Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 10:01

Il n’est pas très fréquent d’avoir des informations un peu circonstanciées sur l’action et le point de vue des services déconcentrés du ministère de la culture (DRAC).

En cette période où se multiplient à très grande vitesse les motifs d’inquiétude dans le « monde de la culture », l’entretien publié par Lyon Libération ce 27 juin est riche d’enseignements.

Certes, la région Rhône-Alpes est, du point de vue de l’activité et des interventions de l’Etat une des plus « grosses » DRAC, certes, les collectivité locales y sont assez dynamiques et la vie artistique particulièrement riche.

Quant au DRAC en place, c’est un bon connaisseur du fonctionnement du ministère (cabinet, centrale, réseau à l’étranger et Région) – tiens ! ça me rappelle quelqu’un !!!.

Derrière le devoir de réserve et la dénégation obligée du désengagement de l’Etat, la leçon de choses politico-adminstratives est assez édifiante.

 

Vous vous inscrivez en faux par rapport au « désengagement de l’Etat » dénoncé par les collectivités locales et les professionnels. Pourquoi ? 

Alain Lombard : « Tout simplement parce que je regarde les chiffres. L’Etat n’a cessé d’augmenter son soutien à la culture ces dernières années. Le budget de la culture représente bien 1% et le budget de la DRAC a encore augmenté de 6% entre 2009 et 2010. Dans le domaine du spectacle vivant particulièrement, l’augmentation est nette, même si, je le reconnais, elle reste souvent moins élevée que l’inflation, dans la mesure où il y a un effort de réduction du déficit de l’Etat. S’il y a un sentiment de désengagement, c’est parce que lorsque certaines baisses se produisent, on en parle davantage que des hausses. Mais il y a globalement davantage de hausses que de baisses. Il y a eu une quinzaine de baisses entre 2009 et 2010, c’est vrai, et bien sûr ceux qui ont subi cette baisse le font savoir. Mais ces baisses ont été plus que compensées par une quinzaine de hausses.

 

 

Parmi nombre de considérations intéressantes, on retiendra ce qui est dit de la fiscalité des structures culturelles (ça cogne grave à Bercy), de la réforme des collectivités et des finances locales.

 

L’autre inquiétude des professionnels concerne la réforme des collectivités territoriales qui compromettraient les moyens alloués à la culture. 

C’est une idée reçue doublement fausse. Ça concerne à la fois la capacité juridique et la capacité financière des collectivités locales. Or, le texte de loi déposé est très clair : la culture est une compétence conservée pour l’ensemble des collectivités publiques. Sur ce point, on s’est fait peur dans les milieux culturels, mais sans fondement aucun. La capacité financière est plus complexe, mais une compensation est de toute façon prévue pour que les collectivités locales ne soient pas affectées. La vérité, en revanche, c’est que nous sommes dans une conjoncture difficile pour l’Etat comme pour les collectivités. Mais ça n’a rien à voir avec la réforme. 

 

Lire l'entretien sur  Lyon Libération

 

 

 

 

 

 

Toujours à propos de Rhône-Alpes, et plus exactement de Lyon, du Grand Lyon et de nouveau sur l’excellent Cultural Engineering Group Weblog :

 

Nous inaugurons ce mois-ci une série de publications tout à fait passionnantes issues des rencontres débats qui ont eu lieu au sein du Grand Lyon dans le cadre du cycle de rencontres « Grand Lyon Vision Culture » et dont son concepteur Pierre-Alain Four* nous fait l’honneur et l’amitié de nous autoriser la diffusion. Voici donc le rapport du 1er déjeuner-débat d’un cycle mis en place pour aider le Grand Lyon à aborder le champ culturel.

 

Cinq thèmes : le champ culturel en expansion constante, la place de l’artiste, la question de l’émergence, la politique de la ville et les spécificités de l’agglomération lyonnaise. Outre l’intérêt général des problèmes de fond abordés, une illustration du poids que prennent (et prendront ???) les grandes métropoles dans le développement artistique et culturel.

 

 

 

Lire les synthèses des débats « Grand Lyon Vision Culture »

 

 

* * * *

 

 

 

compteur pour blog

 

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac ep2c - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992
    Au printemps 1992, au moment où je participais à ce collectif et figurais parmi les premiers signataires de l'appel ci-dessous, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans, Benoît Hamon, 25 ans était assistant parlementaire d'un député PS avant de devenir...