Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 10:00

Libération du 4 juillet racontait par le menu, l'ambiance désastreuse de la soirée d'ouverture du festival d'Aix en Provence, ponctuée d'invectives au sein d'un public BCBG qui appréciait diversement la lecture imposée d'un texte d'Edwy Plenel :

Une septuagénaire à brushing hurle : «On s’en fout !» Sa voisine sexagénaire lui intime de se taire. La première :«C’est toi qui as dit "Chut", connasse ? J’ai le droit de m’exprimer !»

Ce texte de Plenel reprenait  sa chronique de France Culture du 11 juin sur les intermittents

A cet argumentaire, sous le titre Le traquenard de l'économie culturelle ou comment l'exception culturelle triche avec la diversité culturelle, le bon Docteur Kasimir Bisou (alias Jean-Michel Lucas) a cru bon de répondre et La Cité des sens croit bon de relayer cette réplique.

Sur l'antenne de France Culture, j'ai entendu Edwy Plenel défendre les intermittents, ce dont je me suis immédiatement félicité. Par contre, j'ai été surpris par la fin de son argumentation. Il a, en effet, rappelé que le secteur culturel avait un poids économique important - sept fois celui de l'automobile – et que les conséquences seraient lourdes sur les activités  du secteur si le problème des intermittents  était mal réglé.
Il a suivi la pente  générale qui glorifie l'enjeu culturel par les chiffres d'affaires et d'emplois en prenant comme argent contant, ce qui ne lui ressemble pas,  les chiffres de l'étude sur l'économie de la culture réalisée par les inspections des finances et de la culture. 1

C'est dommage pour trois raisons (...)

 

Lire la suite sur le blog de l'A.M.I., hébergé par Mediapart.

#

Sur la critique de l'argument économique voir aussi la tribune de Michaël Foessel 

Apologie de l’intermittence (Libé- 4 juillet 2014)

 

 

Actualités des politiques culturelles

Cliquez sur le lien ci-dessous pour consulter :

 

Politiques culturelles 

 

 

mon fil d’actualités sur Scoop'It

 

 

Ce blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. 


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

 

          Share

Retrouvez moi sur Google +

Ebuzzing - Top des blogs

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Divergences Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Culture, politique, temps présent : le principe d'incertitude.
    Pour revenir sur ma précédente contribution sur le contemporain je me permets de publier de nouveau une ancienne note de ce blog De la diversité culturelle (ou : de quoi sommes nous contemporains ?) Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire...
  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...