Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 18:05

Blog pompougnac 21 09 09


 

Vient de paraître la dernière livraison de la Lettre d' Echanges électronique de la FNCC (N° 33; sept 2009).


En contrepoint de l’audition par la FNCC de Jean-Michel Lucas, cet été à Avignon, nous revenons ici sur deux concepts que le sociologue a largement cités – la reconnaissance et l’émancipation.

Ces notions sont en effet d’actualité, dans la mesure où l’une comme l’autre permettent de mieux penser les politiques publiques en accord avec le principe de la diversité culturelle.


Vincent Rouillon propose donc deux notes de lecture autour des ouvrages :


La Société du mépris d’ Axel Honneth


Le Spectateur émancipé de Jacques Rancière


L’idée de reconnaissance (Axel Honneth) suggère que c’est en deçà des mots, par l’attitude du corps, le sourire, que se construit la base première de l’entente sociale. Donc une dimension d’immédiateté, que tout un chacun maîtrise et qui peut trouver une prolongation naturelle dans les arts.


J'y reviendrai fort probablement... en attendant voici LE LIEN pour télécharger la Lettre d' Echanges électronique de la FNCC.


 


* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 23:10

Guignol

Encore quelques billets d’humeur sur les propositions du « bidule » présidentiel pour la création artistique (voir, sur ce blog, les notes d'hier et avant hier).


Marin Karmitz, un autre qui murmure aux oreilles du locataire de l’Elysée, vient quant à lui de sortir de son silence, il faut dire qu’il réfléchissait depuis six mois, le Président l’ayant nommé, prenez votre souffle « Secrétaire Général du Conseil pour la création artistique ». Probablement le seul à être épaté par les dix propositions qu’il vient de formuler pour inventer de nouveaux modes d’animation de la vie artistique, Karmitz tenait en fin de semaine dernière une conférence de presse au Musée du Quai Branly. Jusque là, me direz-vous, rien d’extraordinaire. En effet depuis quelques mois on ne compte plus ceux qui en échange d’un retournement de veste publient rapports, s’installent dans des organismes, ce qui fait avant tout la fierté de leur famille, sont bombardés ambassadeurs ou sous-secrétaire d’Etat. Que voulez-vous tous ne sont pas aussi indispensables qu’Eric Besson qui lui, n’est pas passé, rappelons-le de Mao à Sarko mais de Vivendi à l’UMP, via le Parti socialiste. Revenons donc à Marin Karmitz, celui qui se rêvait Ministre de la culture et qui n’est en fait qu’une fort modeste boîte à idée dans un domaine tout à fait subalterne pour le pouvoir actuel. Karmitz tenait donc conférence jeudi dernier. Pour distiller son génial propos, notre homme à tout bonnement interdit Libération d’un point presse protégé par un cordon de CRS afin que les syndicats, qui exigent la dissolution du machin dirigé par Karmitz, ne puissent troubler la réunion.

Karmitz, comme certains autres, à donc fait un sacré chemin depuis son film « Coup pour coup » au pedigree « Mao-Spontaneiste » clairement revendiqué qui se voulait une ode à la révolte ouvrière. Maintenant, il a besoin de CRS pour passer quelques plats à Sarkozy, avouez que c’est un drôle de voyage.

Post ci-dessus trouvé sur le blog de Jean-Yves Sécheresse, conseiller municipal à Lyon

Voir aussi le blog de Jean-Jacques Queyranne

 

Et Jacques Livchine sur le site Micro Cassandre

Ah, Karmitz a pondu son rapport

Donc ils se sont mis à 11, avec une subvention de 200 000 € , et un budget réalisation de 10 millions d’euros. pour nous faire dix propositions :

Alors que le ministère de la Culture devrait être à l’écoute des artistes et savoir ce que les artistes fomentent, désirent, inventent, là c’est le contraire.

On nous indique des chemins à prendre.

Bon c’est comme ça maintenant. L’Europe de la culture, c’est 100 cases, tu tentes de rentrer dedans, sinon, tant pis pour toi.

Ma première impression c’est que les propositions ne sont pas exaltantes du tout, pour la plupart ne sont pas nouvelles, ne font pas rêver, et surtout nient les milliers de projets refusés régulièrement par le ministère de la Culture.

Aller voir la retransmission d’un opéra sur grand écran dans un théâtre pas loin de chez moi, c’est toute la négation du spectacle vivant.
Je crois que cette proposition c’est la pire de toute. Carrément révoltante. Au début j’avais cru qu’il voulait sortir l’opéra de l’opéra.

(…)

Franchement, je suis effondré par la pauvreté de toutes ces propositions ;

Ma contre-proposition, c’est que nous envoyions tous à la commission tous nos projets de création avortés depuis des années, par manque d’écoute des pouvoirs publics, et des multiples barrages à toute innovation.

Et là on pourra écrire un magnifique projet pour le ministère de la Culture…

LIRE LA SUITE

Sur le même site, le communiqué de la Fédération des Arts de la rue :

Au vu des 10 propositions faites récemment par Conseil pour la Création Artistique, la Fédération des Arts de la Rue se réjouit de l’engagement  et de l’inventivité manifestées dans ces propositions -même si les Arts de la Rue n’y sont pas mentionnés -et félicite le conseil pour le dynamisme admirable dont il fait preuve ici.
Nul doute que ces dix propositions inédites vont enfin résorber  l’isolement des banlieues, la désintégration du lien social, le fossé grandissant entre culture de l’excellence et animation populaire si
chère à notre Président.
Même si l’on peut légitimement s’interroger sur la façon dont ces initiatives seront mises en oeuvre et sur l’adéquation des solutions préconisées au regard des problématiques soulevées…
Même si certaines de ces initiatives pourraient passer, aux yeux de certaines mauvaises langues, pour de la récompense à une allégeance…
Nous ne saurions ratiociner ni sur la légitimité des unes ni sur l’inventivité des autres.
Tant de réflexions et de trouvailles nous prouvent que la nomination du Conseil de la Création fut une nécessité et que les 200000€ alloués à ses promoteurs sont justement employés.
Pour autant, nous remarquons que le périmètre couvert par ces initiatives exemplaires ne représente qu’un petite partie de celui que labourent quotidiennement les activités des associations d’Education populaire et des différentes structures qui se consacrent à la création artistique et à sa diffusion sur tout le territoire – et on nous pardonnera de citer à ce propos les compagnies de théâtre de rue, leurs diffuseurs et les collectivités territoriales qui les soutiennent-.
Or, nous remarquons que les budgets dédiés aux différents organismes qui en assurent le fonctionnement année après année sont en baisse conséquente, plongeant les dites-structures et autres collectivités dans des affres pénibles et contre-productives, les poussant à interrompre leurs activités de terrain, privant la population de l’ensemble du territoire national d’une production artistique que les citoyens européens nous enviaient jusqu’alors.
Il est dit que 8 ministères seront impliqués dans le financement  (10 millions d’euros) et l’animation des dix mesures du conseil, ministères dont une grande partie et non des moindres (Culture, Education Nationale entre autres) voient leur budget se rabougrir année après année.
Il est parfois difficile de trouver une cohérence dans tout cela.
En conséquence, et malgré notre intérêt certain pour les initiatives du Conseil pour la Création Artistique, nous devons manifester notre crainte que l’énergie consacrée à ces dernières ne se fasse au détriment de la politique culturelle générale de l’Etat et de ses devoirs en la
matière.

Ceci reviendrait à -qu’on nous pardonne l’expression- « déshabiller Pierre pour revêtir Paul d’une seule chaussette » et constituerait un condamnable tour de passe-passe, d’assez mauvaise facture « artistique » en l’occurrence, et une rupture brutale avec le contenu des entretiens de Valois.
L’Etat peut-il se renier à ce point ?

Voir encore le blog de Pascal Chevereau, secrétaire national du Syndicat des musiques actuelles et Président de la Ligue d’Auvergne de Badminton.

 

= = = = =


Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

 
 


 

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 17:47

Blog pompougnac 14 09 09

Les propositions du Conseil pour la création artistique continuent de faire des vagues, ce n'est toujours pas moi qui le dit (voir la note d'hier).

C'est François Deschamps dans son dernier éditorial sur Territorial.fr



Le Ministère de la Culture avait choisi Rhône-Alpes (et plus précisément l'Opéra de Lyon) pour lancer les « Conférences régionales du spectacle vivant », actées dans les conclusions des Entretiens de Valois en décembre 2008 (mais dont le principe avait déjà été avancé dans le Rapport Latarjet d'avril 2004, cf. page 157). Le choix de Rhône-Alpes n'est peut-être pas un hasard. La région a en effet été pionnière dans l'aventure de la décentralisation théâtrale et chorégraphique, et compte un nombre important d'institutions, de festivals mais aussi d'artistes (1 000 ensembles et Cies professionnelles, 12 000 intermittents, 3 600 permanents).

Prévue initialement début juillet en présence de Christine Albanel, cette instance de concertation entre l' Etat, les collectivités territoriales et les professionnels avait été reportée au 10 septembre en raison du remaniement ministériel. Las ! Le Conseil de la création artistique (Marin Karmitz) remettait le même jour à Paris ses premières propositions au chef de l'Etat (cf. revue de presse) en présence du Ministre de la culture...Celui-ci avait donc boudé Lyon et chargé Georges-François Hirsch, le Directeur de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles (DMDTS), d'animer la réunion.

Mais l'annonce le matin même, par ce Conseil de la création, de financements pour des expérimentations très parisiennes, avant même que les Conférences régionales du spectacle vivant ne se soient mises au travail, a jeté un froid et occupé la scène. Ainsi Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, a émis « de sérieuses réserves sur ces opérations ponctuelles et événementielles, toutes pilotées de la Capitale ». Pour lui, c'est « l'avènement du bling bling culturel ! ».



LIRE LA SUITE



C'est Patrice Béghain (ancien DRAC, ancien maire-adjoint à la culture de Lyon), sur son blog, le 10 septembre 2009.

M. Karmitz "complémentaire"de M. Mitterrand, supplétif ou ... simple bouffon du roi?

Enfin! La révélation aujourd'hui des propositions de M.Karmitz va permettre de "mettre en oeuvre une politique culturelle d'envergure pour le temps présent et l'avenir"; même Jack Lang n'aurait pas osé! Oublions le fait qu'on se demande ce que fait le ministère de la culture et mettons entre parenthèses ce que font depuis tant d'années les régions et les villes ; allons y voir! 1)"Rendre visible l'inventivité de la jeunesse": c'est le temps de la parousie; la "jeunesse" va révéler sa créativité, car la "jeunesse" porte en soi la créativité, il suffit de lui donner les moyens de la manifester. On attendait M. Karmitz et M. Hirsch. Chaque jour des dizaines de grandes écoles artistiques forment de jeunes artistes - ce qui est différent de la "jeunesse", des dizaines de lieux de spectacles et d'exposition les accueillent, avec ou sans l'aide de l'Etat. Mais ne boudons pas notre plaisir, s'il y a de l'argent en plus de l'Etat, ce sera toujours cela de pris! 2)"Faire de Paris la capitale mondiale de l'art": s'il suffit de "mettre en synergie" quelques musées autour de Chaillot, l'ambition est limitée! Et n'oubliez pas Lille, Nantes et... Lyon, car pour Paris on a déjà donné!

LIRE LA SUITE


* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog


 





Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 18:26

Coup de gueule

C'est Valérie de Saint-Do sur Micro Cassandre

Culture: silence, on massacre…

Y-a-t- il encore des voix à gauche pour dire que la culture n’est pas un luxe, mais une nécessité?

Les mails et les mauvaises nouvelles arrivent de partout. Ici, c’est le Volcan, scène nationale du Havre, qui voit diminuer ses subventions de 100000 euros.  En Seine -St-Denis, des compagnies ayant mené un travail remarquable au long cours comme le centre dramatique de La Courneuve,des lieux emblématiques comme les Instants chavirés et de nombreuses autres équipes font les frais d’une nouvelle politique culturelle placée sous le signe des restrictions et d’une conception mesquinement gestionnaire de la culture . A Paris, c’est le Grand Parquet, lieu formidable de brassage de différentes cutlures à Paris, qui perd 30000 euros de subventions municipales.

Et les coups, hélas, ne viennent pas seulement de l’Etat ou des collectivités territoriales gérées par la droite.

LIRE LA SUITE (et ne pas manquer les commentaires...)

C'est Jean-Gabriel Carasso sur L'oizeau Rare

Dix conseils au Conseil de la création artistique...

Eureka ! Le Conseil pour la création artistique, mis en place par le Président de la République en janvier dernier sous la responsabilité de Marin Karmitz, vient de rendre public 10 projets qui visent, en toute modestie, à « mettre en œuvre une politique culturelle d'envergure pour le temps présent et l'avenir". Rien de moins ! Et d’ajouter dans un entretien au Monde « Ce que nous avons fait, le ministère n'aurait pas pu le faire. » Bigre ! La montagne accouche en réalité d’une compilation de souris diverses sans logique aucune, espérant naïvement « passer de l’expérimentation à la généralisation », dont nous savons pertinemment qu’il n’en sera rien ! Reprenons et donnons quelques conseils au Conseil.



LIRE LA SUITE


* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 18:12

Blog pompougnac 17 11

Une nouvelle plateforme autour de l'Agenda 21 pour la culture dont il a déjà été question ici.


Réseau Culture 21.fr. Culture et développement durable.


Cette plateforme d’information et de ressources éditée par l'Observatoire des politiques culturelles invite les collectivités, les acteurs professionnels et les citoyens à témoigner, mutualiser leurs expériences et débattre des enjeux autour de la culture et du développement durable.


Des actualités, plusieurs contributions et les textes de référence.


A suivre, donc.


* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 21:51

Image blog pompougnac 


DUT Métiers du livre.

Année 2009-2010


Politiques culturelles



Légitimité de l'action publique et objectifs de la politique culturelle.

Perspective historique.

L'action de l'Etat. L'organisation du ministère de la culture et de la communication (administration centrale, services déconcentrés, établissements publics).


Les collectivités territoriales.


L'organisation financière des politiques culturelles.

La création.


Le patrimoine.


L'action culturelle.


Politiques du livre et de la lecture.


La question des territoires.


Démocratisation culturelle et service public de la culture.


Les enseignements spécialisés et l'éducation artistique.


Nouveaux médias, nouveaux enjeux, nouvelles pratiques.


L’action culturelle extérieure.


Exception ou diversité culturelle?


Une nouvelle économie pour l'art et la culture?


De l'Europe « culturelle ».

 

 



BibliographieTéléchargement Bibliographie Politiques culturelles

 

 

 

 

 

 

 Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Cours sur les politiques culturelles.
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 18:10

Jean-claude pompougnac 22_12 

Cette année, je n'étais pas à Avignon.

Et à La Rochelle non plus (pas plus que les années précédentes, à la vérité).

Mais voici des nouvelles (un atelier : deux ou trois ami (e) s et des connaissances. Qu'est-ce que j'ai encore manqué là!)

Atelier n° 27 – Quelle (r)évolution culturelle ?

Samedi 29 août 2009

Au moment où il nous faut définir un nouveau modèle de développement économique et social, c’est bien une question culturelle qui nous est posée, dans ce nouveau projet de société qui est à dessiner. Dans cette période de rupture, d’évolutions technologiques majeures, il nous faut repenser notre rapport aux institutions culturelles, aux artistes, aux populations.

Nadine Varoutsikos-Perez, directrice de Scène nationale, et militante socialiste, souhaite réinterroger le sens des mots et des concepts, les revisiter (démocratie, culture…).  Si l’art révèle un état du monde, quel récit doit-on énoncer en liaison avec les populations ? On a trop opposé création et action culturelle et il faut revenir à l’éducation populaire. La réflexion sur la culture doit être menée avec les artistes, mais également avec les intellectuels, les chercheurs, les industrielles.  Pour Nadine Varoutsikos-Perez, les deux mots essentiels sont « transmission » et « expérimentation » pour tous, avec tous.

Gérard Garutti rappelle que depuis 1989, on a considéré que l’histoire s’est arrêtée au profit de la seule réalité du marché. La culture est considérée dans ses deux sens esthétique et sociologique –au sens de l’homme et de la civilisation- Comment qualifier la révolution culturelle ? 

  1. Une évolution structurelle (mutation du capitalisme international vers un mode de consommation de masse et un rapport de représentation) s’accompagnant d’une dépolitisation (plus de nécessité d’un idéal du monde).

  2. Une évolution technique : on passe à l âge de l’instantané, sans prise de distance et sans repère (le héros devient l’homme normal, moyen).

 La culture doit être au cœur du projet socialiste, car sans cette révolution, on pourra pas penser un autre monde.

Daniel Larrieu, Chorégraphe, interroge chaque participant de l’atelier sur son rapport à son propre corps, sa « physicalité », la dimension de la sphère, la perspective, penser la droite et la gauche. Ne rien faire…. croiser les mains dans une situation d’inconfort intéressante, car elle permet de faire « autrement », de perception de ce qui est différent.

Karine Gloanec-Maurin, secrétaire-nationale adjointe à la culture veut faire partager à tous l’espoir d’un projet culturel pour tous. Dans la crise économique et culturelle, c’est la culture nous permet de nous rassembler autour de notre identité. Karine propose une politique poétique qui concernerait tous les domaines de la création aussi bien manuelle qu’intellectuelle et artistique….. L’enjeu culturel se situe dans une dimension symbolique, qui nous fait représenter l’autre dans une démarche différente. Il nous faudra mieux prendre les expériences menées sur les territoires, reformuler des modèles dans toutes leurs dimensions (éducation,formation, recherche, culture…).

Beaucoup de participants partagent ces interrogations, appréciant cette expérience de « conscience de soi » proposée par Daniel Larrieu.  Ils s’interrogent sur d’autres rapports aux artistes, la déclinaison des politiques publiques dans les territoires, villes comme zones rurales.

Patrick Bloche, rappelle la situation que connaît aujourd’hui le Ministère de la Culture face aux projets du Gouvernement Sarkozy, brisant un « quasi-consensus » entre Droite et Gauche depuis 50 ans sur la culture. Il faut se mobiliser car nous trouverons une situation difficile à notre retour aux affaires. Il insiste également sur l’éducation populaire, trop délaissée au profit d’une attention privilégiée aux artistes et « professionnels de la culture » dans nos réflexions.
 
Sylvie Robert conclut l’atelier autour du projet de réforme des collectivités territoriales qui pourrait remettre en cause la clause de compétence générale, ce qui serait pour les politiques culturelles territoriales, lourd de conséquences.

 

 Source : http://larochelle2009.parti-socialiste.fr/2009/08/29/atelier-n%C2%B0-27-quelle-revolution-culturelle%C2%A0/



* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 14:43

Resquiat  



Pub 1

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 15:49

Arc en ciel

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 08:53

Piscine 1

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...
  • Le spectacle de la tragédie et la violence de l'Histoire.
    RETOUR SUR AVIGNON 2016 En juin dernier [juin 2016], j'avais signalé ici-même que l e Festival d’Avignon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la FNCC et l’Observatoire des politiques culturelles avaient décidé de se...