Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 18:24

 

 

312_retro_1.jpg

 

Message reçu hier de mon ami (et ex-collègue au cab de Jack L. ou en DRAC) Jean-Michel Lucas. Comme d'hab, c'est du solide!



Puisque dix pages, c'est toujours trop long à lire, le Doc Kasimir Bisou tente la formule « Twitter améliorée » en 78 lignes sur le PAP2011 coté culture :

Certains d'entre vous se rappellent peut être que dans mes articles sur la LOLF et le PAP de la mission culture,( notamment sur irma.fr)  j'avais forcément ironisé sur cet indicateur stupide qui voulait que la BNF soit évaluée par le taux de satisfaction des 1500 passants à qui on demandait s'ils étaient "satisfaits" de la noble institution. L'ironie s'imposait car légitimer 507 000 euros d'argent public par jour par la simple "satisfaction" du premier venu avait un coté "j’m'enfoutiste" qui aurait dû choquer même les rédacteurs les plus obtus des PAP de la LOLF !

(j'en connais encore qui ne savent pas ce qu'est le PAP, projet annuel de performances, qui reste le document nécessaire pour que le ministère de la culture obtienne des crédits du Parlement, ce qui n'est quand même pas négligeable dans une démocratie dont la force vient aussi de son formalisme.)

En lisant le PAP 2011, j'ai constaté  que je n'aurai malheureusement plus le plaisir d'ironiser !! Car, enfin, c'est fait  : cet indicateur (de la stupidité évaluative) a disparu.

Vous pensez peut être que je tire un peu de fierté de cette disparition aussi définitive que discrète !! Loin  de moi cette pensée car  dans le PAP 2011, la situation éthique de la BNF est encore pire que ce que je pouvais imaginer !

En effet, la Bibliothèque Nationale de France a changé de mission publique : elle a disparu de la mission "Patrimoine" ! En tout cas, elle n'est pas revendiquée par l'Etat comme le lieu protecteur du  patrimoine écrit universel pour l'Humanité, dont les vertus émancipatrices mériteraient à la Malraux un apport d'argent public permettant de couvrir un cout  atteignant maintenant 514 000 euros par jour !!). Aucune chance d'imaginer cet argument ! Non, pour ce prix là, il faut être sérieux et faire dans le lourd : la BNF est donc maintenant intégrée à la mission 'médias livre et industries culturelles" qui n'a qu'une vérité : faire face à la compétition marchande des cultures !

Les premières lignes du PAP 2011 pour cette mission (programme 180) ne mentent pas : la vérité publique n'est plus dans l'œuvre à valeur universelle, elle est dans la concurrence :


"Dans un environnement de plus en plus concurrentiel et marqué par d’importants bouleversements technologiques, les défis auxquels les médias, le livre et les industries culturelles doivent faire face sont nombreux. Le passage au numérique, la modification des modes de consommation, la concurrence internationale accrue et les besoins nouveaux
de l’audiovisuel public sont autant de gageures auxquelles les différents bénéficiaires des crédits de la mission « Médias, livre et industries culturelles » auront à répondre dans les trois prochaines années."

page 8, signé François Fillon et Frédéric Mitterrand, excusez du peu !
 
Je le sais déjà : les lecteurs de
Frédéric Martel et de ses amis politiques me diront, eux aussi, que c'est la voie du réalisme : la culture, ses acteurs comme ses objets, doivent rapidement s'affronter à la compétition culturelle imposée par tous les marchands du monde. et quand  on lit ces vérités sur la puissance du marché pour l'avenir de la culture, on se croirait effectivement ( private joke pour les "personnes"  habitant la communauté urbaine bordelaise) dans un colloque sur la "Ville Créative" dont même plusieurs villes de gauche sont friandes!

Sans doute, peut-on considérer qu'il est pragmatique de se concentrer sur la vente des services culturels pour qu'ils deviennent  des armes de l'attractivité du territoire, c'est à dire rien moins que des munitions de la guerre culturelle de tous contre tous ! C'est une éthique comme une autre, mais est ce bien raisonnable pour les autorités politiques de réduire leur ambition culturelle à cet exercice de vendeurs, agressifs quoique artistiquement rayonnants, de services culturels compétitifs, comme si l'enjeu culturel n'était qu'un enjeu de secteur économique ?

On aurait préféré que les  rédacteurs du PAP  soumettent cette "éthique du rentable" à l'impératif culturel premier pour la responsabilité politique, à savoir la construction du  vivre ensemble de cultures à facettes multiples, nécessairement solidaires les unes des autres en tant que contribuant chacune à la construction de l'Humanité...  Sans se contenter d'inverser la donne en mettant le marché en premier et, à la traine, les valeurs culturelles. On comprendrait mieux si les députés rappelaient que la construction de l'Humanité, avec  l'extraordinaire hétérogénéité des libertés ( Amartya SEN) qui l'enrichit, ne pouvait se réduire à transformer la BNF en concurrent de Google ! Car j'ai  bien lu page 9 du programme 180 :

 

"Le budget de la Bibliothèque Nationale de France sera recentré sur ses missions stratégiques et notamment la mise en place d'une bibliothèque numérique de référence".

Pour penser le futur  du monde dans ses complexités interculturelles, il  n'y aurait rien eu d'indécent à considérer que l'enjeu culturel national relevait d'abord de la nécessité de revendiquer le "respect de droits culturels" des personnes, comme premier des droits humains, pour mieux élaborer, à chaque échelle de territoire, la part de culture commune qui rend la vie ensemble vivable.

C'est manqué, c'est cruel car cette éviction de l'éthique culturelle humaniste se lit dans un texte où l'exécutif soumet ses intentions politiques aux élus de la nation, donc dans un texte qui devrait faire honneur à la démocratie dans son formalisme salvateur.

A vrai dire, tout ceci n'a pas d'importance car le PAP qui engage la république n'est lu par personne. Trop long et trop copieux et moins rigolo que le
"Mainstream" de Martel qui sait, lui, nous distraire en nous donnant même la couleur des triporteurs de Mumbai ( jaune et noir page 237).

Pourtant quand le PAP 2011 se vante de développer une "nouvelle politique de la lecture publique" pour annoncer que l'Etat y consacre 31,5  millions d'euros ( en cherchant bien)  alors que la vérité du texte est de recycler la BNF  en concurrente de Google bis pour une somme totale de 206 millions d'euros, on se dit que le rédacteur s'est un peu perdu dans la hiérarchie des arguments !!

Mais comme on n'a pas le temps de tout lire, me disait récemment un député d'opposition, le PAP ne prend guère de risque à manier la langue de bois. Tant pis pour le débat public, tant pis pour la démocratie, tant pis pour l'éthique de la politique culturelle.

 


Quant au genre Twitter, ce n'est pas encore pour aujourd'hui, mille excuses,
 
A la prochaine fois, peut être aux "Métallos" le lundi 11 octobre, avec une rencontre sur "la bataille de l'imaginaire" et un rappel des enjeux de l'éthique de la dignité comme fondement pour reconstruire une politique de la culture en société de liberté.

Bien respectueusement pour ceux qui ont été jusqu'au bout
le doc KB et Jean Michel Lucas
.

 

fleche.jpg 

Consulter les fils d'actualités

 

 

 

Mon profil sur Diggons.com

compteur pour blog

Moteur de blogs NEToo Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

 

La cité des sens

Blog Culture générale

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...
  • Portraits de lecteurs (suite)
    Suite de la note précédente... Depuis 1975, date de la création du prix du Livre Inter, Radio France donne à ses auditeurs l’occasion de manifester leur passion pour la lecture et leur intérêt pour l’actualité littéraire. Entre janvier et mars, un appel...
  • Portraits de lecteurs : les jurés du Livre Inter.
    ¤ « J’aime les livres, les couchers de soleil sur la gravure, les livres, les rires de mon bébé, les livres, la Grèce, l’Italie, l’Irlande, les livres, le champagne en apéritif, les livres, la fumée des havanes de mon mari, les livres, les émotions, les...
  • Un historien au cabinet de la nouvelle ministre ?
    Un tout nouveau conseiller technique (au portefeuille bien chargé) serait pressenti pour rejoindre le cabinet de Françoise Nyssen. Il a déjà eu les honneurs (mérités) de ce blog en octobre 2016. Par ailleurs sa nomination ne manquera pas de réjouir les...
  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...