Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 09:30

 

A tout instant, il se passe quelque chose dans les bibliothèques publiques.

 

J’en veux pour preuve, la dernière livraison du BBF (n° 4 ; 2013)

 

Dossier La règle en bibliothèque

Benoît Tuleu

Contrat sur le lecteur

Les excès de la contractualisation

Résumé

 Reine Bürki

La signalétique et la règle

Petit voyage en territoire balisé

Résumé

 Édith Mercier

Tentative d'épuisement des postures de lecteurs

Galerie de croquis a la bibliotheque publique d'information

Résumé

 Cécile Touitou

Le règlement dans les marges

Règles incertaines et limites floues d'un jeu collectif en bibliothèque

 

Alice Billard

Vers la « bibliothèque ouverte, tolérante, conviviale »

Un bilan des expériences de prêt illimité en bibliothèque municipale

Résumé

Aline Chareyron (collaboratrice), Anne-Christine Collet, Odile Jullien-Cottart (collaboratrice)

Démarche qualité et règlement de bibliothèque

Résumé

Maxime Szczepanski-Huillery

À boire et à manger

La consommation des nourritures terrestres à la bibliothèque universitaire d'Angers, entre tolérance et interdiction

Résumé

 

Mohamed Bouali (collaborateur), Simon-Nicolas Cecchi (collaborateur), Lucie Daudin (collaboratrice), Dominique Deschamps

Règle et règlement en médiathèque

Pourquoi, pour qui ?

Résumé

Émilie Dauphin

La bibliothèque comme lieu de vie et non d'interdits

Exemple de la médiathèque centre social Yves Coppens de Signy-l'Abbaye

Résumé

 Michael Garrett Farrelly

Libérez le Boss qui est en vous !

Résumé

Les beaux dessins qui accompagnent le travail d’Edith Mercier sur les postures corporelles des lecteurs de la BPI.

BBF.jpg

 

©Edith Mercier, Bulletin des bibliothèques de France.

 

 

Tout aussi fort, cette info trouvée sur l’excellent site Actualitté.

 

Pour cultiver la sagesse, rien de mieux qu'un petit tour en bibliothèque, et ce n'est pas Voltaire qui aurait dit le contraire. Mais il est désormais possible d'emprunter des graines, du moins dans l'établissement de prêt Akron-Summit, dans l'Ohio : bien entendu, pas de date de retour, mais simplement d'arrivée à maturité...

Pour retirer les graines, la procédure ne diffère pas de celle suivie pour un document : les usagers se servent dans un grainetier, et remplissent une petite fiche pour signaler le retrait de la référence. « Une telle initiative semblait naturelle » souligne avec humour Monique Mason, responsable au sein de la bibliothèque. 

 

L'offre a débuté sur une base de 800 enveloppes, remplies avec les milliers de graines données par deux sociétés spécialisées, High Mowing Organic Seeds et Baker Creek Heirloom Seed Co, ainsi que par les usagers à la main verte de la bibliothèque. Légumes, herbes et quelques fleurs, le choix est aussi vaste que la nature est riche.

 

Jusqu'à 6 « emprunts » sont possible par mois, et les bibliothécaires espèrent bien voir revenir quelques fruits des récoltes, sous forme de graines, leur revenir dans quelques mois : « Mais même si nous ne recevons rien en retour, il s'agit toujours de promouvoir le jardinage et une alimentation équilibrée » explique Mason. 

 

Depuis le lancement de l'initiative en avril, 1/8e de la réserve s'est déjà écoulée. Qui sème les graines... récolte l'enthousiasme ?

Sources Melville House , Ohio.com

 

Et un rappel : c’était sur la Cité des sens le 31 janvier dernier

 

Draguer en bibli ...?

 

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr

 

Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel

 

Les net-actualités sur le site d'Arteca 

 

Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)

 

Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda

 

WWW-CD.ORG  la veille des arts vivants, politiques publiques de la culture, développement culturel durable, informatique et outils de communication.

 

 

 

 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Lecture et biblis
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 16:36

 SGN 9

 

Voici ce qu’on peut lire sur le blog de Marie-Christine Blandin

 

Festival d’Avignon – Débat sur les droits culturels (FNCC)

Publié le 17 juillet 2013 dans Commission Affaires Culturelles

A partir d’un texte qui définit les droits culturels de la personne, la FNCC propose de redéfinir les politiques culturelles des collectivités. L’idée est audacieuse et créée des réticences. Il s’agit de droits « de »… Et non pas de droits « à »…des notions comme la gratuité ne sont pas l’objet du débat. Ce qui est à combattre ce sont toutes les formes de discrimination qui tiennent des personnes â l’écart.

Les intervenants ont mis en scène des actions très diverses: récolte de chansons anciennes sur un territoire, médiathèque numérique, soutien au cinéma et exception culturelle. Mais on sent que le consensus n’est pas encore acquis. Certains expriment leur exigence que la politique publique soit « la même pour tous ».

Des suggestions pertinentes sont apparues : parler aussi de l’espace public, ou de la condition sociale des artistes et donc de l’intermittence.

Je considère que ces freins sont de deux ordres: ceux qui craignent des injustices, et brandissent le service public, ou ceux qui sentent confusément que ce renversement démocratique, qui introduit les publics dans le débat, va amener à poser la question du sens: voulons nous une culture « compétitive » ou « coopérative »?

Marie Blandin.


Il est clair que « le consensus n’est pas encore acquis ». C’est même un signe de bonne santé démocratique à condition que le débat soit porté sur la scène publique et non dans l'entre soi des coulisses.

Peut-être devrais-je, par exemple, publier ici l’état actuel du texte de la loi d’orientation en faveur de la création artistique que prépare le ministère et les contributions de différentes organisations qu’il a consultées (du moins celles qui ne sont pas restées « confidentiel culture » - comme on dit confidentiel défense) ?

Il est clair aussi que ceux qui « brandissent le service public » vont être confrontés au débat déjà engagé dans « le milieu », débat que devrait logiquement raviver l’examen de la loi sur l’économie sociale et solidaire.

 

Quant à « ce renversement démocratique, qui introduit les publics dans le débat » et pose la question du sens, il faut prêter attention à la note de Jean-Michel Lucas sur le projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles.


"Stephane Travert, député, rapporteur pour avis a souhaité que je sois auditionné par la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale sur la question de la Loi de décentralisation dite Loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles."  19 juin 2013

On trouve cette note comme tous les autres textes de Jean-Michel Lucas sur le site de l’IRMA.

 

Sur le nécessaire changement de paradigme politique des politiques publiques pour la culture, voir aussi les contributions de l’Institut de coopération pour la culture.


Adoptons une position plus large sur la culture pour définir les futures politiques publiques.

Oser d’autres possibles dans les politiques culturelles publiques !

Pour un pivotement stratégique des politiques culturelles publiques

Quelle action publique en faveur de la culture ?

 

      -->

 

woman-7.jpg 


Voir aussi les pages :

Sept points clés pour le changement

Création sociale et innovation culturelle

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 17:50

Dans son éditorial du 24 juin sur la Lettre Culture de Territorial.fr

François Deschamps s’interroge :

Qu'est ce qui permet d'imaginer de nouvelles logiques d'action pour que les populations soient davantage concernées par l'art ? et bien par exemple le fait de passer un moment avec Robin Renucci parlant de son engagement dans le théâtre : pas un théâtre égotiste, mais un théâtre qui transforme, qui permet à l'homme de s'élever ou de « se relever », voire de se soulever, bref de s'humaniser. (…)

Chacun est porteur de culture, d'une capacité de production, donc pourquoi près de 80 % des gens n'ont-ils pas la connaissance, l'envie d'accéder à des œuvres ?  Comment de ce fait  l'artiste peut-il être un accompagnateur de la production du « notre », en aidant l'autre à voir, à avoir envie, à constituer l'autre partie de l'histoire qu'il donne ?

Cette attention à l'autre que porte un artiste comme Robin Renucci, certains responsables de politiques culturelles l'ont aussi envers les habitants, en mettant en avant les notions de démocratie participative et  de « droits culturels de la personne »  (cf. la Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles de 2005). Par des procédures de concertation visant à rechercher des solutions convergentes, d'autres  modes de gouvernance peuvent permettre de recréer les conditions d'une culture choisie, consciente, d'une interaction des cultures, et non d'une culture subie. Ce qui ne doit pas empêcher les acteurs culturels et les artistes professionnels d'apporter toutes leurs compétences pour enrichir les parcours des uns et des autres, mais après avoir négocié, avec les personnes concernées, des valeurs partagées.

(…)

Comme l'indiquent les auteurs d'un dossier sur la participation des habitants à la vie artistique et culturelle 1, « l'habitant n'est pas seulement un usager, un public potentiel, mais également un citoyen susceptible de s'engager dans la vie culturelle locale dans toutes ses dimensions ».

© François Deschamps

(1La participation des habitants à la vie artistique et culturelle, n°40 (Été 2012) de la revue « l'Observatoire », dossier  coordonné par Marie-Christine Bordeaux et Françoise Liot - Observatoire des politiques culturelles de Grenoble.

Accéder à l’article dans son intégralité.

 

Dans le même registre, j’ai été destinataire, (il y a quelque temps déjà –comme il passe vite, le temps !) d’un film intitulé : « C’est là, et pas ailleurs »  qui relate l’aventure de « Circulez ! Y'a tout à voir ! »

 

Installé depuis six ans en Bretagne, Sylvain Huet a longtemps travaillé pour le journal de la culture d'Arte. L'envie d'un autre rythme a poussé le reporter vers Vannes. En 2011, lorsque sa compagne, Laurence Pelletier, se lance dans un projet de théâtre avec les habitants de Séné, il s'embarque aussi dans cette aventure au long cours. 
(...)
« Je n'ai pas fait que ça pendant deux ans ! Mais je savais qu'il se passerait des choses intéressantes », raconte
 Sylvain Huet. Laurence Pelletier n'en est pas à son coup d'essai. Il sait où elle veut arriver. « J'ai essayé de me fondre dans le décor. Pour leur première expérience de théâtre, les habitants se retrouvaient face à deux metteuses en scène, devaient raconter leur vie à un écrivain... alors si un zozo leur mettait en plus une caméra sous le nez ! ». Il laisse donc les futurs comédiens se livrer à Gérard Alle et n'entre dans l'intimité du spectacle à naître que lorsque l'écrivain revient confier ses textes.

© Catherine Lozac’h Le Télégramme de Brest

 

Lire l’article

 

 

 

 

Quelques  vidéos de l’aventure sur le site de Sylvain Huet.


Le colis contenant le DVD était accompagné d’un texte de Jean Michel Lucas que l’on peut télécharger ci-dessous.

JML circulez

 

Télécharger le texte de Jean-Michel Lucas.

 

A SUIVRE sur La Cité des Sens

 

 

woman-7.jpg 


Voir aussi les pages :

Sept points clés pour le changement

Création sociale et innovation culturelle

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 08:36

 balise-gr.jpg

 

La Cité des sens fait relâche jusqu'au 28 juin

 

Néanmoins...

 

      flêche

woman-7.jpg 


Voir les pages :

Sept points clés pour le changement

Création sociale et innovation culturelle

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Autres fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 09:14

 

Assen_Deliberation-Overleg3_Bert_Kiewiet.jpg

 

Trouvé sur le site de Terra Nova, la fondation progressiste

 

Démocratie et société civile

ESSAI  Par Agnès Martinel, Daniel Lebègue, Gaël Virlouvet. Le 04/06/2013

 

La politique traverse aujourd'hui une crise de légitimité et d'efficacité, dont l'abstentionnisme et la défiance des citoyens vis-à-vis des décideurs publics sont les symptômes les plus manifestes. Dans le même temps, les citoyens aspirent de plus en plus à s'impliquer dans la chose publique, et les structures qui leur permettent de s'investir dans la vie de la cité sont en nombre croissant : la France compte aujourd'hui 1,3 million de structures associatives, qui représentent 14 millions de bénévoles. Le rapport de Terra Nova "Démocratie et société civile", présenté aujourd'hui dans La Croix, montre que la société civile organisée est un puissant levier de redynamisation de la démocratie. Il formule vingt propositions pour assurer une réelle participation des citoyens et de leurs associations à l'action publique, parmi lesquelles de nouvelles prérogatives accordées aux associations, comme le droit de saisir le Conseil constitutionnel pour tout projet ou proposition de loi. En contrepartie, les règles de contrôle et de transparence seraient renforcées.

 

Liste des propositions

Proposition n°1 : Consacrer dans la Constitution un droit fondamental de participation des citoyens à l’élaboration des décisions publiques.

Proposition n° 2 : Donner aux associations le droit de saisir le Conseil constitutionnel pour tout projet ou toute proposition de loi.

Proposition n° 3 : Elargir le référendum d’initiative populaire aux associations.

Proposition n° 4 : Elargir le champ de l’action en justice pour les associations.

Proposition n° 5 : Faciliter l’accès des associations aux banques de données et aux médias

Proposition n° 6 : Reconnaître aux associations un droit d’innovation.

Proposition n°7 : Faciliter l’implication associative des citoyens

Proposition n°8 : Créer un environnement favorable à la concertation.

Proposition n°9 : Elargir le champ de consultation préalable du CESE pour les projets comportant des enjeux importants pour la vie collective et la société, et donner davantage d’écho aux avis rendus.

Proposition n° 10 : Consacrer le principe de transparence dans la Constitution.

Proposition n° 11 : Garantir pour le citoyen un droit à la traçabilité des décisions publiques

Proposition n° 12 : Faire voter une loi imposant une obligation de déclaration d’intérêts pour les membres du gouvernement, les parlementaires et les fonctionnaires occupant des postes à responsabilité.         

Proposition n°13 : Mettre en place des mécanismes d’alerte dans la sphère publique et renforcer la protection des déclencheurs d’alerte dans les organisations.

Proposition n°14 : Assurer la transparence dans les associations qui participent au dialogue public.

Proposition n°15 : Instaurer des principes de représentativité pour les associations.

Proposition n°16 : Préserver l’indépendance des associations.

Proposition n°17 : Inciter au développement de fédérations associatives thématiques.

Proposition n°18 : Clarifier les formes de contractualisation entre associations et pouvoirs publics.

Proposition n°19 : Reconnaître et organiser le dialogue civil.

Proposition n° 20 : Créer un statut des associations européennes transnationales.

 

Pour lire le texte complet de cet article et télécharger le rapport dans son intégralité,

se rendre sur le site de Terra Nova.

 

Chapitres précédents, sur La Cité de sens, le blog sur lequel « la » culture n’est pas un monde à part :

 

La participation citoyenne, c’est maintenant !

La décentralisation sans les citoyens ?

Associations citoyennes.

Création sociale et innovation culturelle.

 

 

woman-7.jpg 


Voir aussi les pages :

Sept points clés pour le changement

Création sociale et innovation culturelle

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 16:05

 Mairie-symbole-a

 
Dans la situation grave que traverse notre pays, celui-ci a besoin de la mobilisation exceptionnelle de la société pour se reconstruire. La participation et l'engagement citoyen sont à la fois indispensables pour accomplir le bien commun et remarquablement absents de la loi de décentralisation. A l'initiative de Michel Dinet, président du Conseil général de Meurthe-et-Moselle, une rencontre de Fédérations et réseaux associatifs nationaux et d'acteurs locaux est organisée le mardi 21 mai 2013 prochain pour demander dans la loi de décentralisation l'introduction d'un chapitre sur la participation et l'engagement citoyen, et, au-delà, impulser un mouvement "visant à renforcer le 3ème pilier de la République que constitue la force créative des citoyens".

°

Projet de texte commun à débattre

Dans la situation grave qu’il traverse, notre pays a besoin de la mobilisation exceptionnelle de toute la société pour se reconstruire.

Ensemble, élus au suffrage universel et responsables associatifs, nous partageons la même conscience et la même conviction : la période très difficile que nous traversons exige la convergence entre la force de l’Etat et l’initiative des collectivités locales. Mais en plus, et avec autant de détermination, un troisième pilier de la République doit impérativement être conforté : celui de la société toute entière à travers la participation et l’engagement des citoyens dans l’accomplissement du bien public.

• La société française n’a pas le moral et les propositions publiques pour lui redonner confiance ne paraissent pas à elles seules en capacité d’apporter les réponses à l’ampleur et la profondeur des problèmes.

(…)

A l’inverse des discours prônant le repli sur soi, le moment est particulièrement propice pour que les gens soient mobilisés non pas sur l’idée qu’on ne peut pas faire autrement parce qu’il y a la crise mais que l’on veut faire autrement parce qu’il y a la crise et que celle-ci s’explique en partie parce que les idées de coopération, de création collective, d’engagement, de participation ont été étouffées par le mouvement de l’individualisme exacerbé et de la compétition à outrance.  

(…)

Cette loi offre l’opportunité de faire progresser la démocratie participative dans l’esprit originel de la décentralisation. Il ne s’agit pas de remettre en cause le pouvoir légitime des élus au suffrage universel mais de conjuguer légitimité républicaine et dynamique citoyenne

(…)

Ensemble nous affirmons que la participation de la société à l’accomplissement du bien commun et le pouvoir d’agir des citoyens dans l’intérêt général constituent un réservoir immense de forces sur lesquelles le pays peut compter.

• En des temps autrement plus périlleux, le Conseil National de la Résistance a su s’appuyer, reconnaître, faire confiance et soutenir des mouvements au cœur de la société et des territoires.

. Au-delà d’une réponse à la gravité de la situation, la participation et l’engagement citoyen expriment une conception de la vie en société où personne ne peut s’affranchir d’apporter sa contribution au bien commun.

(…)

Télécharger le texte intégral.

Télécharger la lettre d’invitation de Michel Dinet, président du Conseil général de Meurthe-et-Moselle

Les chapitres précédents :

La décentralisation sans les citoyens ?

Associations citoyennes.

Création sociale et innovation culturelle.

woman-7.jpg 


Voir aussi les pages :

Sept points clés pour le changement

Création sociale et innovation culturelle

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 13:35

WA_.jpg

 

Attention !

Jean Caune n’y va pas de main morte, sur bon blog, Affinités électives, dans son billet en date du 28 avril dernier :

 Misère de la pensée, défaite de la politique

Dans une interview à la revue Mouvement, la ministre de la culture, Aurélie Filippetti, déclare vouloir « inscrire la culture dans un projet politique global ».

(…)

Le champ de ruines laissé par la présidence de Sarkozy aurait dû donner à la gauche « l’ardente obligation » de restaurer l’action culturelle publique. La préférence donnée à l’homme d’Église au détriment de l’instituteur pour forger un sentiment d’appartenance ; l’abandon d’une politique de démocratisation culturelle, évaluée comme un échec ; la priorité donnée à une politique de l’offre et du spectaculaire, en lieu et place d’une action sur les territoires de vie… ont été les marques de la disparition d’une volonté politique en matière culturelle.

Les questions nouvelles qui se posent dans cette triple crise, économique, sociale et politique ne peuvent être abordées, comme le fait la ministre, en considérant la culture comme un atout pour « le redressement du économique ». Une telle perspective exprime un point de vue philistin qui, comme le rappelle Hannah Arendt, relève d’une « mentalité exclusivement utilitaire, d’une incapacité à penser et à juger une chose indépendamment de sa fonction ou de son utilité ».

(…)

Est-il judicieux de devoir justifier la politique culturelle de l’État par les richesses créées dans le secteur des industries culturelles ? Que peut bien signifier cet agacement qu’elle exprime en déclarant « en avoir assez que la culture soit perçue comme non-marchande », alors qu’elle est « au cœur dur de l’économie française » ? À qui s’adresse cette saillie ? « À ceux qui véhiculent le mythe de la culture comme supplément d’âme », précise-t-elle. Mais qui, aujourd’hui, peut encore soutenir cette idée d’une dimension désincarnée de la culture réduite à sa spiritualité ? Cette conception qui date des années soixante ne correspond à aucune expérience concrète. Les phénomènes culturels s’inscrivent dans un monde vécu ; ils ne sont pas séparés des formes de loisir, des supports qui les diffusent, des conditions socio-économiques dans lesquelles les produits culturels et les œuvres artistiques sont reçus. Qui peut croire à ce récit naïf et déconnecté de la réalité où la culture serait « le moyen de notre aspiration au bonheur » et le modèle spécifiquement français « un modèle efficace dans la mondialisation » ?
L’essentiel du propos de la ministre reprend les illusions développées, dans les années quatre-vingt, par Jack Lang et Jacques Attali, sur la convergence entre le développement économique et le progrès culturel . Si la politique culturelle ne peut ignorer les transformations profondes générées par le numérique, dans la production, la diffusion et la réception des produits culturels, elle ne peut, pour autant, se situer à la remorque des industries culturelles. Au-delà de la régulation des conditions techno-économiques de la production et de la diffusion artistiques, la politique de l’État doit s’opposer de manière permanente et volontaire, aux appropriations abusives des processus de création et à l’hégémonie du marché. Elle doit viser à mettre en place des dispositifs correcteurs des inégalités, non au bénéfice des gens mais des plus défavorisés. Elle doit libérer les forces et les espaces de la prise de parole artistique et de l’usage des formes symboliques.

(…)

© Jean Caune

La suite ?

Elle est consacrée à la priorité « éducation artistique » (Mais cette question peut-elle s’aborder dans les termes institutionnels des années soixante où l’École et les institutions culturelles étaient l’objet d’une séparation de nature. Et s’agit-il seulement de faire une place à l’art dans le système éducatif ? Et cette place peut-elle être occupée par l’Histoire de l’art ? ) et elle est du même tonneau, de la même redoutable pertinence.

Il faut donc lire l’article de Jean Caune

 

Convergence ?

On en jugera. Une des dernieres chroniques de Jacques Bertin dans Policultures (16 avril 2013) :

OUI, LA CRISE.

La crise. Oui, la crise. Ca va mal.

Tout le monde sait maintenant et tout le monde dit et répète que “ Ca va mal ! ” Et que la société française est en crise. Economique ? Oh oui, mais oh non ! Ce serait trop simple : dix ans de misère pour les classes inférieures et ça repart ! Mais une crise sociétale, culturelle, une crise de foi ; la fin d’un monde.

(…)

Je pense à cela en repliant le grand quotidien national plein d’assurance, de mépris à l’égard du peuple ringard, et tout entier occupé à la lutte contre la frilosité (qui handicape notre économie). J’ai lu aujourd’hui dix fois le mot populisme. Observez l’emploi de ce mot dans les bons médias : c’est atterrant. Il en est de même pour le mot “ Etat-providence ”. Quel mépris ! Comme si le cantonnier n’était pas l’Etat-providence pour le PDG dans sa limousine... (Mon père et ma mère, au boulot à treize ans ; ils ont vécu de l’Etat-providence...)

(…)

Bon. Mais la culture ? L’intelligentsia ? Les artistes ? Ils nous aident, dans cette crise ? Ne sont-ils pas habitués à parler, donner des directions, des mots de passe ?

Non. Ils ne m’aident pas du tout.

C’est que la culture et l’art arrivent à la fin d’un cycle (la rupture, la rébellion, le dépassement des formes etc.). Les cultureux continuent ce train-train et n’ont surtout rien à dire sur l’homme dans l’époque : l’homme, ça n’existe pas, on n’est pas naïf.

Trop occupés dans l’expression de leurs génies individuels, dans la religion de la novation, toute cette lourdinguerie contemporaine. Les “révolutions”. A quoi servent ces “révolutions” ? A l’argent et au commerce. Dans certains cas (l’art plastique), elles servent carrément à fonder un nouveau secteur de placements financiers. Dans d’autres cas (la “ mode ”) elles peuvent même servir, en brisant les codes du beau, à aider les industriels à vendre n’importe quoi très vite... Souvenez-vous comme il y a cinquante ans chaque costume était ajusté au millimètre selon les critères de l’élégance. L’élégance, aujourd’hui, c’est d’être “ décalé ”. Belle victoire, grande cause.

Donc, la culture “ bouscule mes conformismes ”, elle “ remet en question mes croyances ”... Ca va durer combien de temps encore ce gag triste ? Le dérangeant ? Arrête donc de me déranger, mon garçon, la vie s’en charge tous les jours.

(…)

©Jacques Bertin, Policultures


 Lire : Oui,  la crise, par Jacques Bertin

 

 

woman-7.jpg 


Voir aussi les pages :

Sept points clés pour le changement

Création sociale et innovation culturelle

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Divergences
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 17:36

untitled no-copie-1

 

L’institut de coopération pour la culture vient de publier une nouvelle contribution :

Oser d’autres possibles dans les politiques culturelles publiques

Participation des citoyens et politiques culturelles publiques

L’Institut de Coopération pour la Culture poursuit son travail d’exploration sur le nécessaire pivotement stratégique des politiques publiques en faveur de la culture. À l’occasion de ce 4ème séminaire, nous nous sommes intéressés à la question de la participation des citoyens. De très nombreux projets intègrent cette dimension et il nous semblait important de prendre le temps de nous interroger sur ce que recouvre exactement ce terme que Pierre Rosanvallon qualifie lui-même de mot en caoutchouc.

Avec la référence au développement durable, la participation est devenue une constante des politiques publiques et les secteurs de la culture se sont appropriés et ont expérimenté de nombreuses formes de participation. À quelles conditions la participation apporte-t-elle une valeur ajoutée aux projets existants ? En quoi la participation des citoyens dans les projets peut-elle incarner pour la puissance publique une réponse, au moins  partielle, aux questions de la gouvernance territoriale et de la crise de la représentation que nous connaissons aujourd’hui ? En d’autres termes, les projets culturels comportant à la fois une implication artistique et une réelle dimension participative peuvent-ils être considérés comme des laboratoires privilégiés d’une démocratie en devenir ?

 

Le texte intégral (comme celui de la précédente contribution : Pour un pivotement stratégique des politiques culturelles publiques) est  disponible sur le site de l’Institut.

 

Dans une perspective voisine, on peut signaler la parution de l’ouvrage collectif :

Les cahiers d’Artes n°9, « L’art à l’épreuve du social », Presses Universitaires de Bordeaux, 2013 (ISBN 978-2-86781 866-0)

 

Nombreuses sont aujourd’hui les propositions artistiques qui prennent la forme d’interventions menées dans des contextes concrets et qui, tout en jouant avec les composantes du réel, interrogent les situations, déplacent les positions, brouillent les identités et visent à produire de nouvelles modalités sociales.
Au-delà des intentions affichées, comment mesurer la valeur artistique de telles propositions ? Quelles sont les variations qu’elles opèrent et les modifications qu’elles provoquent ? Parviennent-elles à inventer un nouveau modèle d’engagement social et politique ? Transforment-elles durablement les usages de l’art ?
Fruit d’une collaboration entre sociologues, historiens et théoriciens de l’art, plasticiens et travailleurs sociaux, le présent volume multiplie les analyses et les points de vue sur ces questions très actuelles.

La contribution d’Hugues Bazin, "chercheur indépendant en sciences sociales", Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action :

 Arts du bricolage, bricoleurs d’art

est accessible en ligne

Sur ces question voir aussi sur La Cité des sens

Création sociale et innovation culturelle

Droits culturels, démarches artistiques partagées et démocratie

L’art en partage ou la démocratie, quel chantier !

 

 

 

woman-7.jpg 


 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 17:12

zanahoria.jpg

 

Les travailleurs de la culture de Catalogne, indignés par la hausse de la TVA  appliquée aux activités culturelles ( de 8 à 21 % !) se sont regroupés dans un grand mouvement de protestation appelé Le mouvement Marée Rouge  Culture en lutte , combattant les politiques culturelles actuelles de la Catalogne et de l'Espagne ( en Février 2013) .

 

Des Carottes pour sauver la culture catalane !

Les théâtres catalans ont trouvé une riposte originale face à l’augmentation de la TVA sur les activités culturelles qui est passée de 8 à 21 % !

Ainsi, Le Théâtre de Bescanó ( Proche de Barcelone)  et PocaCosa Théâtre proposent à leurs spectateurs d'acheter pour leurs  spectacles non pas des billets  mais des ...carottes!

On peut acheter des carottes à l'avance ou directement à la billetterie comme d'habitude. Ainsi, lorsqu’on va  au théâtre et qu’on remplit le formulaire d'inscription, on reçoit la carotte que l’on a  achetée. Pour l'achat d'une carotte, on reçoit donc un billet pour le spectacle. Cette mesure permet au Théâtre de  payer la TVA de la carotte (4%) plutôt que d'une taxe sur les billets de théâtre (21%).

«Nous vendons une carotte, qui coûte 13 euros - très cher pour une carotte," explique le metteur en scène Quim Marcé, "mais ensuite, nous donnons accès à nos spectacles gratuitement."

Pour les initiateurs de cette campagne La culture n'est pas un luxe!

Cette initiative a donné naissance à une véritable campagne de mobilisation :

De nombreux théâtres catalans sont venus rejoindre ce mouvement.

Les artistes, les citoyens sont appelés sur FaceBook a mettre leur photo avec une carotte en signe de ralliement à la campagne.  http://www.facebook.com/appcenter/salut-de-la-cultura

Des Municipalités aussi comme à Figueres, où à l’occasion du « Festival de Comic » un appel a été lancé : «  Le temps des carottes » qui précise : « …la participation au théâtre ne doit pas être pénalisé avec 21% de TVA. Cette mesure fait de la Catalogne, et de l’Espagne, l'un des seuls endroits de la zone euro où ne s'applique pas une TVA réduite sur les revenus d'activités culturelles. A terme, cela signifie la disparition d’une majorité de professionnels. Un pays sans culture est un pays mort. "Pour la santé de la culture» est une manifestation initié à l’origine par le Théâtre Bescanó et qui sera reprise à Figueres pour le Comedy Festival le 19 Avril 2013, lors du gala inaugural. » … et de préciser : « Ce n'est pas une campagne d'évasion fiscale, mais plus un acte de dignité face à une décision politique regrettable du gouvernement espagnol ».

Après le « Temps des cerises » …voici venu  Le temps des carottes !

Un grand merci à Constant Kaïmakis qui fait circuler toutes ces informations.

 

Les travailleurs de la culture de Catalogne, indignés par la hausse de la TVA  appliquée aux activités culturelles ( de 8 à 21 % !) se sont regroupés dans un grand mouvement de protestation appelé Le mouvement Marée Rouge  Culture en lutte , combattant les politiques culturelles actuelles de la Catalogne et de l'Espagne ( en Février 2013) .

L’idée de départ étant comme dans la santé publique où s’est levé une Marée Blancheou dans l’Education , une Marée Jaune, de faire se lever une Marée Rouge  dans le secteur culturel autour du retour au taux de 8% pour la TVA ( IVA en Espagne) appliquée aux produits culturels avec une seule idée de base : la culture est un bien public et la culture n’est pas un luxe !

Ce mouvement a rapidement pris de l’essor, il a rejoint le mouvement de la Plateforme des Personnes touchées par les Hypothèques ( PAH) en participant activement à toutes les grandes manifestations citoyennes ;

il a réunit plusieurs assemblées réunissant des centaines de travailleurs de la culture pour élaborer un MANIFESTE

( cf VO sur : http://marearojaweb.wordpress.com/2013/04/17/posicionament-de-la-marea-roja-150413/ traduction ci jointe en PJ) ;

il est très présent sur les réseaux sociaux ( face book etc… facebook.com/MareaRoajCulturaEnLluita , #marearojacultura) ,

il a réalisé une multitudes de petits clips ( voir : youtube.com/user/MRAudiovisuals ) et liens des clips ci dessous :

Arrêtez l’extermination culturelle !

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Z_87HA3rm7A

 La politique culturelle de la Généralitat de Catalogne :

https://www.youtube.com/watch?v=f8r6Y-pjlLE

Le Manifeste Marée Rouge  Culture en lutte (en catalan) 
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=3Qwokdurk1Y

 On peut trouves des infos en catalan sur :

+ INFOS CULTURA EN LLUITA: PLATAFORMA 8Octubre:
http://8octubre.wordpress.com
http://www.facebook.com/groups/8octub…
#8octubre

 

Marea Roja. Cultura en lluita:
http://marearojaweb.wordpress.com
http://www.facebook.com/MareaRojaCult…
‪@MAREAROJAcultur #MareaRojaCultura

 

Plataforma SOS Cultura:
http://sosculturaplataforma.wordpress…
http://www.facebook.com/pages/Platafo…

 

NO retalleu la cultura:
http://www.facebook.com/NOretalleulaC…

 

Cultura Acampada Barcelona:
http://culturaacampadabcn.wordpress.com
http://www.acampadadebarcelona.org/es…
http://www.facebook.com/culturaacampa…
http://www.facebook.com/groups/acampa…
@CulturaBCN

 

DECLARACIÓ DE LA COMISSIÓ DE CULTURA D’ACAMPADABCN DE PLAÇA CATALUNYA
http://culturaacampadabcn.wordpress.c…

 Vidéos :

Arrêtez l’extermination culturelle !

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Z_87HA3rm7A

https://www.youtube.com/watch?v=f8r6Y-pjlLE

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=3Qwokdurk1Y

Site officiel du mouvement Marée Rouge  Culture en lutte

http://marearojaweb.wordpress.com/

Encore merci à Constant Kaïmakis qui fait circuler toutes ces informations.

* * * * * * * * * * 

woman-7.jpg 


 

 

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:03

orchestre-2-copie-1.jpg

 

Diversité culturelle contre exception culturelle

ou de la nécessité pour les acteurs artistiques et culturels de redéfinir leur stratégie

Mon intervention est en quelque sorte un manifeste de résistance qui affirme la nécessité d'une autre éthique de la politique culturelle. Point du tout une intervention d'universitaire scientifique et neutre qui apporterait la vérité objective aux acteurs culturels ; je souhaite seulement apporter du grain à moudre pour défendre des convictions que beaucoup d'entre vous partagent dans leurs pratiques.

Le seul intérêt de ce manifeste de résistance est qu'il repose sur des valeurs humaines largement reconnues sur le plan international. Je ne les ai pas inventées sur un coin de table. Elles ont été validées par les Etats eux-mêmes, du moins formellement, dans le cadre d'accords internationaux négociés notamment à l'Unesco.

Je prends ici comme principale référence la Déclaration Universelle sur la Diversité culturelle de 2001 ( DUDC).

J'ajoute que ces valeurs étant considérées comme « universelles », elles devraient, partout et en tout temps, être appliquées, notamment au bénéfice des acteurs des musiques du monde, que ce soit dans la gestion des festivals, des résidences d'artistes, des disques, des demandes de visa, etc... !

Mon intervention est donc modeste : elle consiste à exiger que les signatures des Etats soient honorées, que les « mots» de l'intérêt général se transforment aussi en «faits» bien réels, que l'éthique publique revendiquée dans les textes ne soit pas engloutie dans les sables mouvants des négociations diplomatiques entre intérêts particuliers des Etats et des lobbies professionnels.

Je rappellerai d'abord que la valeur universelle pour l'humanité tient dans la «Diversité culturelle».

J'expliquerai ensuite comment la réglementation, notamment au niveau européen, a défiguré cette valeur de la diversité culturelle, pour ne laisser place qu'à la médiocre «exception culturelle». Et je plaiderai pour que ces règles de droit changent. Car, il est urgent que les porteurs d'interactions entre les cultures - à l'instar des acteurs des musiques du monde - se considèrent, et soient considérés, comme des agents du « Développement humain », pas seulement comme des épiciers de produits culturels exotiques.

 

Télécharger Diversité culturelle contre exception culturelle

 

Et, encore plus : la bibliothèque des contributions de Jean Michel Lucas sur le site de l’IRMA.

 

 Rappel :

La contribution de l’Institut de coopération pour la culture : Pour un pivotement stratégique des politiques culturelles

Sur La Cité des sens, voir aussi

Pour une nouvelle culture de l'action publique

Sept points clés pour le changement.

 

°

 

woman-7.jpg 


Pour consulter mon fil d'actualités Politiques culturelles sur Scoop It,  

cliquez sur ce bouton clic 13-copie-1

et sur celui là clic 13-copie-1pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

 

scoop 78

 

 

clic 13-copie-1

 

Fils d'actualités très vivement conseillés :

 

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr


Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

 

Complément d'objet, la page d'actualités du Ministère sur de développement culturel


Les net-actualités sur le site d'Arteca 


Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)


Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda


 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

 

 

  expert public

 

 

 

 

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

       Blog Culture générale     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Culture, politique, temps présent : le principe d'incertitude.
    Pour revenir sur ma précédente contribution sur le contemporain je me permets de publier de nouveau une ancienne note de ce blog De la diversité culturelle (ou : de quoi sommes nous contemporains ?) Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire...
  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...