Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 19:33

LES SPECTRES DE LA CULTURE
Vidéo envoyée par kazart-prods

Ce clip a été réalisé dans le cadre des actions du collectif des acteurs de la culture et de l'éducation populaire pour la défense de l'action culturelle (et éducative) en danger.

Déjà signalé ICI un autre clip de la même veine : Il n'ya pas de colin dans le poisson.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 17:55

Pik_nik_15

Lundi 3 novembre 10 h-12 h

Perspective historique (fin)

Puce_2  Brève approche de l'organisation du Ministère de la Culture et des services déconcentrés (DRAC).

Le site du Ministère de la Culture apporte des informations fiables et précises sur son organisation.

Autre source, Ministère de la Culture (France) : le dossier de WIKIPEDIA

Toutefois, selon certains, le ministère ne se porte pas tès bien.

En rire plutôt que d'en pleurer :

Dialogue du ministre (de la Culture) et d'un technocrate

par Piere Bastogne (pseudonyme d'un haut fonctionnaire du ministère, ancien membre d'un ancien cabinet).

Bureau ministériel, le soir. Les lampes sont allumées. Derrière le bureau, un ministre. Cela peut être aussi une ministre. Cela dépend des acteurs disponibles le jour du casting. Derrière le ministre ou derrière la ministre, un portrait d’André Malraux. Face au ministre, un homme en costume bleu, chemise claire, cravate sombre. Une fenêtre est ouverte. Un bruit de manifestation, des slogans parviennent jusqu’au bureau. Le ministre désigne la fenêtre d’un air las. L’homme en costume se lève et ferme la fenêtre.

Le ministre : où en sommes-nous ?

Le technocrate : on va les recevoir.

Le ministre : pour leur dire quoi ?

Le technocrate : que vous vous battrez pour la création artistique.

LIRE LA SUITE

Selon d'autres, le ministère est dépassé parce que la conception de la politique culturelle sur laquelle il fonde ses objectifs et son action est caduque et politiquement illégitime: le point de vue radical du Dr Kasimir Bisou (pseudonyme de Jean-Michel Lucas).

Cinq questions au Dr Kasimir Bisou que ses amis ne lui ont pourtant pas posées avant de signer des pétitions (trouvé sur le site Uzeste Musical) : Téléchargement cinqquestionsaudockasimirbisoufev071.pdf

Puce_3 Les DRAC

Définition.
Depuis 1977, le ministère de la Culture et de la Communication est présent dans chaque région grâce aux Directions régionales des affaires culturelles (DRAC).
La loi du 6 février 1992 organisant l’administration territoriale de la République a fait des DRAC des services déconcentrés du Ministère.
Les DRAC sont chargées de mettre en œuvre, sous l'autorité du préfet de région et des préfets de département, la politique culturelle définie par le gouvernement. Elles exercent également une fonction de conseil et d’expertise auprès des partenaires culturels et des collectivités territoriales dans tous les secteurs d’activité du ministère de la Culture et de la Communication : patrimoine, musées, archives, livre et lecture publique, musique, danse, théâtre et spectacles, culture scientifique et technique, arts plastiques, cinéma et audiovisuel.

Les 3 missions des DRAC
1. Aménagement du territoire et élargissement des publics
Les DRAC définissent et élaborent des partenariats avec les collectivités (régions, départements, communes) au travers des contrats de plan Etat-région, des contrats de ville et des conventions de développement culturel.
2. Education artistique et culturelle
Les DRAC attribuent des aides annuelles de fonctionnement aux écoles de musique agréées, et dans un certain nombre de régions, aux écoles d'arts plastiques.
Elles conduisent de nombreuses actions en liaison avec les rectorats et les autres services de l'état pour promouvoir l'éducation artistique et culturelle en milieu scolaire et universitaire, et dans les autres lieux d'accueil des enfants et des jeunes (crèches, centres de loisirs...). L’éducation artistique et culturelle concerne la connaissance du patrimoine, l'initiation aux langages artistiques et l'approche de la création contemporaine.
3. Economie culturelle
Les DRAC participent à la structuration du secteur économique de la culture. A ce titre, elles apportent aide et conseil aux entreprises culturelles.
Elles soutiennent également le développement du mécénat culturel.
Les DRAC suivent la mise en oeuvre des actions de formation et de qualification des acteurs culturels et participent le cas échéant à leur financement.
Enfin, elles diffusent les informations relatives à la législation sociale applicable aux emplois culturels et prennent des mesures permettant sa bonne application.

Les actions des DRAC (lire la suite du texte figurant sur le site du Ministère).

Puce_4 Quelques aspects de l'action des DRAC présentés par elle-mêmes

Comment faire pour? (les fiches pratiques de la DRAC Bretagne)

Le dossier sur les demandes de subvention de la DRAC Chamagne Ardenne

Les subventions accordées en 2007 par la DRAC Languedoc Roussillon

Aides et démarches pour les projets (DRAC Limousin)

Rhône Alpes. Budget consacré au spectacle vivant en 2008 : Téléchargement budgetssv_2008_rh_alpes.pdf

L'accompagnement éducatif en Pays de la Loire

Puce_5 L'action de l'Etat : chiffres clés

La rubrique « Statistiques » sur le site du Ministère.

Les chiffres clés , édition 2008 :

Téléchargement chiffrescles20081.pdf

* * * * * *

* * * * * *

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Cours sur les politiques culturelles.
commenter cet article
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 20:55

Jeanclaude_pompougnac_22_10

1. Un document du DEPS (MCC) : Culture et intercommunalité.

Téléchargement 20085interco1.pdf

2. Le blog de Martine Silber

3. La dernière contribution au débat du Dr Kasimir Bisou (la diversité culturelle pour sortir de l'impasse des politiques culturelles).

4. Un rendez-vous pluriel et solidaire :

JOURNÉE D’INFORMATION et D’ÉCHANGES

LES VALEURS SOLIDAIRES EN PRATIQUE
ou comment les coopérations renforcent l’entreprise culturelle

mercredi 12 novembre 2008 de 9h30 à 17h30
au Cnam - Paris 3e

________________________________________

De nombreuses structures artistiques et culturelles exercent leur activité selon des valeurs et des modes de fonctionnement qui relèvent du champ de l’économie solidaire. Ces entreprises participent au développement et à la diversification du secteur du spectacle vivant, en expérimentant une autre manière d’entreprendre l’art et la culture.

Pour poursuivre ce travail de (re)connaissance et de réflexion commune, qui s’est, entre autres, concrétisé par le Manifeste de l’Ufisc pour une autre économie de l’art et de la culture, nous vous invitons à participer à une journée d’information et d’échanges au cours de laquelle un éclairage sera apporté sur les pratiques solidaires des acteurs culturels. Des éléments de mise en perspectives seront proposés afin de renforcer la réalisation de projets s’inscrivant dans ces valeurs.
Cette journée sera l’occasion de rencontres entre acteurs, chercheurs, partenaires professionnels et publics, et toutes les personnes investies dans ces initiatives.

Programme complet sur : www.ufisc.org/rencontre_idf_12nov2008
Inscription et réservation en ligne uniquement : www.arcadi.fr/reservation
Places limitées.

Post scriptum et message personnel :

Pour les étudiants de Paris X cliquer dans cette direction (catégories) -->

* * * * * *

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 05:24

Pik_nik_15_4

Les politiques culturelles.

Séance 2.

Perspectives historiques.

Site de référence, le Comité d'histoire du MCC

1. Une pionnière, Jeanne Laurent (1902-1989)

(article dans Wikipedia)

Mais servir l'État et les artistes n'a de sens que si la politique est conduite pour le public. Consciente que la nation tire sa richesse de la diversité des territoires, Jeanne Laurent refuse le centralisme et se place à l'écoute des collectivités. L'accusation, parfois avancée, de néo-jacobinisme, est trop radicale.L'accompagnement des collectivités est systématiquement recherché. Un centre dramatique national ne doit pas être exclusivementfinancé par l'État, estime-t-elle, sinon il s'agit d'un théâtre national. Elle s'inscrit donc bien dans un rapport au territoire qui fonde la décentralisation culturelle contemporaine. Et bien sûr, la création artistique en province ne doit pas se limiter à l'expression de cultures traditionnelles ou au folklore.

Sensibilisée aux inégalités sociales, sans doute en raison de ses origines familiales, Jeanne Laurent ne cessera de s'intéresser aux questions d'éducation et d'enseignement pour mieux permettre la rencontre des artistes et du public, avec cette conviction que le rôle de l'Etat est de favoriser ce rapprochement. On est frappé d'entendre les politiques se référer aujourd'hui encore à Jeanne Laurent, décédée en 1989. Le modèle est-il encore opératoire ? La charte sur les missions de service public impulsée par Catherine Trautmann y puise assurément la notion de responsabilité tant des pouvoirs publics que des artistes. Mais ce que Jeanne Laurent exige des artistes est bien plus contraignant que ce que les politiques publiques contemporaines leur demandent.

Voir le   compte-rendu de la conférence de Marion Denizot, lors des Rencontres de la maison Jean-Vilar, juillet 2005.

Pour les gourmands, un long extrait de la thèse de Marion Denizot est disponible sur le site du MCC, pages du Comité d'histoire

2. LeTNP de Jean Vilar :modèle et/ou origine?

Télécharger l'article de Laurent Fleury : Téléchargement fleury1.pdf

3. La politique culturelle initiée par André Malraux

artice de Jean Caune, sur Espaces Temps.net

À propos de la politique culturelle de Malraux, on a pu parler d'une idéologie du salut culturel. La formule est tout à fait acceptable à condition de lui donner son sens plein. L'art et la culture ne valent pas pour assurer un « supplément d'âme ». Cette formule, empruntée à Bergson, sera reprise plus tard, lorsque, précisément, la culture sera considérée comme ce qui vient en plus d'une vie de travail et d'aliénation pour lui donner sens. L'art et la culture valent comme possibilité de communion pour des civilisations sans Dieu et, dans notre civilisation, ils relèvent d'une problématique et non d'une esthétique. Cette problématique est celle du pouvoir de la culture à fonder un sentiment d'appartenance, à donner un élan à un vivre ensemble, à partager les mêmes croyances et les mêmes valeurs.

4. Mai 68 : la déclaration de Villeurbanne.

Le texte de cette déclaration est conservé à laBiblothèque municipale de Lyon.

Télécharger ce texte : Téléchargement dclaration_villeurbanne.doc

5. Développement culturel, un moment fondateur : le colloque d'Arc et Senans, Avril 1972

DECLARATION FINALE

Un groupe international de spécialistes de diverses disciplines, réuni pour étudier la prospective du développement des sociétés industrielles avancées, a essayé de définir le rôle que la culture est appelée à jouer dans le développement.

Leur réflexion les a conduits à alerter les gouvernements, l’opinion publique et ceux qui l’orientent des menaces qui pèsent sur l’avenir de nos sociétés. Ils ont conclu que les politiques d’action culturelle peuvent et doivent désormais jouer un rôle déterminant dans la maîtrise du futur.

A cette fin, ils formulent les propositions suivantes :

LE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL : QUEL FUTUR ?

Le développement industriel épuise la nature et se retourne contre l’homme. La prise de conscience de ce qu’il coûte à la société et sous-produits négatifs qu’il engendre font qu’on s’interroge partout sur son futur.

Le futur a déjà commencé, mais, dans un système industriel fragmenté en éléments hétérogènes et contradictoires, on refuse de le reconnaître.

Dans leur disparité, ces éléments ne doivent cependant pas être regardés isolément, car ils sont concomitants et interdépendants. Leurs répercussions sur les conditions mêmes de la vie humaine constituent un tout menaçant.

Il est dès lors impossible d’accepter que se poursuive le jeu irresponsable qui consiste pour les gouvernements à laisser les techniques développer le cours illimité de leurs possibilités, au lieu de reconnaître les besoins indispensables et de donner la priorité à ceux-ci sur des besoins artificiels engendrés par la mécanique du profit.

L’avenir de l’homme ne saurait sortir des ordinateurs comme une fatalité inévitable : les « tendances lourdes » de la société, y compris l’aspect démographique, ne sont pas irréversibles pour peu qu’une prise de conscience responsable introduise dans l’action politique le poids de valeurs, de cultures, et de forces sociales diverses. Elles seules permettent de contrôler les processus socio-économiques qui menacent notre biosphère.

S’il ne peut être question d’arrêter la croissance économique (ne serait-ce qu’en raison de la situation du tiers monde), il est indispensable qu’un sursaut -de nature culturelle- conduise à transformer une croissance quantitative en amélioration qualitative du niveau de la vie.

Dès lors, l’action culturelle est celle qui permet de penser différemment la société et qui prépare chacun à être responsable de l’évolution possible de celle-ci, à faire face aux crises, à maîtriser et non à subir son destin.

Toute politique culturelle a une dimension ethique qui lui est essentielle.

Remarque : on ne peut qu'inviter à rapprocher cette déclaration visionnaire de l'initiative prise en 2004 de lancer un Agenda 21 de la culture. On y reviendra à propos de la question de la diversité culturelle.

6. Philippe Urfalino L'invention de la politique culturelle.

Ed. par le Comité d'histoire du ministère de la Culture. Paris : La Documentation française, 1996.

Philippe Urfalino précise d'emblée les thèses qui sous-tendent son livre : « Ce qu'on peut appeler une " politique culturelle " a été inventé en 1959, avec la création d'un ministère chargé des Affaires culturelles, et se dissipe depuis le début des années 1990 ; la singularité de cette invention réside dans l'opposition, que la majeure partie des initiatives du ministère a manifestée, entre l'idée de projet et celle d'institution ».

Faire l'histoire des politiques culturelles présente bien des difficultés : tous les termes y sont polysémiques - sous les mêmes mots sont adoptées des politiques différentes. Une telle analyse relève d'autre part « autant de l'histoire des idées et des représentations sociales que d'une histoire de l'État ou des autres instances publiques ».

Quatre ruptures accompagnent la création du ministère. Une rupture idéologique, puisque est ainsi affirmée par l'État une philosophie de l'action culturelle ; artistique « avec le façonnage d'un secteur artistique subventionné » ; administrative, puisqu'un appareil administratif est créé ; idéologique enfin. Malraux, en effet, affirme la capacité de l'art à rassembler les hommes. Un tel rassemblement passe par une confrontation directe de l'homme à l'art, d'où toute pédagogie est exclue.

La Culture va donc se constituer contre l'Éducation - y compris contre l'Éducation populaire, encore très forte au début de la période - et l'auteur revient à plusieurs reprises sur l'affirmation et la mise en oeuvre de cet écart par le jeune ministère. Le corpus central de Philippe Urfalino est constitué par toutes les archives administratives ayant trait à la création des maisons de la culture. Celles-ci sont, on le sait, l'emblème de la politique malracienne. L'analyse de ces archives permet d'en saisir les principes fondateurs, et de restituer les divers entendements donnés à ceux-ci par les administrateurs successifs - et notamment Pierre Moinot et Émile Biasini, puis Guy Brajot (extrait de la recension de cet ouvrage par Martine POULAIN, Bulletin des bibliothèques de France).

(suite de le recension de cet ouvrage)

Entetien avec Philipe Urfalino (Les ides en mouvement, LalLigue de l'enseignement n° 121, Août-sept 2004.

Télécharger l'entretien : Téléchargement entretien_urfalino.pdf

7. Sur la situation présente et dans une perspective assez voisine, on peut signaler l'article de Pascal Le Brun-Cordier : La crise de la politique culturelle française

télécharger l'article au format pdf : téléchargement la_crise_de_la_politique_culturelle_francaise_pascal_le_bruncordier1.pdf

8. Un autre regard.

Mathilde Priolet Les pratiques culturelles et l'éclipse du politique , magazine La Scène.

Or, si l’on s’interroge sur les relations entre culture et politique, en France, depuis le Second Empire, on s’aperçoit que tandis que la culture prend de plus en plus d’importance dans la gestion de la vie des hommes ensemble, la politique se trouve prise, quant à elle, dans un mouvement déclinant qui aboutit au début du XXIe siècle à une véritable éclipse du politique.

Dans ces deux mouvements parallèles d’expansion de la sphère culturelle et d’éclipse du politique, il est un processus qu’il faut écrire, celui de l’utilisation par le pouvoir politique, de la culture comme outil de pacification des foules, mais aussi comme dernier lieu de l’exposition du pouvoir. Ce phénomène est particulièrement visible au Second Empire, puis sous Malraux et enfin sous Jack Lang.

Ces trois périodes, bien que fondamentalement hétérogènes, sont toutes prises dans des phases politiquement critiques. Louis- Napoléon, élu par la bourgeoisie et la paysannerie, puis autoproclamé empereur, dans une période traversée d’émeutes et de révoltes populaires ayant mis à bas les régimes précédents, cherche avant tout à conserver son pouvoir.
Or si le politique est le lieu de la division, de la différence et de la pluralité, la culture est le lieu du consensus, de l’absolue relativité, le lieu du «tout égale tout» de Gertrud Stein. En tant que telle, la culture est donc l’envers du politique. Elle est ce qui dans un mouvement liquide peut englober en son sein les objets les plus hétérogènes, les défaisant de leur capacité antagonique.

LIRE LA SUITE

* * * * * *

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Cours sur les politiques culturelles.
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 20:36

Cours Politiques culturelles

Séance 1.

Problématique. Légitimité de l'action publique dans le domaine artistique et culturel.

1. Les politiques culturelles dans l'air du temps.

Pour cerner au plus large le champ des question abordées par le cours, on peut partir des thèmes des débats organisés par le quotidien Libération lors du forum « Vive la culture » qu'il a organisé au Théâtre des Amandiers de Nanterre, les 14 et 15 juin 2008.

Le programme du Forum en format pdf :

Téléchargement tableau_debats_forum_100621.pdf

Voir aussi  Le Forum de la culture vu par les étudiants de l'EAC, l'Ecole des métiers de la culture.

On peut aussi se reporter à la rubrique Idées du magazine La Scène.

Ou au dernier numéro spécial Avignon du magazine La Terrasse (en particulier la rubrique 3 sur la crise de la réprésentation).

Dans un autre registre, celui d'une collectivité territoriale on peut examiner les thèmes des lundis de la culture organisés par la ville de Toulouse

Ou bien les thèmes des conférences organisées par le Conseil général de Loire-Atlantique et publiées sous le titre « Culture et société, un lien à recomposer". (Editions de l'attibut).

Présentation de l'ouvrage :

Quelle est la place de la culture dans la vie sociale aujourd’hui ? De quelle manière la diversité culturelle s’inscrit dans la sphère intime et l’espace public, du local à l’international ? À quelles résistances est-elle opposée ? Comment les pratiques culturelles évoluent-elles et comment comprendre les changements dont elles témoignent ? Comment les politiques culturelles les ont-elles accompagnées des années 1960 à aujourd’hui, de l’échelle nationale à l’échelle territoriale ? Quel rôle jouent les industries culturelles face à ces enjeux ? En quoi la culture peut-elle contribuer à renforcer le lien social ? Comment en définitive articuler enjeux culturels, enjeux de société et politiques publiques aujourd’hui ?

Tels sont les principaux questionnements de cet ouvrage, prolongement d’un cycle de conférences qui s’est tenu en 2007 à Nantes, à l’initiative du Conseil général de Loire-Atlantique, en partenariat avec l’Observatoire des politiques culturelles. Philosophes, sociologues, économistes, juristes, politologues ont apporté leur contribution à ce débat. Après leurs interventions orales, leurs contributions écrites offrent un véritable recul dans l’analyse.

Le sommaire en format pdf

L'introduction de Jean-Pierre Saez.

2. Etat des lieux/ Chiffres clés

La rubrique « Statistiques » sur le site du Ministère.

Les chiffres clés , édition 2008 :

Téléchargement chiffrescles20081.pdf

* * * * * *

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Cours sur les politiques culturelles.
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 21:25

Sisyphe à Elsinore
Blog d'un Directeur Territorial des Affaires Culturelles

Sous ce titre original, l'auteur de ce blog présente ainsi son projet :

Bonjour à toutes et à tous.

Le périmètre de ce blog personnel va porter sur les enjeux que les politiques culturelles posent dans le territoire en terme de pertinence, opportunités, cohérence et légitimité.

Comment proposer aux publics une offre culturelle diversifiée et attractive qui implique des choix politiques dans les tensions qui se créent souvent entre les élus et les usagers.

Un blog, actuellement en cours de création, qui espère à terme enrichir et favoriser, par ses et vos contributions,  les débats entre les usagers, les professionnels de la culture et pourquoi pas aussi les élus territoriaux.

A bientôt !

Vos commentaires et/ou réactions sont les bienvenus !

Culturellement votre....

J'ai bien apprécié et je conseille la note intitulée : L'élu et le directeur culturel : comment progresser ensemble ?

A plus...

 

= = = = = YAKINO audience en temps réel real time audience measurement
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 19:17

Pas de scoop aujourd'hui.

La vidéo que je propose Il n'ya pas de colin dans le poisson a déjà été signalée sur les sites de l'Oizeaurare ou des Editions de l'attribut.

Mais voila. C'est vraiment une superbe contribution au débat sur les politiques culturelles.

Afin de populariser la question du désengagement de l’Etat la Fédération Réginale-MJC, la MJC Aliénor d’Aquitaine de Poitiers, la Ligue de l’Enseignement et CLAP (circuit de cinéma) ont commandité auprès de l’association "Les yeux d’izo" un court métrage sur le désengagement de la Culture.

Il a été réalisé dans le cadre du dispositif "Passeurs d'images" et c'est du solide.

* * * * *

Autre chose.

A peine était-il né, au début de l'été dernier, j'avais signalé (un peu trop vite) la création du blog EPCC en France.

Le bébé se porte bien et il tourne à plein régime avec des nouvelles fraîches sur les EPCC.

Et c'est tant mieux pour moi qui vais me consacrer, comme je n'arrête pas de l'annoncer depuis des mois (genre : mes interminables adieux au music hall) à d'autres sujet puisque celui là est désormais bien traité.

* * * * *

Encore autre chose.

J'ai évoqué ici (en me payant gentiment la fiole de RDDV) le Forum d’Avignon qui se tiendra du 16 au 18 novembre dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne, sur le thème « Culture, facteur de croissance ».

Sur son blog Transmission de de données, Damien Malinas annonce le Forum avec cette ingénieuse illustration.

Medium_gainsbourg_billet

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 22:05

Le titre de la note de ce jour a très peu à voir avec son contenu.

Où il est? (ou bien où est-ce que tu as mis?,ou encore qu'est-ce que tu as fait de...?) de mon deuxième sexe, c'est un bout de dialogue du film de Diane Kurys sur Françoise Sagan diffusé hier soir sur France 2.

Au moment où cette réplique a été prononcée, j'étais dans la cuisine et je ne pouvais pas voir la scène, celle d'une femme cherchant dans une bibiothèque le célèbre ouvrage de Simone de Beauvoir (on ma raconté après).

Donc, forcément, la phrase a sonné étrangement à mon oreille.

Où t'as mis ton deuxième sexe?, voila bien une question de garçon me suis-je dit à moi-même, comme une interrogation en forme d'évidence.

Mais bon. Je vais vous épargner mon numéro sur la condition masculine post-moderne ou le masculin singulier, le déclin du mâle, l'ambivalence de l'expression mauvais garçon, la grâce de la féminité retrouvée (j'ai le coeur vulnérable et l'âme tourmentée) et tutti frutti.

Mais plutôt vous offrir le portrait de deux grandes artistes avec, pour commencer, ce bout d'essai de la Dietrich, une pure merveille.

La seconde star figure aujourd'hui 1er octobre au calendrier des saints et des saintes vénérés par les catholiques.

Elle joue ici le rôle de Jeanne d'Arc dans une pièce qu'elle a elle même composée.

Je ne sais dire pourquoi cette image m'a toujours boulversé. Peut être la réponse me viendra-t-elle lorsque je saurais où j'ai mis mon deuxième sexe

 

Therese_dans_le_role_de_Jeanne_d_Arc.jpg

 

== = = = =

= = = = =

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Le genre et la culture.
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 08:01

Blog_jeanclaude_pompougnac_26_09

Renaud Donnadieu de Vabres tient un blog (sur lequel il archive précieusement tous ses discours de quand il était ministre de la Culture). Ce qu'il n'est plus. Mais il préside je ne sais plus quoi au juste qui a à voir avec la présidence française de l'Union européenne qui-ne-passera-pas-l'hiver-au-delà-de-la-Saint-Sylvestre.

Dans son dernier post titré "Culture facteur de croissance", c'est la provocation vertueuse du Forum d'Avignon, il évoque une nouvelle rencontre, une rencontre incontournable, exceptionnelle qui aura lieu en novembre à Avignon (et non pas en Avignon à novembre).

Christine Albanel, Nicolas Seydoux, Jean-Jacques Annaud, Axel Ganz, Marie-Josée Roig, la maire d’Avignon et moi avons annoncé le Forum d’Avignon qui doit avoir lieu en Avignon les 16,17 et 18 novembre prochains. Objectifs : changer les regards sur la culture, mobiliser les énergies, faire comprendre qu’il n’y a pas d’attractivité sans stratégie culturelle forte, décloisonner les esprits pour que les mondes politique, économique, culturel et artistique se rencontrent, se parlent, se découvrent davantage !

« Avignon » se veut militant, prospectif, pluriannuel, international. Rassemblant et donnant la parole au plus fragile des artistes jusqu’à la plus puissante des industries culturelles.

(...)

Un souhait : que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, Président de l’Union Européenne, en concluant le Forum avec José-Manuel Barroso annonce la réunion conjointe des 27 Ministres de l’économie et des finances et des 27 Ministres de la culture et de la communication et prenne l’engagement d’inscrire à l’ordre du jour d’un Conseil Européen une question culturelle.

Cette reconnaissance est un impératif politique. Le Palais des Papes sera fidèle à sa vocation universaliste en abritant cette magnifique cause, plus révolutionnaire qu’il n’y paraît !

Donc RDDV, bonne nouvelle, sait ce qui est révolutionnaire et ce qui ne l'est pas.

Quant au président Sarkozy, justement, vous ne vous en doutiez peut-être pas, mais il croit à l'éducation populaire.

C'est ce qu'il a proclamé cet été à Batz-sur-Mer. C'est sur Elysée TV.

Qui constestera que nous vivons une époque formidable?

= = = = =

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 07:09

Palaisduguignol1

François Deschamps (Territorial.fr) consacre son éditorial d'hier au fabuleux destin des Entretiens de Valois

La ministre de la Culture a présidé le 9 septembre 2008, dans un climat parait-il tendu, la quatrième réunion plénière des Entretiens de Valois (instance de partenaires réfléchissant sur l'évolution de la politique du spectacle vivant... dans le cadre de la RGPP).

L'ambition initiale a un peu réduit à la cuisson. Le nombre de groupes de travail devrait passer de vingt à trois :
- Clarification des politiques publiques en matière de spectacle vivant (étude de mise en place d'un cahier des charges « type », d'un fonds de soutien à projets, d'un programme unique) ;
- Politique de l'emploi (concept « d'entreprises artistiques d'intérêt général », élargissement des
COREPS) ;
- Plateforme de préfiguration d'un observatoire national du spectacle vivant (sous l'égide de Daniel Barroy, chef du service de l'Inspection et de l'Evaluation du Ministère) .

Ces groupes de travail vont être mis en place le 30 septembre, après l'importante conférence budgétaire du 26 septembre, où seront annoncés les budgets des ministères pour les deux années à venir. Ils devront faire des propositions opérationnelles pour le 15 décembre.

Neuf syndicats ont fait une déclaration préalable précisant les conditions constituant un préalable à leur participation future aux Entretiens de Valois. Les représentants des collectivités territoriales ont également fait part de leurs inquiétudes, sans garantie sur le budget de la culture dans les trois années à venir.

LIRE LA SUITE

= = = = =

Sans rapport, la pensée du jour (trouvée dan le courrier des lecteurs de Télérama) :

Quelles sont les différences fondamentales entre un laïc positif et un croyant négatif?

Lire aussi dans le même magazine, l'excellent article sur le retour en arrière que constitue la laïcité vue par Sarkozy : Laïque, Dieu merci par Thierry Leclère.

* * * * * *

Arcadi_77

* * * * * *

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...
  • Le spectacle de la tragédie et la violence de l'Histoire.
    RETOUR SUR AVIGNON 2016 En juin dernier [juin 2016], j'avais signalé ici-même que l e Festival d’Avignon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la FNCC et l’Observatoire des politiques culturelles avaient décidé de se...