité littéraire. Entre janvier et mars, un appel...
  • Portraits de lecteurs : les jurés du Livre Inter.
    ¤ « J’aime les livres, les couchers de soleil sur la gravure, les livres, les rires de mon bébé, les livres, la Grèce, l’Italie, l’Irlande, les livres, le champagne en apéritif, les livres, la fumée des havanes de mon mari, les livres, les émotions, les...
  • Un historien au cabinet de la nouvelle ministre ?
    Un tout nouveau conseiller technique (au portefeuille bien chargé) serait pressenti pour rejoindre le cabinet de Françoise Nyssen. Il a déjà eu les honneurs (mérités) de ce blog en octobre 2016. Par ailleurs sa nomination ne manquera pas de réjouir les...
  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...