Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 16:07

La-Cite-des-sens-2.jpg

La salle du théâtre de la Maison des Métallos était archi-comble hier soir pour la 3ème rencontre : La culture pour qui ? : pour tous, pour chacun ?  

En un sens, c’est un paradoxal succès sur l’agenda politique du Ministère, que d’avoir réussi à déplacer le débat (si peu consistant fut-il) sur son terrain, autour de son « étendard » selon le mot du conseiller du Ministre.

 

Parmi de nombreux propos fort pertinents, la secrétaire nationale du P.S. a, quant à elle, insisté à juste titre sur le caractère essentiel de la « transmission culturelle » tandis qu’un  autre intervenant s’inquiétait de la moyenne d’âge de la tribune (pour la salle, c’était à peine mieux, la preuve j’y étais!).

 

La question cruciale est, en effet, moins celle de l’étendard (ou de la « défense de nos professions ») que du passage de témoin.

 

Aujourd’hui donc, sans céder au présentisme ou au jeunisme, La Cité des sens fait place à lé génération montante et emprunte le titre de cette note à l'initiative des étudiants du Master 2 de développement culturel de la ville de L’Université de La Rochelle (et, sans doute, de leurs excellents professeurs).

 

 

 

 

La culture en mauvais Etat ?

Vendredi 25 mars, 10h00 - 12h30 / 14h15 - 16h15

Faculté de Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines

Université de La Rochelle, 1 parvis Fernand Braudel.

Dans notre pays, l’Etat a joué un rôle important en faveur du développement culturel. Ce rôle d’impulsion et de modélisation a été décuplé par la volonté des collectivités locales de s’engager fortement dans cette politique.

Aujourd’hui, le rôle de l’Etat en matière culturelle est discuté. Certains affirment qu’il amorce un retrait volontaire - qu’il se désengage -, d’autres soulignent que ce relatif effacement est plutôt la conséquence d’une montée en puissance des collectivités locales qui amoindrit son rôle historique.

Ces interrogations surviennent au moment où notre pays connaît, comme beaucoup d’autres, des difficultés majeures de financement public, consécutives à la crise financière, puis à la crise économique.

Nos rencontres interviennent également après l’adoption d’une loi portant réforme des collectivités locales qui a préservé pour la culture une compétence partagée entre toutes les collectivités publiques mais qui incite les collectivités locales et l’Etat à mieux organiser leurs financements croisés.

Le Master Tchat 2011 intitulé : La culture en mauvais Etat ? (avec un E majuscule, s’il vous plaît !) aborde ces questions avec sérieux et parfois malice. Il est conçu comme une série de conversations ouvertes à la participation du public.

Jérôme Bouet, inspecteur général des affaires culturelles, auteur d’un rapport remis au Ministre de la culture intitulé : « 21 propositions pour relancer le partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales », débutera cette journée.

Il sera rejoint par Maxime Bono, Député-maire de la Rochelle et Dominique Ducassou, Adjoint à la culture de la mairie de Bordeaux, pour une première conversation autour de la question : « De quel Etat les politiques culturelles locales ont-elles encore besoin ? »

En fin de matinée, Laurence Brunet-Hunault, sémiologue-linguiste et Jérôme Rouger, comédien, s’empareront du langage utilisé en matière de politique culturelle - des relations entre partenaires - pour traiter de la question : « La posture et le discours des acteurs politiques ont-ils un sens ? »

Nous débuterons l’après-midi en compagnie de Marie-Odile Bouillé, Députée de la Loire-Atlantique, Catherine Morin-Desailly, Sénatrice de la Seine-Maritime et Yves Beaunesne, directeur du centre dramatique de Poitiers, auxquels nous poserons la question : « A-t-on encore besoin d’une grande politique nationale en faveur de la culture ? »

Puis nous recevrons Marie-France Garaud, Présidente de l’institut international de géopolitique. Nous prendrons alors une nécessaire distance par rapport à notre sujet en lui posant une question plus cruciale : « Y a-t-il encore un Etat ? »

Organisé par le Master 2 Développement Culturel de la Ville

Courriel : promo.m2dcv@gmail.com

 

 

Marie-France Garaud, si, si...vous avez bien lu! Ces jeunes gens n’ont décidemment peur de rien ni de personne.

 

° ° ° ° °

 

 Autre contribution du jour, elle a pour titre :

Pour une politique d’autonomie culturelle.

Le ministère de la Culture paraît connaître une crise latente que la gauche au pouvoir devra enrayer. Pour ce faire, il conviendra de modifier le cadre au sein duquel est pensée l’intervention même de l’Etat en matière culturelle.

Une politique de gauche en matière culturelle ne doit pas simplement se tourner vers l’ambition de la création, mais également vers une égalité réelle en matière d’accession à la culture. Pour ce faire, l’attention du professionnel doit se tourner vers celui à qui s’adresse la culture : le spectateur.

Nous proposons une politique d’autonomie culturelle, qui vise à placer le spectateur au centre du système.

La politique d’autonomie culturelle sera une politique d’acquisition de compétences culturelles dont l’ambition est de créer des habitudes en matière culturelle.

Elle sera également une politique de décentralisation culturelle, visant notamment à faire émerger des temples de la culture en différents endroits du territoire. Télécharger le texte. 

 

Oui, c’est frais, on aimerait bien nuancer ou amender ici où là.  Mais ne boudons pas le plaisir d’entendre d’autres voix, celles de nouveaux venus. .On les trouve sur le site du club Changer la gauche, qui mérite qu’on s’y attarde. Un seul exemple de l’aplomb de ces jeunes gens (et jeunes filles… normaliens et normaliennes pour la plupart) :

 

La prochaine victoire de la gauche doit être une victoire culturelle. Reconnaissons enfin qu’il est inutile de réfléchir à quelque mesure précise si ce n’est pas, préalablement, tout le socle des valeurs dans lesquelles elle s’ancre qui a été repensé.

Avec sa candidate, le parti socialiste a défendu cent propositions lors de la dernière campagne présidentielle : une seule aurait suffi, si elle avait été seulement mûrie.

 

Royal, non ?

 

° ° ° ° ° °

 

 

 

 flêcheConsulter les fils d'actualités

 

 

 

 

 

 compteur pour blog

 

Wikio

 

Mon profil sur Diggons.com Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogsPartager sur Blogasty

 

Seek-Blog        Blog Culture générale     Share

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992
    Au printemps 1992, au moment où je participais à ce collectif et figurais parmi les premiers signataires de l'appel ci-dessous, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans, Benoît Hamon, 25 ans était assistant parlementaire d'un député PS avant de devenir...