Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 09:35

 

La présente note a vocation à être intégrée dans la page de ce blog Création sociale et innovations culturelles.

 

Engagé dans le mouvement altermondialiste le philosophe Patrick Viveret se préoccupe de longue date des conditions d'émergence de nouveaux espaces démocratiques. Selon lui les « créatifs culturels » qui expérimentent et innovent forment un « halo » un « puzzle éclaté » mais convergeant autour de la « récusation de l'actuelle modèle de société » et de l' »adhésion à la vision du buen vivir ». Ce mouvement commence tout juste à se structurer. Le Collectif pour une transition citoyenne regroupe quatorze associations très variés. « C'est important que des acteurs aussi différents qu'Attac et Colibris convergent » se félicite Patrick. Il se réjouit également du dynamisme du « processus post-Alternatiba, du nom du festival alternatif très réussi qui s'est déroulée à Bayonne en 2013. Les convergences au sein de cette mouvance multiples s'accumulent. Les Etats généraux du pouvoir citoyen regroupent ainsi quatre collectifs : le Pacte civique, Roosevelt 2012, le Laboratoire d'économie sociale et solidaire et le Collectif pour une transition citoyenne.

 

Extrait du livre Les défricheurs d'Eric Dupin ; chapitre 12 : Le changement par les îlots page 255 ; ouvrage publié aux éditions La Découverte.

 

 

 

 

 

 

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Teads - Top des blogs - Multithématique
Teads - Top des blogs - Multithématique
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité Ressources
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 14:50

« L’éducation artistique vise à renforcer la capacité des élèves à penser et à apprendre par eux-mêmes, à prendre conscience de leur potentiel, à l’accepter et à l’utiliser. »

°

Souvent reléguée après les apprentissages fondamentaux, l’éducation artistique et culturelle ne va pas de soi. Elle est toujours à justifier par ses partisans. Ses objectifs peuvent diverger: réussite scolaire, intégration professionnelle ou épanouissement personnel?

Autrement dit, l’art fait-il grandir l’enfant?

Jean-Marc Lauret tire les enseignements des nombreuses recherches (principalement anglo-saxonnes) conduites depuis trente ans dans les sciences de l’éducation, la sociologie et les neurosciences. Plutôt qu’une conception utilitariste, il privilégie une approche qualitative en s’appuyant sur les compétences forgées par l’éducation artistique : créativité, imagination, confiance personnelle, concentration, faculté d’apprentissage, estime de soi, ouverture à l’autre, prise de conscience de son environnement.

Interrogeant la question de l’évaluation dans les politiques publiques, ce livre pose in fine les jalons de ce que pourrait être l’évaluation d’une politique d’éducation artistique et culturelle.

À mettre entre les mains de tous les parents, enseignants, de la maternelle à l’université, artistes et acteurs culturels, et des décideurs qui s’intéressent tant aux questions d’éducation et d’art que d’évaluation.

 

Jean-Marc Lauret est chargé de mission d’inspection générale au ministère de la Culture où il occupe différentes fonctions sur l’éducation artistique et l’action culturelle depuis 1989. Il fut en janvier 2007 la cheville ouvrière de l’organisation du symposium international de recherche sur l’évaluation des effets de l’éducation artistique et culturelle au Centre Georges Pompidou.

 

L’art fait-il grandir l’enfant ?

Essai sur l’évaluation de l’éducation artistique et culturelle

ISBN : 978-2-916002-29-3

 

Sur ce thème, on consultera aussi, sur le Carnet de recherches du Comité d'histoire du ministère de la culture :

Les aléas de l’éducation artistique et culturelle, entre démocratisation et généralisation

par Marie-Christine Bordeaux,
maître de conférences, responsable du Master de communication scientifique de l'université Stendhal (Grenoble)

 

 

et aussi :

 

La bataille de l’art à l’école

par EMMANUEL WALLON

ARTICLE PARU DANS « FIGURES DE SPECTATEURS », RAISON PRÉSENTE, N° 187, 3E TRIMESTRE 2013, P. 75-78.

 

 

 

 

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Teads - Top des blogs - Multithématique
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Ressources Les politiques culturelles en débat Actualité
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:45
Culture et politique : commencer 2015 avec un bon diagnostic.

À l’occasion des journées organisées par le magazine La Scène, les 27 et 28 novembre 2014 au Théâtre national de Strasbourg avec l’Agence culturelle d’Alsace et le soutien de la Ville de Strasbourg, sur le thème « Comment repenser les modèles économiques du spectacle vivant ? », Philippe Henry, sociologue, a présenté son analyse de la situation socio-économique du spectacle vivant en France, (analyse dont il a déjà été question à plusieurs reprises sur ce blog.).

Il y plaide pour un diagnostic problématisé de ce secteur d’activité, aujourd’hui à la croisée de ses propres tensions internes et de la mutation globale de notre société, en particulier pour ce qui concerne ses modes de production et d’échange symboliques. Une situation qui conduit également à être très attentif aux formes diverses de coopération renforcée qui s’expérimentent à plusieurs niveaux.

Lire la vidéo ci-dessous :

En complément, on peut aussi se reporter à l'intervention (déjà signalée sur La Cité des sens) : « Spécificités et tensions contemporaines de l’économie du spectacle en France », dans le cadre d'une séance plénière du COREPS Poitou-Charentes du 2 octobre 2012 à l’auditorium du Musée Sainte-Croix à Poitiers.

Entre spécificités d’une économie des biens singuliers et reconfiguration de nos modes de production, de circulation ou d’échange de nos ressources symboliques et relationnelles, ce secteur exigerait des formes intensifiées et renouvelées de coopération inter-organisationnelle. Si de telles formes sont repérables, elles restent néanmoins encore limitées.

Enregistrement audio et et diaporama de 32’56““, sont consultables à cette adresse :

http://www.dailymotion.com/video/xuxoub_philippe-henry-conference-specificites-et-tensions-contemporaines-de-l-economie-du-spectacle-en-fran_news

 

Contact : phenry4@wanadoo.fr

 

 

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Teads - Top des blogs - Multithématique
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité Les politiques culturelles en débat Ressources
commenter cet article
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 10:44

Note publiée le 2 juin 2014.

De quoi sommes nous contemporains ?

Entretien avec Jacques Revel

La globalisation est une transformation dont il serait absurde de méconnaître l’importance. Il ne serait pas moins absurde de croire qu’elle va imposer un modèle unique. Tout au contraire, à travers les confrontations qu’elle rend possibles, à travers les nouveaux rapports de force qu’elle rend visibles, elle produit un autre répertoire de différences. À cet égard, le problème me paraît moins être celui de sauvegarder ces différences comme traces du passé, que de comprendre ce que les protagonistes, anciens et nouveaux, vont faire d’elles.

 

1

Extrait d'un entretien avec Jacques Revel, Historien par Caroline Gaudriault

 © Zig-Zag Blog.com

 

 

Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire que nous ne savons pas vers où elle nous conduit. Elle a pourtant des traits reconnaissables. Elle est brutale et elle est largement partagée. Ce qui ne veut pas dire qu’elle soit unifiée, tant s’en faut. Elle est mondiale, ou, plus exactement, elle s’est de proche en proche mondialisée. Cela ne signifie en rien qu’elle soit unifiée, comme le prétend le discours sur la mondialisation. Tout au contraire : elle confronte des situations, des histoires, des attentes, profondément différentes. Là où avait longtemps prévalu une lecture unifiée du devenir du monde, essentiellement occidentale, il existe désormais une multiplicité de lectures qui ne s’accordent pas nécessairement. La globalisation est une transformation dont il serait absurde de méconnaître l’importance. Il ne serait pas moins absurde de croire qu’elle va imposer un modèle unique. Tout au contraire, à travers les confrontations qu’elle rend possibles, à travers les nouveaux rapports de force qu’elle rend visibles, elle produit un autre répertoire de différences. À cet égard, le problème me paraît moins être celui de sauvegarder ces différences comme traces du passé, que de comprendre ce que les protagonistes, anciens et nouveaux, vont faire d’elles.
Mais cela suppose peut-être que nous – j’entends : les sociétés occidentales, qui se sont longtemps réservé le privilège du déchiffrement et de l’interprétation de l’histoire – commencions par reconnaître que ce privilège est désormais partagé. La prophétie d’une catastrophe civilisationnelle, que l’on entend parfois annoncer, pourrait bien n’être qu’une manière de dire que nous ne sommes plus les seuls maîtres du jeu. Il y a là un réajustement qui est sans nul doute difficile mais qui pourrait, à terme, être salutaire – et qui, de toute façon, ne nous laisse guère de choix. C’est sans doute de là qu’il faut repartir.

 

 

Extrait de Le passé est devenu une valeur refuge

 

Conversation avec Jacques Revel, Historien par Caroline Gaudriault

 

© Zig-Zag Blog.com

 

Zig-Zag part du principe que la pensée ne va pas d’un point A à un point B en ligne droite, mais évolue en spirale. Partisan de fuir le consensus, il respecte les contradicteurs. La vérité étant multiple et souvent remise en question, notre réflexion est en droit de zig-zaguer, comme le fait notre époque qui se cherche.
Avec la participation du photographe Gérard Rancinan et d’intellectuels, Zig-Zag invite à témoigner, à ouvrir des perspectives et converser d’une opinion à l’autre…
Zig-Zag veut échapper aux préjugés, affectionne particulièrement le libre arbitre et n’a pas peur de la nostalgie. Ce que Zig-Zag aime plus que tout c’est son époque, moderne. Et l’impertinence n’étant jamais très loin de son trait de caractère, il regarde avec ironie et sens critique les contradictions de notre société pour mieux en appréhender les contours et s’ouvrir sur des perspectives nouvelles.

 

Accéder à la version intégrale de l'entretien.

 

 

Voir aussi sur ce blog, la page  : Actualités des politiques culturelles

 

 

Ebuzzing - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité Divergences
commenter cet article
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 17:57

Note publiée le 26 mai 2014.

 

Diversité culturelle

 

Comment évaluer le rôle joué aujourd'hui par la notion d'identité culturelle (je serais tenté de dire : le rôle joué dans la culture par la notion d'identité culturelle) ?
A l'occasion de multiples problèmes envisagés dans leur aspect théorique comme dans leurs implications politiques -tels ceux des "droits culturels" des individus et des peuples ; de la "démocratie culturelle" ; du "développement culturel" et des rapports entre "culture et développement" ; de la "promotion des langues nationales" ; du "rapport entre "conservation du patrimoine culturel" et "création" ou "innovation" ; de la "communication interculturelle" dans ses rapports avec la liberté d'expression ou avec le renforcement de la paix, etc. - les formulations qui nous sont proposées sont au fond sous-tendues par quatre grandes polarités catégorielles.

°

Ainsi débute l'analyse fouillée et éclairante proposée par Étienne Balibar à partir des réflexions présentées à la Table ronde sur "Identité et Culture" organisée à l'UNESCO les 14 et 15 décembre 1989 par la Division de Philosophie et des Sciences Humaines. Le début de ce texte, reproduit ici est une invitation à le (re) découvrir.


 

(…) les formulations qui nous sont proposées sont au fond sous-tendues par quatre grandes polarités catégorielles :

1. L'objectif et le subjectif

L'identité culturelle apparaît comme un ensemble de structures objectives (comme telles spontanément pensées dans la dimension du collectif, du social, de l'historique) et comme un principe ou un processus de subjectivation (spontanément pensé dans la dimension du "vécu", de l'individualité "consciente" ou "inconsciente"). Entre ces deux pôles il y aurait normalement correspondance ou réciprocité, suivant les schèmes de l'extériorisation et de l'intériorisation ; mais aussi, le cas échéant, conflit.

(…)

2. L'universel et le singulier

L'identité culturelle serait l'expression même de la singularité des "groupes", peuples ou sociétés, elle serait ce qui interdit de les confondre dans une uniformité de pensée et de pratique, ou d'effacer purement et simplement les "frontières" qui les séparent et qui traduisent la corrélation au moins tendancielle entre faits de langue, faits de religion, faits de parenté, faits esthétiques au sens large (car il y a des styles de vie comme il y a des styles

musicaux ou littéraires), et faits poli tiques. Mais en même temps elle poserait immédiatement le problème de l'universalité ou de l'universalisation.

 

(…)

3. Elite et masses (ou : le savant et le populaire)

Cette troisième polarité est omniprésente mais elle trouve différentes expressions, entre lesquelles règne un rapport d'analogie. Elle est d'abord

une façon de formaliser la distinction classique depuis le XIXe siècle au moins entre la culture (scientifique,technique, littéraire) et les cultures expressives des groupes sociaux (ou mieux de l'appartenance des individus à des groupes), et en ce sens elle ne fait que projeter dans le champ historico-sociologique la "dialectique" précédente de l'universel et du singulier.

 

(...)

4. Le permanent et l'évolutif

Ici la notion d'identité culturelle se réfléchit en quelque sorte sur elle-même dans la dimension privilégiée du temps. Avec ou sans référence explicite au " progrès", avec ou sans critique de la pertinence et des limites de celui ci, ainsi que des modes de la temporalité historique présupposés par toute

thèse qui porte sur l'historicité de la culture, il semble bien qu'on puisse reconnaître le postulat suivant, en forme d'unité des contraires : l'identité culturelle résiste au temps du simple changement, elle est identique à elle-même comme l'invariant de toute transformation (c'est pourquoi elle autorise la reconnaissance, la nomination "propre" des sujets collectifs) et ce pendant elle n'existe que par son incessante transformation (qu'on appellera création, vie, développement, mais qui finalement apparaîtra comme un réquisit de la notion même de "culture »)

 

(…)

© Etienne Balibar

Accéder au document sur le site Persée

 

Voir aussi l'Entretien avec Etienne Balibar. réalisé par Laurent Etre et publié dans L'Humanité du 25 novembre 2011 à la suite de la parution de Citoyen sujet et autres essais d’anthropologie philosophique, d’Étienne Balibar. PUF, 2011, 536 pages

 

 

# Pour se convaincre de la permanence de réflexions politiques alternatives on peut aussi relire :

Les droits culturels en tant que droits de l'homme

par Francis Jeanson

Intervention lors de la réunion d'experts à l'Unesco sur le thème « Les droits culturels en tant que droits de l'homme », Paris, juillet 1968.

De larges extraits de ce texte et un lien vers sa version intégrale ont été publiés sur le blog

Devoir de culture.

 

# Sur La Cité des sens :La Diversité culturelle #3 (référence à un article de Jean-Michel Lucas).

 
 

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

vintage 78 

 

      › Sur ce blog, voir aussi la page :

 

Création sociale et innovation culturelle.

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

vintage 78 

 

      › Sur ce blog, voir aussi la page :

 

Création sociale et innovation culturelle.

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Ebuzzing - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 09:54

 

Note publiée le 30 avril 2014.
 

 

 

La Cité des sens vous invite à visionner la brève et lumineuse contribution de l'historien Roger Chartier relative aux propos généralement tenus sur les mutations des modes d'appropriation des biens symboliques.

 

 

Je reviendrai sans tarder sur ces questions mais, d'ores et déjà, je vous invite (de nouveau) à vous reporter à la série d'analyses publiées sur (l'excellent) blog Sisyphe à Elsinor.

 

Le livre numérique.

Crainte ou confiance ? Quatre approches possibles à la problématique de l’e-Book 

L'approche à la problématique éditoriale

L'approche du binôme : lecteur / lecture

L’approche de l’industrie du livre

L’approche aléatoire du lecteur

 

 

 

vintage 78 

 

      › Sur ce blog, voir aussi la page :

 

Création sociale et innovation culturelle.

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 09:44

Note publiée le 16 janvier 2014.

 

arton435-d6e32.png

 

Un nouveau référentiel pour la culture ?

Pour une économie coopérative de la diversité culturelle

Philippe Henry

Editions de l'Attribut, janvier 2014.

 

Les mutations de ces dernières décennies sont autant culturelles que strictement économiques et sociales. Les modes de production et d’échange de nos ressources symboliques s’en trouvent profondé­ment transformés et notre conception d’un art émancipateur, héritée du xxe siècle, largement questionnée.

En s’appuyant sur des expérimentations souvent peu connues, l’ouvrage illustre cette situation et analyse la question centrale de la construction de nos identités culturelles. La problématique de la diversité culturelle forme désormais le nouveau socle d’une pensée et d’une action politique publique de la culture. Elle est néanmoins confrontée à des inégalités et des fractures culturelles aujourd’hui croissantes.

Dans ce nouveau contexte, de nouvelles modalités collaboratives peuvent être repérées qui plaident pour la prise en compte d’une économie coopérative dans le champ de la culture, au même titre que pour l’affirmation d’une gouvernance participative.

Au final, l’ouvrage développe une approche volontairement généra­liste et didactique de mise en perspective des rapports qui se renou­vellent sous nos yeux entre l’art, la culture et la société. Avec pour visée de vouloir inventer un monde moins insoutenable et plus humain.

L’auteur

Philippe Henry est maître de conférences HDR à la retraite de l’Université Paris 8 - Saint-Denis. Il poursuit ses recherches sur la spécificité de l’économie des biens singuliers dans le domaine artistique. Il a notamment publié en 2009 Spectacle vivant et culture d’aujourd’hui. Une filière artistique à reconfigurer aux Presses Universitaires de Grenoble.

 

Introduction

Chapitre 1 - Des friches culturelles aux nouveaux enjeux créatifs

Système Friche Théâtre Friche la Belle de Mai ; Les friches culturelles, entre enjeux artistiques et culturels ; Les friches culturelles, symptôme des mondes de l’art actuels ; Un environnement global en profonde transformation ; L’interdépendance créative : l’exemple des musiques actuelles.

Chapitre 2 - Des rapports transformés à l’art et à la culture

L’agencement des pratiques culturelles et de loisirs des Français ; Entre diversité et hétérogénéité culturelles ; La question centrale de la construction de nos identi­tés culturelles ; Usages culturels du numérique chez les jeunes et comportements contributifs.

Chapitre 3 - Une nouvelle approche du développement culturel

Un document d’orientation politique de la FNCC ; Le principe d’une émancipation par l’éducation individuelle ; De la médiation culturelle à l’injonction participative ; De la reconnaissance de la diversité culturelle à celle des droits culturels ; Mettre en oeuvre des politiques favorables à l’interculturalité.

Chapitre 4 - La structure inégalitaire de l’économie culturelle

Les asymétries du monde du spectacle vivant ; Les spécificités de l’économie artisti­que ; Une économie créative qui exacerbe certaines tensions ; La logique des indus­tries culturelles ; L’inquiétante réduction des enjeux culturels à ceux de l’économie marchande.

Chapitre 5 - Des démarches artistiques partagées

Bruit du frigo ; Un cadre de référence d’emblée interculturel ; Des conditions spéci­fiques de mise en oeuvre ; Des démarches à mieux favoriser.

Chapitre 6 - Des modalités coopératives au sein des organisations artistiques

Des directions artistiques collectives dans le spectacle vivant ; Le fondement histori­que d’une émancipation par la coopération ; De l’économie sociale et solidaire aux entreprises sociales ; Des formes réelles de mutualisation dans le champ artistique.

Chapitre 7 - Des formes territorialisées de coopération culturelle

La grappe d’entreprises Les Articulteurs ; Des regroupements coopératifs dans le champ culturel ; Des fonctionnements originaux à mieux appréhender.

Chapitre 8 - Des politiques culturelles publiques à reconfigurer

Rennes La culture, une ville en mouvement ; Le besoin de reconfigurations et de régulations plus systémiques ; Réorienter les politiques culturelles publiques ; Des projets culturels de territoire plus participatifs ; Un partenariat privé / public à reconsidérer.

Chapitre 9 - Des référentiels métiers et de formation artistiques à refonder

Une demande non validée de formation du Cefedem Rhône-Alpes ; Une perspective formative à réexaminer ; De nouvelles orientations à préciser.

Conclusion

 

Rappels :

Ici même, nous avons déjà évoqué les analyses de Philippe Henry.

 

Territoires et ressources des compagnies en France

 

Première contribution une construction de repères sur le champ du spectacle, la recherche dont les résultats sont présentés ici a privilégié une approche par filière, à partir du modèle économique des compagnies, tout à la fois porteuses de projets et implantées sur un territoire. L’approche interroge le lien entre la structure des ressources monétaires ou non monétaires des compagnies, le spectre de l’ensemble de leurs activités et leur distribution territoriale. Entre injonction d’excellence, ancrage local et rayonnement territorial, une typologie construite à partir des profils d’activité des compagnies de spectacle vivant permet de distinguer les compagnies selon l’origine de leurs ressources et la diversité de leurs activités.

 

* Recherche coordonnée par Daniel Urrutiaguer et Philippe Henry, maîtres de conférences respectivement à l’université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3 et à l’université de Paris 8 – Saint-Denis, ainsi que, pour l’enquête quantitative, par Cyril Duchêne, directeur des publics et du développement du Centre national de la danse. Certaines études de cas ont été réalisées par des chercheurs universitaires, Julie ValéroAgathe Dumont,Laure FernandezCécile Schenck (Paris 3), Laure de Verdalle (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Serge Proust (Saint-Étienne), Bérénice Hamidi-Kim (Lyon 2) etSéverine Ruset (Grenoble 3). François Rémond (Paris 3) et Cécile Delassus ont également collaboré à certains aspects de la recherche.

Le document

 Territoires et ressources des compagnies en France 

(synthèse et rapport intégral) est téléchargeable à cette adresse

 

On peut ajouter que lors de la séance plénière du COREPS Poitou-Charentes du 2 octobre 2012, Philippe Henry a développé son approche de l’économie actuelle du spectacle, entre spécificités d’une économie des biens singuliers et reconfiguration de nos modes de production et d’échange symboliques. Il y plaide pour des formes intensifiées de coopération entre organisations.

 

Le diaporama et l’enregistrement audio de l’intervention de Philippe Henry

Spécificités et tensions contemporaines de l’économie du spectacle en France 

sont consultables à cette adresse.

 

La Cité des sens avait rendu compte en son temps (dans la revue l’Observatoire n°37, hiver 2010 http://www.observatoire-culture.net   ) de l’ouvrage de Philippe Henry 

Spectacle vivant et culture d'aujourd'hui. Une filière artistqiue à reconfigurer.

Grenoble, PUG., 2009

Pour télécharger cette recension, c’est ICI. 

 

 

Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques ? (Décembre 2011

 

      Télécharger la contribution de PHILIPPE HENRY

 

(Texte mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale- Partage à l’Identique 3.0 non transposé).

 

 ♦ ♦ ♦

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 09:38

Note publiée le 20 janvier 2014

 

 

Il est donc urgent que la puissance publique affirme les principes communs à respecter par toutes les politiques culturelles, tant de l'Etat que des collectivités. J'avais indiqué au député Travert 7 la voie à suivre pour éloigner le spectre du corporatisme culturel. Il suffisait d'affirmer les finalités culturelles d'intérêt général que la France s'est engagée à défendre en adoptant les textes normatifs de l'Unesco. Le député Travert n'a pas tenu compte de ces valeurs culturelles universelles que nous avons pourtant pris la responsabilité de défendre aux yeux du monde. Il a préféré s'en tenir à l'approche sectorielle, donc corporatiste de la culture.

Malgré cela, dans le climat d'opposition introduit par le lobby des arts, il s'impose aujourd'hui que le dispositif de délégation soit rendu transparent et public et qu'il repose pour tous les acteurs de la négociation sur les valeurs culturelles universelles négociées à l'Unesco. Ce sera un cadre incontestable pour le débat public autour de la délégation culturelle, au sens où refuser de se référer tant à la Déclaration universelle sur la diversité culturelle qu'à la Convention sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel serait nous déjuger collectivement sur la scène mondiale.

Conclusion : si, en matière culturelle, le gouvernement veut vraiment faire des délégations le fer de lance de la modernisation de l'action publique, il lui faudra vite profiter de la délégation prévue pour la Bretagne pour affirmer de tels principes de discussion.

Il lui faudra aussi éviter de présenter au Parlement une loi sur la création artistique qui continue de privilégier les pratiques archaïques du corporatisme culturel. A l'inverse, il serait temps que les organisations culturelles professionnelles apprennent à rester à leur juste place : elles sont les indispensables ressources du développement de l'imaginaire humain mais elles ne sauraient, dans notre République, espérer penser l'intérêt général en lieu et place du législateur.

 

 

Ainsi se termine  la contribution de Jean-Michel Lucas  (à ce qui devrait être un vrai débat politique)

"Résister au corporatisme pour moderniser l'action publique culturelle"

(à propos de l'article 2 de la loi de modernisation de l'action publique et de l'affirmation des métropoles et de l'amendement « d'exception culturelle »)

JM Lucas et Doc Kasimir Bisou

1 Janvier 2014

 

Télécharger l’article de Jean-Michel Lucas

 

Autres contributions du même auteur sur La Cité des sens, cliquer ici.

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 10:27

Comment les loisirs culturels contribuent-ils à la construction identitaire des filles et femmes, ainsi que des garçons et hommes.?

le blog de Jean-Claude Pompougnac

°

Vient de paraître

 

Questions de genre, questions de culture

 

Regarder des séries télévisées, jouer aux jeux vidéo ou lire des livres, fréquenter la Cité des sciences ou s’adonner à une pratique artistique en amateur sont autant d'activités où la différence des profils sexués des publics ne cesse de s’affirmer. Pourtant, supposés librement choisis, les loisirs culturels peuvent passer pour l'expression des intérêts, des goûts, des passions des individus voire de leur personnalité.
C’est que l’écheveau subtil des incitations et des interdictions de l’entourage, –.de l’enfance à l’âge adulte.–, des stéréotypes de sexe, qui attribuent de manière exclusive certaines qualités aux femmes et d’autres aux hommes, et des stéréotypes concernant les pratiques culturelles, dont certaines sont considérées comme féminines et d’autres comme masculines, réduit la liberté de choix en dessinant des voies balisées et en suggérant des hiérarchies entre les itinéraires.
Comment les loisirs culturels contribuent-ils à la construction identitaire des filles et femmes, ainsi que des garçons et hommes.? Comment les usages, pratiques et consommations culturels et les représentations qui en découlent participent-ils à façonner le genre.? Les différenciations de genre présentes dans le champ des loisirs culturels sont-elles le terreau d’inégalités, d’autant plus cachées qu’elles sont renvoyées au goût, naturel et électif.?
Telles sont les questions que soulève le présent ouvrage, à travers différentes perspectives, selon l’âge des individus, les goûts et pratiques (pratiques musicales en amateur, consommations médiatiques, culture scientifique et technique). Les cinq contributions réunies ici détissent l’écheveau du genre et interrogent sa construction sociale, étroitement imbriquée à celle de l’âge, de la position sociale et de la race. Ce faisant, elles démontrent, s’il en était besoin, que les loisirs culturels sont aussi une affaire de genre.

 

Viviane Albenga, Nathalie Almar, Marie Buscatto, Roger Cantacuzène, Christine Détrez, Reguina Hatzipetrou-Andronikou, Nadine Lefaucheur, Éric Macé, Catherine Marry, Claire Piluso, Ionela Roharik et Sandrine Rui 

ont contribué à cet ouvrage.

Sylvie OCTOBRE (sous la dir. de)
À paraître le 3 décembre 2014
Diffusion la Documentation française
152 p.
ISBN 978-2-11-128156-1
12 €

 

Voir aussi sur ce blog, les notes de la catégorie Le genre et la culture.

 

Par exemple :

 

Classes, genres et lecture publique.

 

Bovary bat Quichotte par KO debout.

 

La différence des sexes est-elle soluble dans l'alcool ?

 

 

Télécharger l'étude La féminisation des pratiques culturelles

Olivier Donnat

(Juin 2005)

 

 

 

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

Teads - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Le genre et la culture. Actualité Divergences
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 09:30

Nous sommes les seuls à avoir fait une déclaration politique très forte sur les droits culturels. Mais lorsqu'on évoque les droits culturels avec les artistes, ils n'apprécient guère...

 

°

Il n'est franchement pas simple le chemin qui va des principes, des référentiels et des orientations politiques aux complexes constructions juridico-adminsitatives genre : loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (MAPAM) ; ou travaux parlementaires sur la  nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe).


 

Lors de sa séance du 15 octobre 2014, la Commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat a procédé à l'audition de M. Florian Salazar-Martin, président de la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC), et Mmes Danielle Buys et Pascale Cauchy, vice-présidentes.

M. Florian Salazar-Martin, président de la FNCC. -

Extraits :


La question culturelle est essentielle à nos yeux, car c'est ce qui nous réunit. Comme vous l'avez mentionné, nous avons signé une déclaration avec les autres associations d'élus car nous jugeons nécessaire une certaine harmonisation et l'affirmation d'une responsabilité publique de la culture. Pour ce qui concerne la réforme territoriale, permettez-moi de formuler trois remarques

- la culture n'est pas, pour nous, une compétence mais une responsabilité publique qui incombe à chaque catégorie de collectivité territoriale et en premier lieu à l'Etat ;

  • la question de la place de l'État n'est pas subsidiaire. La proposition formulée récemment par Emmanuel Négrier [voir le compte-rendu de l'audition d'Emmanuel Négier par cette même Commission du Sénat] n'est pas nouvelle, mais il est indispensable de rappeler que l'État doit rester le premier partenaire des collectivités territoriales ;

  • la responsabilité culturelle doit être co-construite : c'est une bataille que nous menons depuis la réactivation du Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC). Nous ne pouvons pas définir les politiques culturelles sans l'ensemble des partenaires dans les territoires. Chaque collectivité apporte sa contribution, avec sa singularité.

(...)

La FNCC est très attachée à cette forme de travail. Nous voulons préserver la libre administration de notre volonté politique pour définir les politiques culturelles, leur mise en oeuvre et leur financement. Nous sommes très inquiets quant au contexte actuel et demandons à l'État des garanties de cette liberté.

La FNCC est très attachée à cette forme de travail [les co-(financements]. Nous voulons préserver la libre administration de notre volonté politique pour définir les politiques culturelles, leur mise en oeuvre et leur financement. Nous sommes très inquiets quant au contexte actuel et demandons à l'État des garanties de cette liberté.

Nous refusons de nous situer dans un débat d'affrontement car nous sommes attachés au caractère pluraliste de notre histoire. Ce qui nous guide, c'est l'objectif de reconnaissance de la responsabilité publique dans le domaine culturel, la définition d'une gouvernance pouvant ensuite en être déduite. Nous rejetons toute idée de travail dans l'injonction car cela ne donnerait aucun résultat. C'est l'idée de partenariat que nous défendons, et qui est d'ailleurs au coeur des travaux de la CCTDC. Au sein de cette instance unique de concertation, la précédente ministre chargée de la culture a d'ailleurs proposé un pacte culturel entre l'État et les collectivités territoriales.

(…)

La FNCC est une fédération responsable, qui travaille sur un consensus dynamique. Nous ne sommes pas dans la posture qui consiste à établir un catalogue de propositions. Pourquoi ? Car notre démarche n'est pas inscrite, elle est contrariée. On nous presse, on nous oblige. Nous ne sommes pas dans une démarche visant à réfléchir et à innover ensemble. Chacun se replie sur son territoire et ses prérogatives, du fait de l'absence de confiance. C'est à cette lumière qu'il faut voir les propositions de l'ARF, qui considère que la meilleure manière de préserver la culture est d'en confier une part croissante de responsabilité aux régions. C'est une manière de voir les choses sur laquelle il ne faut pas jeter l'anathème. Il faut également le considérer comme la réaction à un État qui ne se pose pas la question du bien-fondé et de la pérennité de l'investissement dans la culture.

(...)

 

J'affirme que la FNCC n'est pas pour le statu quo. Non seulement parce que la démocratisation est à bout de souffle, mais aussi parce que la culture n'est pas que dans la culture car elle constitue une dimension transversale de la politique publique. Il convient désormais de changer de paradigme : la question n'est plus celle du « 1 % culturel », mais plutôt de la dimension culturelle des politiques publiques. Nous sommes les seuls à avoir fait une déclaration politique très forte sur les droits culturels. Mais lorsqu'on évoque les droits culturels avec les artistes, ils n'apprécient évidemment pas cette approche car la culture est une profession sinistrée.

(...)

En outre, nous ne sommes pas favorables à un transfert des DRAC car nous ne pouvons tolérer un démantèlement de l'État. Si nous faisons l'inventaire de ces directions régionales, nous pouvons dire qu'elles sont essentielles même si aujourd'hui nous n'avons plus la même relation avec elles en raison du poids des questions normatives qu'elles doivent gérer. Il faut redonner du sens aux DRAC, en gardant à l'esprit qu'il existe déjà 400 000 normes dans notre pays et qu'il est temps de cesser de contraindre l'action publique.

(...)

Accéder au compte-rendu de la séance.

 


 

Nous sommes les seuls à avoir fait une déclaration politique très forte sur les droits culturels, a donc rappelé le président de la FNCC.

Il n'est pas inutile d'y revenir ici .

 

Plus de cinquante ans de politiques culturelles impulsées par le ministère de la Culture et par les collectivités territoriales ont développé sur l’ensemble du territoire un réseau d’équipements culturels remarquablement dense : scènes de théâtre, de concerts, écoles de musique, bibliothèques, musées...

Avec le concours des collectivités, l’Etat a pleinement rempli son rôle régulateur en assurant les conditions économiques d’une pérennité de la circulation des biens culturels. Le maillage culturel de nos territoires est aujourd’hui largement opérationnel.

Il faut le reconnaître, s’ils ne le sont pas parfaitement bien sûr, la culture et les arts ont en revanche, les moyens d’être présents partout, donc pour tous.

C’est la démocratisation culturelle, un effort conçu pour l’accès du plus grand nombre aux productions de l’intelligence sensible. Un effort maintenant relayé par les nouveaux moyens technologiques.

Mais c’est une politique de l’offre et de la diffusion, de l’accompagnement et de la méditation. Une politique qui donne beaucoup mais écoute peu. Une politique qui oublie que chacun est aussi porteur d’une culture propre, d’une identité singulière, tissée d’appartenances multiples, et que c’est en le reconnaissant en tant que personne libre qu’on le mettra en capacité de recevoir, d’échanger, de dialoguer.

C’est pourquoi il nous faut aujourd’hui promouvoir une politique culturelle qui place la reconnaissance des droits culturels au fondement de son action et la dignité des personnes comme son objectif central, permettant ainsi la prise en compte du désir d’expérimentation créatrice de chacun et la valorisation des identités collectives, et par delà, le dialogue entre les individus et les groupes. Elle passe aussi par le soutien à une

éducation à l’expression artistique.

Aujourd’hui – et en particulier grâce à l’enrichissement d’une société mêlant des cultures de plus en plus diverses et grâce à l’impératif de préservation et de promotion de la diversité des expressions culturelles porté par l’Unesco –, c’est à partir de leur histoire propre, pour l’explorer, la transmettre ou s’en dégager, que les personnes sont en mesure de déployer pleinement les cadres de leurs appartenances multiples, riches de différences et d’échanges.

(...)

 

Télécharger : Des Politiques publiques pour les personnes, par les territoires (janvier 2013)

 


 

L’Institut de coopération pour la culture avait assez longuement analysé ce texte et publié, en juillet 2013, les résultats du séminaire qu'il lui avait consacré, sous le titre : Adoptons une position plus large sur la culture pour définir les futures politiques publiques.

Extrait :

Privilégier le choix d’un processus plus que d’un modèle.

Lors du 5ème séminaire de l’Institut de Coopération pour la Culture, nous nous sommes attachés à travailler sur le texte d’orientation politique de la Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture (FNCC) de janvier 2013 intitulé Des politiques culturelles pour les personnes, par les territoires. Même avec un temps de préparation, cet exercice fut périlleux au regard de la richesse et de la complexité des notions abordées et des cadres de référence proposés.

En mobilisant plus ou moins explicitement différents textes internationaux, ce texte rappelle au lecteur que les politiques culturelles ne se résument pas à une politique autour des arts et de la création artistique. En prenant un référentiel très large de la culture, la FNCC met en débat de nouvelles orientations politiques. Sur quels fondements reposent ces nouvelles propositions ? Celles-ci permettent-elles d’envisager de nouvelles pistes de définition des politiques culturelles publiques ?

La FNCC avance un changement de paradigme, à partir duquel un nouveau modèle de développement et de gouvernance serait envisageable. Ce texte ouvre indéniablement de nouvelles perspectives. Face à la vieille routine qui s’est mise en place autour des institutions culturelles, avec une prépondérance du modèle professionnel et d’excellence soutenu par le ministère de la culture, le changement de référentiel proposé par la FNCC autour des droits culturels et des droits à la personne oblige en effet à reconsidérer le modèle dans son ensemble. Nous pourrions voir dans ce texte le signe d’une urgence à proposer rapidement une alternative politique en faveur de la culture, au risque d’une marginalisation, d’un dévoiement ou d’une dilution de la question culturelle dans les prochaines échéances électorales.

 

Télécharger : Contribution Institut Coop Culture mai 2013

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586


 Nous vous recommandons de reporter ce numéro dans la zone du titre pour faciliter son exploitation par les moteurs de recherche.

  Cordialement

 Pour plus d'informations, vous pouvez consulter les pages  du Centre ISSN France :
http://www.bnf.fr/fr/professionnels/issn_isbn_autres_numeros.html

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586


 Nous vous recommandons de reporter ce numéro dans la zone du titre pour faciliter son exploitation par les moteurs de recherche.

  Cordialement

 Pour plus d'informations, vous pouvez consulter les pages  du Centre ISSN France :
http://www.bnf.fr/fr/professionnels/issn_isbn_autres_numeros.html

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586


 Nous vous recommandons de reporter ce numéro dans la zone du titre pour faciliter son exploitation par les moteurs de recherche.

  Cordialement

 Pour plus d'informations, vous pouvez consulter les pages  du Centre ISSN France :
http://www.bnf.fr/fr/professionnels/issn_isbn_autres_numeros.html

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586


 Nous vous recommandons de reporter ce numéro dans la zone du titre pour faciliter son exploitation par les moteurs de recherche.

  Cordialement

 Pour plus d'informations, vous pouvez consulter les pages  du Centre ISSN France :
http://www.bnf.fr/fr/professionnels/issn_isbn_autres_numeros.html

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Ebuzzing - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992
    Au printemps 1992, au moment où je participais à ce collectif et figurais parmi les premiers signataires de l'appel ci-dessous, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans, Benoît Hamon, 25 ans était assistant parlementaire d'un député PS avant de devenir...