Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 11:34

La Cité des sens 2

 

UN

Les Dernières Nouvelles d’Alsace reviennent sur la question des politiques culturelles autour de l’ouvrage Le politique, l’artiste et le gestionnaire. (voir ma précédente note)

Vincent Dubois a répondu à quelques questions abordées dans son ouvrage Le politique, l’artiste et le gestionnaire.

- DNA : Quel est l’objectif de cet ouvrage ?

Vincent Dubois : « Le premier est de faire un point sur l’évolution des politiques culturelles locales depuis la création du ministère des Affaires culturelles, en 1959, jusqu’à aujourd’hui. Le deuxième est de rendre compte, au travers d’une analyse de la fabrication des politiques culturelles au niveau local, des relations entre les élus, les professionnels de la culture et les artistes locaux, de manière à rendre compte de façon plus générale des évolutions des rapports entre culture et politique.

- À quel moment débute l’accélération de l’institutionnalisation ?

- « La fin des années 70 constitue le premier jalon : contrairement à ce que l’on pense, cela commence avant la décentralisation. Au niveau notamment municipal, cela est directement lié aux alternances municipales qui ont eu lieu après les élections de 1977. Sont arrivés au pouvoir des équipes jeunes et souvent renouvelées. Ces nouveaux élus locaux sont bien souvent issus de l’après-68, et/ou des mouvements associatifs. À partir de ce moment-là, les dépenses locales pour la culture et la création décollent. Par après, l’institutionnalisation s’opère avec la création de services culturels locaux puis départementaux jusqu’à la professionnalisation développée dans les années 80. »

- Le mécénat d’entreprise, par exemple, peut être une source d’aide complémentaire ?

« Le discours dominant, localement, comme ailleurs est celui-ci : nous pouvons au mieux maintenir les budgets existants ; si nous souhaitons créer de nouvelles choses il faut donc renouveler les sources de financement et se tourner vers le privé. Le problème est qu’il n’est pas si facile d’intéresser des entreprises au financement de la culture, tout particulièrement en période de crise. Quand le mécénat d’entreprise existe, il se tourne davantage vers le sport et l’humanitaire. Et lorsqu’il se porte vers la culture, il se concentre sur des choses déjà reconnues plus que sur des formes émergentes, ou sur des événements aux fortes retombées médiatiques. Bien évidemment, tout n’est pas réductible à cela mais il s’agit d’une tendance forte. »

Comment voyez-vous les prochaines années ?

- « Je dirai qu’il faudrait remettre à plat les objectifs que l’on assigne à une politique de la culture. Éviter de prétendre poursuivre des objectifs que l’on sait ne pas pouvoir véritablement atteindre. Assumer, par exemple, le fait qu’il puisse y avoir une aide publique à la création à des fins propres de création artistique. Ce qui n’empêche pas que, par ailleurs, on puisse repenser une politique de démocratisation culturelle autrement que sous la forme un peu paresseuse de l’ouverture de nouveaux équipements. Cela passe notamment par les pratiques amateur, et évidemment par le rôle de l’école. La question de la diffusion et de la place de la culture française à l’étranger doit aussi être réexaminée.

Et, il y a aussi la question de l’emploi culturel. Tout cela ne fait pas un programme mais une série de questions à poser, qui dépassent de loin le seul (et important) problème d’HADOPI sur lequel se focalise aujourd’hui l’essentiel des débats. »

Intégralité de l’interview en écoute sur www.dna.fr

A lire aussi

Culture et politique

L'interview de Vincent Dubois (première partie)

L'interview de Vincent Dubois (deuxième partie)

L'interview de Vincent Dubois (troisième partie)

Copyright Les Dernière Nouvelles d’Alsace


DEUX

« Personne ne doit être exclu de notre vie culturelle »

La décentralisation culturelle doit être une priorité du prochain président de la République pour Najat Vallaud-Belkacem, adjointe au maire de Lyon en charge des Grands événements, de la Jeunesse et de la Vie associative et porte parole de François Hollande.

François Hollande annonce s’il est élu un nouvel acte de décentralisation. Comment cela se traduirait-il dans le domaine culturel ?

Le projet culturel porté par François Hollande passera par l’ensemble de nos territoires qui font aujourd’hui beaucoup pour la culture au niveau local, mais ne sont pas assez reconnus, valorisés et guidés dans leurs missions qui relèvent pourtant aussi du rayonnement international de notre pays.

Un contrat entre l’Etat et les collectivités locales est devenu nécessaire : les villes, les départements, les régions assument 60 % des dépenses en matière culturelle, sans véritable dialogue ou partenariat avec l’Etat, on ne peut s’en satisfaire.

En 30 ans, depuis les premières lois de décentralisation, les collectivités territoriales ont pris une place incontournable, elles assurent l’essentiel des services aux citoyens, mais dans le même temps, l’Etat s’est insuffisamment réformé.

Il est évident que c’est à l’Etat de fixer le cap, de donner les objectifs, d’assurer une vigilance sur la diversité de la création et l’accès de tous les publics à la culture, à toutes les cultures.

Il faut donc un contrat qui organise une politique pour la République, qui soit dans la cohérence, la durée et la constance, qui puisse contribuer au financement des équipements et au fonctionnement des acteurs dans toute leur diversité, dans un souci permanent de l’égalité de traitement sur le territoire national. C’est ce que nous appelons une nouvelle étape de la décentralisation culturelle, un acte II.

 

LIRE LA SUITE

Copyright Culture 2012

 

TROIS

La crise financière ne doit pas éclipser la crise culturelle

Les artistes ne sont pas épargnés par la crise. Après le quinquennat de Nicolas Sarkozy, la culture a été laissée de côté trop longtemps, il est temps de donner des responsabilités aux régions en la matière selon Jean-Jacques Queyranne, président de la région Rhône-Alpes.

 Edité par  Melissa Bounoua   


Ce sont toujours nos concitoyens les plus fragiles qui sont le plus cruellement touchés par la crise. Parmi eux, les artistes ne sont pas épargnés. Les productions sont difficiles à monter, les jeunes peinent à être soutenus, les crédits consacrés à la culture s’essoufflent tant les collectivités sont pressurées par les urgences de tous ordres, tandis que le ministère de la Culture reste atone.

La crise économique et financière occulte de nombreux sujets : la sécurité et l’immigration sont à l’affiche de ces dernières semaines de campagne électorale. Mais nos concitoyens sont en attente de réponses de fond. Il faut miser sur l’éducation et la culture, si l’on veut une société forte, ouverte au monde et qui prépare l’avenir.

 

Il faut plus que jamais se battre pour la création artistique, la liberté et les droits des artistes, la diversité culturelle. En ce sens, je soutiens l’engagement de François Hollande de présenter une grande loi d’orientation en faveur de la création. C’est un acte fondamental, qui engage la responsabilité de la Nation. Les changements qui sont intervenus au cours de ces dernières années sont considérables.

LIRE LA SUITE

Copyright Nouvel Observateur.


 

 flêche

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille


 flêche

 

 

flêche

scopp-it-182.jpg

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  cliquez sur ce bouton    images-SC-it.jpg

 

 

 Click 9 pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

 

  expert public

 

Wikio

 

Mon profil sur Diggons.com Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 


DIGG-FRANCE.COM

Add to Jamespot

 

Seek-Blog        Blog Culture générale     Share

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...
  • Le spectacle de la tragédie et la violence de l'Histoire.
    RETOUR SUR AVIGNON 2016 En juin dernier [juin 2016], j'avais signalé ici-même que l e Festival d’Avignon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la FNCC et l’Observatoire des politiques culturelles avaient décidé de se...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...
  • Portraits de lecteurs (suite)
    Suite de la note précédente... Depuis 1975, date de la création du prix du Livre Inter, Radio France donne à ses auditeurs l’occasion de manifester leur passion pour la lecture et leur intérêt pour l’actualité littéraire. Entre janvier et mars, un appel...
  • Portraits de lecteurs : les jurés du Livre Inter.
    ¤ « J’aime les livres, les couchers de soleil sur la gravure, les livres, les rires de mon bébé, les livres, la Grèce, l’Italie, l’Irlande, les livres, le champagne en apéritif, les livres, la fumée des havanes de mon mari, les livres, les émotions, les...
  • Un historien au cabinet de la nouvelle ministre ?
    Un tout nouveau conseiller technique (au portefeuille bien chargé) serait pressenti pour rejoindre le cabinet de Françoise Nyssen. Il a déjà eu les honneurs (mérités) de ce blog en octobre 2016. Par ailleurs sa nomination ne manquera pas de réjouir les...