Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 17:12
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 21:45

Blog_pompougnac_03_04

Se pourrait-il qu'à Montpellier, l'Ombre jaune ait encore frappé?

Source AFP

La direction du festival "Le Printemps des comédiens" de Montpellier a renoncé à inviter une troupe de moines tibétains qui devait s'y produire à 10 reprises, craignant notamment que les événements au Tibet ne provoquent des manifestations anti chinoises.

Du fait des événements au Tibet, "je ne suis pas en mesure de garantir que le spectacle se déroulera dans les conditions de sérénité nécessaires à une pièce de théâtre masqué tibétain", a expliqué mercredi à l'AFP le directeur du festival, Daniel Bedos. 

Ce dernier a indiqué que des personnes avaient déjà manifesté leur intention de profiter des représentations de la pièce "Safran", qui devaient être données par une quinzaine de moines tibétains, pour "leur témoigner leur sympathie", et sans doute protester contre la Chine.

Daniel Bedos était en relation avec "l'Association du peuple chinois pour l'amitié avec l'étranger" pour l'organisation de ce spectacle.

Or, après les événements au Tibet, les autorités chinoises lui ont demandé s'il pouvait garantir "qu'il n'y aurait pas de problèmes" tout au long des représentations. "Je ne suis pas en mesure de le faire", a-t-il dit, soulignant qu'il ne voulait pas passer son "temps à jouer les gendarmes durant le festival".

Les représentations de Safran ont donc été reportées à une date postérieure aux Jeux olympiques de Pékin.

M. Bedos n'a pas eu de contact direct avec les moines tibétains depuis cette décision.

Le Printemps des comédiens a été créé à Montpellier en 1987. Il accueille chaque année, au mois de juin, dans les domaines du thé?tre et du spectacle vivant, de 20 à 25 spectacles et plus de 45.000 spectateurs payants, selon l'Association Printemps des comédiens.

Cette année, la 22e édition se tiendra du 5 au 30 juin.

IMPORTANT.

Lire ci-dessous, le commentaire de Ti Bouche bée (que je remercie vivement pour ces utiles précisions).

= = = = =

= = = = = =

Arcadi_77

***

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

= = = = = = =

referencement gratuit

Nous vous conseillons les annuaires suivants : annuaire 123 pagerank, annuaire du net gratuit, un repertoire de sites gratuit, annuaire des papillons, repertoire de sites, annuaire internet, sélection de sites, annuaire internet, annuaire internet et web malin et pratique. Site reference par création de sites internet et referencement 2010.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 21:31

Orly_2

Une des fausses informations du 1er avril se fondait sur une heureuse initiative culturelle apparue il y a peu sur la toile.

Il existe sur le Net* un Comité de défense et d'illustration du point-virgule, dont les membres s'engagent à « chanter ses louanges en toute occasion » et à l'utiliser « chaque fois que ce sera approprié ». Serment digne de celui des Horaces ! Sans faire partie de la confrérie, nous agissons dans l'ombre, rajoutant ces points-virgules décriés avec le sentiment d'accomplir un — petit — acte de résistance. Auquel s'ajoute, si le point-virgule se substitue à un point, le plaisir de rallonger la phrase, qui a ces temps-ci tendance à rétrécir.

[*Ce Comité a aujourd'hui disparu de la Toile.]

Le site du Monde a donc repris hier cette information :

Rue 89.com rebondit sur la polémique suscitée par une éventuelle suppression du point-virgule et révèle la création d'une commission pour la réhabilitation du signe de ponctuation dans les documents administratifs. Ici encore, fausses preuves à l'appui, le site produit une lettre de mission à l'en-tête de la présidence de la République confiant au député Benoist Apparu l'honorable tâche d'instaurer l'"usage obligatoire d'au moins trois points-virgules dans chaque document administratif" ; une vidéo montre le linguiste et complice du canular, Alain Rey, confirmer avoir été approché pour présider la commission. Les réactions des internautes laissent également songeur quant à leur authenticité : un seul commentaire semble relever la blague, les autres soutiennent la proposition ou se moquent de l'initiative de l'Elysée sans sembler douter un seul instant de la véracité de l'information.

Un signe de ponctuation qui n'a pas disparu du blog de Françoise Benhamou, c'est le point d'interrogation. Evoquant (avec sagacité et pertinence) les nouvelles responsabilités confiées par le Président de la République à Eric « Ganelon » Besson dans le domaine de l'économie numérique, elle titre son billet Vers un affaiblissement du ministère de la Culture ? Chacun jugera comme bon lui semble si ce point d'interrogation est superflu, superfétatoire, ornemental ou pléonastique.

Reste que la lecture des nombreux commentaires apportés à cette analyse rigoureuse du rétrécissement du champ de compétences du ministère confié à Madame Albanel, permet de découvrir outre le petit dessin suivant

Sakulturefe5

une mention d'une émission de France Culture

Cet après-midi, sur France Culture, "sur les docs", un documentaire sur la "désobéissance civile" (un peu confus mais bon) ; au passage une interview d'un haut fonctionnaire, énarque qui a démissionné à deux reprises de ses fonctions, parce qu'il trouvait les budgets de la culture en totale contradiction avec les beaux discours...

Présentation de l'émission disponible encore quelques jours en podcast sur le site de France Culture

(Désobéissances (1/5) - Une petite histoire de la désobéissance

Un documentaire de Simon Guibert et Yvon Croizier

Désobéir ? Oui, mais comment ?
Pour la philosophe américaine Hannah Arendt, « les campagnes de désobéissance civile bien organisées peuvent avoir une efficacité remarquable pour obtenir les modifications juridiques que l’on peut estimer désirables. »
Pour la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui accompagne la constitution du 24 juin 1793, « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs » (article 35).
Et l’on ne parle pas de Socrate buvant la ciguë ni de Suicide mode d’emploi, forme ultime de désobéissance…
Ce « Sur les docks » ébauche une histoire non-exhaustive de la désobéissance depuis 1945, brisant parfois cette évocation forcément incomplète pour laisser la parole à ceux qui en ont fait l’expérience.
De la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale au « Manifeste des 121 », de mai 68 au démontage du restaurant Mac Donald de Millau, de la désobéissance d’un haut fonctionnaire à la pétition des cinéastes contre les lois Debré de 1997…

Avec :
François Barré, ancien président du Centre Georges Pompidou, président des Rencontres photographiques d’Arles ;
José Bové, syndicaliste, paysan ;
Gilles Luneau, journaliste-écrivain ;
Jean-Marie Muller, philosophe, co-fondateur du Mouvement pour une Alternative Non-Violente ;
Gérard Mordillat, écrivain, cinéaste.

La voix de Dyonis Mascolo, écrivain.
Des archives de l’INA

Producteur coordonnateur : Alexandre Héraud
Producteur délégué : Simon Guibert
Réalisation : Yvon Croizier

= = = = = =

Quant au titre du présent billet, il renvoie au nième communiqué de l'Agence Bretagne Presse sur la création par cette région de deux EPCC

Le CRLB va donc disparaître dans quelques jours, comme disparaîtra aussi l'Agence de coopération

des bibliothèques et centres de documentation en Bretagne (COBB), fondée elle en 1985 et basée

à Rennes.  Les personnels des deux associations sont repris par l'Établissement public de coopération

culturelle (EPCC), Livre et lecture en Bretagne, qui a été créé, il y a quelques semaines par un arrêté

préfectoral et dans lequel les acteurs du livre en Bretagne n'auront plus aucun pouvoir délibératif,

mais seront indirectement représentés au sein d'un conseil consultatif.

L'association Musique et danse de Bretagne (ex Arcodam), jusqu'ici basée à Châteaugiron, près de Rennes, et l'association Théâtres en Bretagne,

basée à Saint-Brieuc qui joue le rôle de lieu de ressource, de rencontre, d'information et de formation

pour le théâtre et la création théâtrale en Bretagne, ont aussi fusionné, formant un autre EPCC.

Les personnels de ces deux EPCC vont être installés prochainement ensemble dans une ancienne école

désaffectée et promise à la démolition dans les années à venir, rue Guy Ropartz, dans le quartier

de Maurepas, à Rennes.

Cette transformation a suscité de nombreux remous chez tous les acteurs du domaine du livre en

Bretagne – écrivains, éditeurs, libraires, bibliothécaires – dont beaucoup y ont vu un grave recul de la

démocratie participative et une mainmise bureaucratique sur un secteur important de la vie culturelle

de la Bretagne, conduisant de toute évidence à écarter de toute responsabilité réelle les représentants

des professions du livre. Cette inquiétude est d'autant plus vive que le Conseil régional n'a toujours pas

défini d'objectifs dans le domaine du livre en Bretagne et ne s'est donné encore aucune politique

cohérente et bien lisible dans ce domaine.

Son action paraît s'être bornée à financer en grande partie un (beau) stand collectif des éditeurs bretons

chaque année au Salon du livre de Paris, à apporter au coup par coup une aide à un certain nombre

de projets et d'opérations, dans la continuité de ce que faisait auparavant la précédente majorité,

mais sans vision d'ensemble et sans réelle ambition pour la Bretagne, semble-t-il.

Lire le communiqué

= = = = =

Blog_pompougnac_02_04_2 Pour finir, et faire suite à ma note d'hier :

Wikigender is your online platform to find and exchange information related to gender equality. The website is work in progress and benefits from your active participation. Users are invited to comment on or improve existing articles, and to create or upload new documents. By providing a platform to share experiences and to learn from each other’s knowledge, Wikigender will contribute to a better understanding on the situation of men and women around the world

Le site Wikigender

Et, en bonus (merci Caroline B.) :

Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais

Par Elsa Dorlin

Le recueil d’articles de Donna Haraway publié récemment en France sous le titre Manifeste cyborgdevrait constituer un événement comparable à la traduction en 2005 de Gender Troublede Judith Butler, et ainsi contribuer à redéfinir notablement les termes des débats qui animent la mouvance féministe.


Le recueil d’articles de Donna Haraway publié sous le titre Manifeste cyborg, en référence à son texte le plus connu, constitue, en France un événement comparable à la traduction en 2005 de Gender Trouble de la philosophe Judith Butler. Soutenue par des politiques éditoriales courageuses, volontaristes ou tout simplement lucides, la pensée féministe anglophone contemporaine a désormais droit de cité en France. Au gré des slogans, des notes de bas de page, des références théoriques, des problématiques inédites et des « acclimatations » disciplinaires des oeuvres de quelques grandes figures de la théorie féministe [...]

Ouvrage recensé par La Revue internationale des livres et des idées.

= = = = = =

Arcadi_77

***

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

= = = = = = =

referencement gratuit

Nous vous conseillons les annuaires suivants : annuaire 123 pagerank, annuaire du net gratuit, un repertoire de sites gratuit, annuaire des papillons, repertoire de sites, annuaire internet, sélection de sites, annuaire internet, annuaire internet et web malin et pratique. Site reference par création de sites internet et referencement 2010.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 18:05

Le pouvoir a-t-il un sexe?

 

Le mouvement féministe, qui a pris de l’ampleur en Europe et gagne en reconnaissance, se trouve confronté dans le même temps à un risque de dilution et de brouillage de ses objectifs, à un affaiblissement de ses capacités de mobilisation.

Face à un pouvoir patriarcal omniprésent et face à des pouvoirs politiques très résistants et capables d’intégrer certaines revendications des femmes sans pour cela remettre en question le rapport de forces établi en leur faveur, le mouvement féministe doit aujourd’hui repenser sa stratégie et oser poser la nécessité non seulement de préserver et d’acquérir des droits mais aussi de construire une puissance politique.

Il faut alors nous confronter à ce que nous refoulons : la question du pouvoir.

Qu’est-ce que le pouvoir ? Sa fonction, sa matérialité, son exercice. Mais aussi ce qui contribue à le reproduire.

Dans ce processus de reproduction les femmes ne seraient-elles que des victimes ? Ne devons-nous pas nous interroger sur la part qui nous revient de le soutenir et par là même ne pas oser remettre en question les fondements mêmes du pouvoir ? Comment sommes-nous prises dans une idéologie que nous combattons ? Voila les questions que nous proposons de poser pour éclairer notre action.

Prochaine séance :

 

2. Pouvoir et consentement
Les femmes et la demande absolue

Les féministes sont-elles trop sages ?

Avec Geneviève Fraisse, philosophe.

Lundi 7 avril 2008

 

En savoir plus, sur le site de la Fondaiton Gabriel Péri

Blog_pompougnac_01_04

 

 

Alors, t'as trouvé ça où?

Sur l'un des mes excellents tableaux de bord qui permettent de se tenir au fait de l'actualité des think tank ou laboratoires d'idées, si vous préférez.

 

Par exemple, celui proposé par Netvibes.

 

 

Ce tableau de bord vous propose les dernières publications, automatiquement actualisées d'une liste non exhaustive de clubs de réflexions (think tank) en France et dans le monde. Il est à la disposition des chercheurs, des journalistes et des citoyens intéressés par les grands problèmes économiques et géopolitiques contemporains.

Cet outil a été développé, en partenariat avec Netvibes, par la Fondation Res Publica (www.fondation-res-publica.org), fondation de recherche reconnue d'utilité publique en décembre 2005, et l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS).
Il est actualisé régulièrement avec la mise en place de flux RSS sur une majorité des sites Internet des think tanks. De nouveaux onglets géographiques devraient être mis en place.

 

 

Ou encore, la liste fort bien faite des think tank français mise au point par nonfiction.

 

Après la défaite de 2007, la gauche réorganise ses idées en 2008. Telle est l’impression qui se dessine autour de l’apparition de nouveaux think tanks, la multiplication des initiatives, des fondations et des clubs dans la gauche française.

nonfiction.fr a mené l’enquête et propose une présentation de cette nouvelle cartographie des think tanks, à la fois les nouveaux projets à gauche, mais aussi un rappel des fondations plus traditionnelles au centre ou à droite.

 

 

 

Voir aussi Think tank watcher 

 

= = = = =

 

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Le genre et la culture.
commenter cet article
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 17:17

Jeanclaude_pompougnac_30_03_2

Dans une actualité publiée la semaine passée, François Deschamps signalait la publication aux éditions de l'Attribut des contributions au cycle de conférences tenu en 2007 à Nantes, à l'initiative du Conseil général de la Loire Atlantique, sous le titre Culture & Société - Un lien à recomposer sous la direction de Jean-Pierre Saez.

Lire le sommaire.

Sur le site d'Artishoc, on peut lire en ligne la contribution d'Olivier Donnat à ce cycle de conférences intitulée : Démocratisation de la culture : fin...et suite ?

On pourra rapprocher sa réflexion du programme de travail que se propose de conduire le think tank (de gauche) La Forge

Culture et libertés, pour une société du libre arbitre.

Ce groupe de réflexion a besoin plus que tout autre d’une délimitation précise de son périmètre de travail. L’intitulé en est trop vaste et peut recouvrir une multitude de sujets. Il est donc proposé dans un premier temps de subdiviser cet intitulé en quatre thèmes prioritaires. A l’intérieur de ces quatre thèmes qui indiquent des orientations pour la réflexion et peuvent faire l’objet de notes ou d’études, le groupe choisira des sujets ponctuels qui se traduiront par la production d’articles ou d’auditions. Voici la liste de ces thèmes. Pour chaque thème, il est indiqué de manière provisoire quelques sujets de controverse ou impensés à gauche.

L’exercice de la démocratie

Les fabriques de la doxa

Les nouvelles surveillances, les nouvelles punitions

Les structures sociales de la transmission culturelle

Il a beaucoup été dit que la défaite de la candidate de gauche à la présidentielle était « idéologique et culturelle ». L’assemblage de l’idéologie et de la culture doit être manipulé avec précaution, car la culture, au sens de la transmission égalitaire d’un patrimoine ou des œuvres intellectuelles contemporaines est aussi un outil d’émancipation à l’égard des idéologies.

Pour ce qui concerne l’idéologie, il s’agit avant tout d’analyser les abandons préjudiciables de certaines valeurs qui étaient constitutives d’une « culture » de gauche. En témoigne, par exemple, la substitution du principe « donnant-donnant » au devoir de solidarité.

Il faut aussi juger de manière sévère la faible riposte face à la captation par le candidat de droite des figures historiques de la gauche –Jaurès, Blum- et surtout face au rapt et au dévoiement de leur pensée.

Pour la culture, l’analyse doit être plus structurelle. Dans ce champ, s’il faut réaffirmer l’impératif d’une politique publique, il faut analyser sans recul les raisons de l’échec de la démocratisation. Dans le champ plus large de la transmission des connaissances, il est nécessaire de refonder l’objectif d’émancipation individuelle à partir de la réalité des inégalités sociales.

Controverse ou impensé à gauche :
La politique menée jadis par Jack Lang peut-elle enfin faire l’objet d’une critique objective, pour sortir d’un discours lénifiant sur la culture et mesurer ses échecs comme ses succès? Autrement dit : sortir du languisme est-il autorisé à gauche ?

Le texte en intégral.

Ces débats sur la « démocratisation » sont (ou plutôt devraient être) évidemment inséparables d'une réflexion sur le concept de « populaire ». Voir, à cet égard :

Haut, bas, fragile : sociologies du populaire

entretien avec Annie Collovald & Olivier Schwartz

réalisé par Stany Grelet, Fabien Jobard & Mathieu Potte-Bonneville

Lire l'entretien.

Plus concrètement enfin, une autre information signalée par François Deschamps :

La FNCC a ouvert des forums sur les six thèmes retenus dans le cadre des Entretiens de Valois : sur « la révision des systèmes d'aide à la production et à la diffusion », on peut lire la contribution de Karine Gloanec-Maurin qui propose la création d'une Maison d'artistes par département, et celle de Jean-François Burgos qui propose que l'on enregistre les pièces de théâtre pour leur redonner une seconde vie. Sur « les labels et les contrats d'objectifs », on peut lire une contribution de D. Goudal (Théâtre de Brétigny) sur le désarroi des scènes « conventionnées ».

= = = =

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 13:52

Jeanclaude_pompougnac_26_03_2

* * * * *

 

Myriam Marzouki vient de créer son blog.

 

Sous le titre Avignon 2008, du théâtre et du genre, elle écrit :

 

 

 

La programmation du prochain festival d’Avignon vient d’être rendue publique (voir l’article de Sylvain Bourmeau sur Mediapart, elle est également accessible en ligne sur le site du Festival). Chaque printemps, lorsque je découvre le programme du prochain festival, mais également lorsque, entre mai et octobre, je reçois les plaquettes de présentation des différents théâtres, je m’amuse toujours à un petit décompte : combien de metteurs en scène femme ? combien de mises en scène de textes écrits par des femmes ?

(...)

Ce n’est pas surprenant : cette question n’est presque jamais posée et quand elle l’est, c’est à la marge, de manière ponctuelle, il y aurait même quelque chose d’illégitime ou de malsain à poser ce regard là sur le milieu artistique, les logiques de production, les processus de légitimation et de reconnaissance. Pour être précise : la revue Outre-Scène publiée par le TNS a consacré l’an dernier un numéro à la question : « metteuses en scène, le théâtre a-t-il un genre ? ». Il y aurait même une suspicion encore plus forte à l’égard d’un discours qui s’étonnerait d’une réalité tellement criante qu’elle en devient invisible, qui plus est lorsque ce discours est assumé par une femme. Dans un pays comme la France où les adversaires de la loi sur la parité ont pu agiter le chiffon rouge de la porte ouverte au « communautarisme », il est certain que l’on tend le bâton pour se faire battre… Tant pis, allons-y…

Lire la suite...

Sur le même thème, lire aussi l'excellent dossier présenté dans le dernier numéro (#7, février 2008) d'Arcadi, la revue : "Masculin, féminin, le genre e(s)t la matière".

= = = = =

Post post :

A ne surtout pas manquer, cette découverte de l'Oizeau rare :

 

Les artistes, les responsables culturels, se trouvent en permanence sommés de justifier leur existence, plus encore lorsqu’ils revendiquent quelques deniers publics pour mener leurs actions. Cette injonction est particulièrement vive aujourd’hui, dans notre pays. Le hasard fait que nous parvient à cet instant une « Charte des responsabilités des artistes » éditée au Brésil. Texte latino-américain à valeur universelle, contribution au débat.

 

Lire la suite et télécharger la Charte des responsabilités des artistes.

 

 

 

 

= = = = = =

Arcadi_77

***

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

= = = = = = =

referencement gratuit

Nous vous conseillons les annuaires suivants : annuaire 123 pagerank, annuaire du net gratuit, un repertoire de sites gratuit, annuaire des papillons, repertoire de sites, annuaire internet, sélection de sites, annuaire internet, annuaire internet et web malin et pratique. Site reference par création de sites internet et referencement 2010.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Le genre et la culture.
commenter cet article
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 17:43

Blog_pompougnac_20_03

Information transmise par l'Oizeau rare : tout à l'heure (19 heures) sur LCP, la chaine parlementaire :

Culture : la colère entre en scène ?
La France, phare de la culture, exception culturelle au rayonnement mondial. Ca c'est pour vendre la maison France à l'étranger. Dans notre pays la réalité quotidienne est bien différente...
D'un côté ceux qui craignent un désengagement de l'Etat dans la culture, regroupés principalement autour d'associations et de professionnels du spectacle.
De l'autre, le Gouvernement qui tente d'apaiser les tensions, arguant du fait que les subventions ne seront pas coupées et que l'Etat restera maître en la matière.
Mais la colère des artistes ne s'estompe pas pour autant. Ils étaient présents le 29 février pour appeler à la mobilisation nationale contre ce qu'ils considèrent comme un désengagement de l'Etat dans la culture. Ils seront encore là le 20 mars pour une nouvelle manifestation. Pour aborder ce thème, Dominique Paillé (Secrétaire général adjoint de l'UMP) et Ariane Mnouchkine (Responsable du théâtre du Soleil).
Sans rapport apparent mais qui sait? Premières conséquences du "basculement" à gauche de la municipalité de Rouen (trouvé sur le blog KotKot) :
 

Culture ou bibliothèques ?

A Rouen, le tableau des délégations des adjoints donne les informations suivantes:

Guy Pessiot, adjoint, est chargé du tourisme, du commerce, du patrimoine et des bibliothèques.
Laurence Tison, adjointe, est chargée de la culture et du spectacle vivant.


Les bibliothèques ne sont pas "dans" la culture.

Il sera intéressant de vérifier si Rouen est (et)
reste un cas singulier, ou bien si les nouvelles municipalités font, décidément, un sort différent aux bibliothèques...

Aux Sables d'Olonne, et aux dernières nouvelles, il n'était pas question de transformer dans la zone inondable, elle aussi, le navire en bibliothèque. Quoique, quel succès que la bib à la plage !

23:11 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (1) | Envoyer cette note | Tags : bibliotheques, rouen, sables d'olonne

Commentaires

Bien que ravie de voir arriver une nouvelle équipe, j'ai moi aussi fait un bond... Sortir les bibliothèques de la culture pour les "ranger" dans le patrimoine (et le commerce !) laisse perplexe quant à l'image de la lecture publique, dans une ville où, selon l'adjointe à la culture précédemment en poste, elle se porte mal.
Des mauvaises langues m'ont suggéré que c'était pour que l'adjoint en question soit sûr que ses propres écrits seront bien conservés... Je doute bien entendu qu'il s'agisse de la réelle motivation de ce choix malheureux. Il n'empêche que le dossier bibliothèques est chaud-bouillant à Rouen et qu'un tel éclatement des compétences culturelles risque de desservir l'énorme chantier qui attend la nouvelle équipe en matière de lecture publique et de décevoir plus d'un Rouennais.
Bref, nous voila partis pour un délicieux mélange des genres, dans lequel lecture publique, vieilles pierres et animaux empaillés devront cohabiter. Sans oublier le boudin au mètre de la Fête du ventre et le petit train des touristes allemands en short...

Ecrit par : Une Rouennaise | mardi, 18 mars 2008

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 18:40

Blog_pompougnac

UN.

Trouvé aujourd'hui sur un blog ce petit récit aussi réjouissant qu'édifiant :

Figurez-vous que comme j’ai l’ouïe fine vu mon côté marin j’étais noyé sous les rumeurs depuis une quinzaine de jours, et je me suis dit que j’allais m’introduire dans les bureaux du Ministère de la culture et de la communication pour voir dans quel état il était, s’il avait l’air engageant ou tout à fait désengagé en matière de politique culturelle. Pour y entendre plus clair.

Fenêtre ouverte, j'ai surfé sur un courant d’air et me suis posé sur l’épaule d’une personne qui avait l’air très au courant. Je lui ai chuchoté mes questions l’air de rien, mais professionnel quand même :


Moi : Cher HAMCC (Humain Anonyme du Ministère de la Culture et de la Communication), qu’en est-il du montant réel des baisses de subventions?

Hamcc: Sur les montants des réductions budgétaires des subventions, il y a la théorie et la pratique. La théorie : tous les crédits du Ministère sont écrêtés (je vais utiliser plein de termes barbares, mais tu me pardonneras cher Smithy j'espère) de 6% en 2008 (c'était 5% en 2007), avec 0,5% seulement pour les dépenses de personnels (0,15% en 2007). (Si le MCC a un budget de 3 milliards (je sais pas en fait, je donne le montant au hasard), et que 1 milliard concerne des dépenses de personnels, alors la taxation ne sera pas de 180 millions (6% de 3 milliards) mais de 6% de 2 milliards et 0,5% de 1M, soit 120+5=125 millions.) C'est quelque chose que nous avons arraché à Bercy, parce que ca permet de réduire pas mal la mise en réserve.

Moi : Ah bon d’accord. (Hum)
Ne serait-il pas possible d’envisager plus de souplesse dans l’application de cette Loi (Loi Organique relative aux Lois de Finances) en tenant compte des moyens infiniment variables des compagnies, pour ne pas étouffer le spectacle vivant ?

Hamcc : Ben oui a  priori. On pourrait ne pas répercuter vers les établissements publics directement ce qui est demandé au niveau du programme dont ils dépendent, mais choisir de ventiler et de faire supporter plus à l'un qu'à l'autre compte tenu de ses finances. Le le TNS à Strasbourg a de grosses réserves, l'Odéon des petites. Donc on appliquerait une plus forte réserve au premier qu'au deuxième. En même temps, je viens d'apprendre cet après-midi que Bercy l'année prochaine veut directement retenir les crédits, c’est-à-dire le gel ne s'effectue pas par le MCC, mais par Bercy qui ne donnera plus que les crédits votés par les parlementaires pour le PLF (projet de loi de finances) 2009 moins la mise en réserve.
Donc la souplesse, ca risque d'être un peu comme quand tu essaies de plonger dans une mare: c'est assez limité.

Mais idéalement tu as raison ; on répartit la pénurie, et on fait en sorte que la petite compagnie montante Spectaclous ne soit pas trop touchée et on prélève celle de Engel, de Régy ou de JP Vincent. C'est comme ca que ca devrait se passer, sauf que dans notre société du spectacle, Smithy contre Engel devant les média, c'est Smithy qui repart la queue entre les jambes - si tu me passes l'expression..

Moi
: "Entre les pattes" serait plus exact. La colère et la peur des gens du spectacle vivant sont donc bien justifiées?
Hamcc : C’est vrai que la mise en réserve vient dans un contexte budgétaire difficile: non seulement les crédits sont pour partie gelés, mais en plus les crédits de la culture diminuent très fortement. Bercy, et donc derrière Matignon et l'Elysée, réduisent le financement de la culture. Les 3 programmes (Patrimoines, Création, et Transmission des savoirs et démocratisation de la culture) ont tous diminué en 2008, à commencer par le troisième alors que Sarkozy avait dit que ce serait une priorité.

Moi : Pourquoi Christine Albanel dit-elle que les crédits continuent d’augmenter ?
Hamcc : Evidemment dans la conférence de la ministre, les chiffres sont maquillés, les périmètres sont modifiés, ce qui permet de dire que les crédits augmentent (on "rebudgétise" des crédits qui ne sont pas dans le budget et du coup on donne l'impression que ca augmente…)
Découvrir la suite, le contexte et les commentaires non moins piquants sur le blog SPECTACLOUS.
* * * * *
DEUX.

Reçu cette information/invitation :

Quand les activistes s'emparent des armes de l'art.

Une Brigade Activiste de Clowns taquinant les CRS, des graphistes-militants annonçant « rêve général », des escadrons d’avions en papier contre une armée de soldats, une fausse manif de droite, un carnaval contre le capitalisme… Les activistes s’emparent des armes de l’art, et inventent des formes de mobilisation plus créatives jouant d’un certain esthétisme. Liées à l’apparition de l’altermondialisme, ces actions multiplient les foyers de résistance pour une autre politique. Pourquoi les mouvements sociaux viennent-ils se frotter à l’art ? Qu’est-ce que la dimension artistique apporte à ces actions ? Permettent-elles de repolitiser ou de politiser autrement ? Au-delà de l’impact de ces démarches hybrides, nous nous interrogerons sur l’esthétisation des techniques de lutte par le biais de l’art.

Avec André Gattolin essayiste, enseignant et doctorant, spécialisé dans les techniques de communication activistes, Brian Holmes critique d’art et essayiste, spécialisé dans les croisements entre art, économie politique et mouvements sociaux, Samuel Wahl journaliste revue Cassandre.

Vendredi 21 mars 2008, de 19h à 21h, à la Sorbonne, amphi Richelieu

Plus d'information : http://art-espace-public.c.la

* * * * *

TROIS.

L'Oizeau rare communique :

Une contre-proposition :

" Désormais chaque année, à partir de  la rentrée scolaire 2008, tous les
enfants de CM2 se verront confier  la mémoire d'un des 11 000 enfants
victimes des lois  Sarkozy-Hortefeux contre l'immigration.
Les enfants de CM2 devront connaître le nom et l'existence d'un enfant
renvoyé par avion dans son pays. Rien n'est plus émouvant pour un enfant
que l'histoire d'un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les
mêmes joies et les mêmes espérances que lui."

Je vous invite recopier le texte ci-dessus sur 2 cartes postales, une pour chacun, et à les envoyer aux 2 éminents personnages ci-dessous :

 

Monsieur le Président de la République
55 rue Faubourg St Honoré
75008 PARIS

Monsieur le Ministre de l'Immigration
101 rue deGrenelle
75700 PARIS

N'hésitez pas à diffuser largement cet appel autour de vous !

===

Bonus (lui aussi transmis par l'Oizeau rare), une leçon d'instruction civique proposée par Henri Copain, ancien professeur à l'IUFM de Nantes).

Téléchargement insruction_morale_et_civique.doc

= = = =

= = = = = =

Arcadi_77

***

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

= = = = = = =

referencement gratuit

Nous vous conseillons les annuaires suivants : annuaire 123 pagerank, annuaire du net gratuit, un repertoire de sites gratuit, annuaire des papillons, repertoire de sites, annuaire internet, sélection de sites, annuaire internet, annuaire internet et web malin et pratique. Site reference par création de sites internet et referencement 2010.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 16:06

Jml_2 

Tirer sur une ambulance c'est mal!

Est-ce donc bien le moment de débattre des politiques culturelles?

C'est (encore) la question du jour, posée par le Dr Kasimir Bisou (Jean-Michel Lucas) et relayée par l'Oiseau rare sur son blog. Allez-y... c'est en images!

Voir aussi dans la colonne de gauche (Table de chevet) le dernier ouvrage (Art, culture et éducation au coeur d'une passion) du promoteur de la Contre-lettre.

= = = = = =

Arcadi_77

***

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

= = = = = = =

referencement gratuit

Nous vous conseillons les annuaires suivants : annuaire 123 pagerank, annuaire du net gratuit, un repertoire de sites gratuit, annuaire des papillons, repertoire de sites, annuaire internet, sélection de sites, annuaire internet, annuaire internet et web malin et pratique. Site reference par création de sites internet et referencement 2010.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 16:59

Jeanclaude_pompougnac_13_02

Post scriptum à ma note d'hier...

Dans Libération du 11 février, René Solis, sous le titre Un « Grenelle culturel » pas gagné

Annoncés par Christine Albanel en décembre dernier, les «entretiens de Valois» organisés par le ministère de la Culture avec les professionnels du spectacle vivant débutent ce lundi. Ils devraient s’achever à la mi-juin, afin que les conclusions éventuelles puissent être prises en compte dans l’élaboration du budget 2009.

Paroxysme.

En lançant ces entretiens, la ministre tente de désamorcer la colère du milieu du spectacle, après les coupes budgétaires annoncées à l’automne, où compagnie et institution s’étaient vu infliger une baisse moyenne de 6 % de leurs subventions d’Etat. Colère qui avait connu son paroxysme à la veille de Noël, quand le metteur en scène et cavalier Bartabas avait saccagé le bureau du directeur régional de l’action culturelle (Drac) d’Ile-de-France. Les choses se sont depuis légèrement arrangées. Le ministère a annoncé que tout le monde retrouverait finalement peu ou prou une subvention du niveau de celle de 2007.

Mais François le Pillouër, président du Syndeac (qui regroupe la majorité des employeurs du théâtre public) estime que c’est loin d’être le cas partout : si certaines régions ont remis tout le monde à niveau, d’autres traînent les pieds, et de nombreuses structures, notamment des compagnies, font état de baisses non compensées. Par ailleurs, la stricte remise à niveau se traduit quand même par une dégradation des comptes, vu l’inflation.

Mais la question des subventions n’est pas la seule en suspens. Beaucoup s’inquiètent des rumeurs persistantes d’un démantèlement du ministère de la Culture, au lendemain des élections municipales. Et même si ce n’est pas le cas, il n’est pas certain que Christine Albanel conserve son poste. Le contexte politique pourrait donc réduire la portée de ces entretiens.

L’objectif est ambitieux, qui vise à remettre à plat tous les dossiers : rôle de l’Etat et des collectivités locales dans le financement, labels et cahiers des charges, état de la création et de la diffusion, éducation artistique, formation, emploi (avec l’éternel retour de la question des intermittents), politiques européennes, etc. Les discussions ne seront pas bilatérales : d’autres ministères (Education nationale, Emploi, Affaires étrangères) sont conviés, de même que des représentants des collectivités locales. La crainte affichée par de nombreux professionnels est celle d’une confirmation d’un désengagement accru de l’Etat, au profit des collectivités, notamment les régions. Ils redoutent l’abandon d’une vision nationale en matière de création.

Clivages.

En fait, deux conceptions s’affrontent, recoupant en partie les clivages du début des années 70 entre tenants de l’action socioculturelle et défenseurs de la primauté de l’artiste. Aujourd’hui, l’opposition s’exprime entre ceux qui placent le concept de «territoire» au cœur de leur réflexion, et ceux qui estiment que tout doit s’articuler autour de l’artiste. Des débats qui transcendent les positionnements politiques : on trouve des tenants des deux positions à droite comme à gauche.

Les conceptions ne sont, bien sûr, pas toujours aussi tranchées, mais on peut dire que les défenseurs d’une conception territoriale ont plutôt le vent en poupe, au risque d’amplifier les tentations d’instrumentalisation de la culture. Ce qui reflète aussi une réalité : rarement les politiques ont semblé aussi éloignés du monde de l’art et de la création.

Ces clivages ne sont-ils pas, sous la plume du journaliste avisé (« recoupant en partie » ... « les conceptions ne sont, bien sûr, pas toujours aussi tranchées »... « on trouve des tenants des deux positions à droite comme à gauche »), la manifestation d'une symptomatique hémiplégie politique qui frappe désormais durablement les milieux artistiques?

C'est comme une réponse (et en même temps une confirmation) à cette catégorisation arbitraire (qui n'est que la formulation abstraite d' un rapport de forces hélas trop concret) que résonne le papier de Daniel Conrod (Télérama n°3031) Lettre de mission impossible qui évoque la contre-lettre dont on a déjà parlé ici.

Mais où sont-ils donc passés? On a beau parcourir en long, en large et en travers, la liste des signataires de la pétition adressée à Christine Albanel, il n'en font pas partie : patrons d'institutions prestigieuses, artistes reconnus, comédiens, danseurs ou circassiens, directeurs de scènes nationales et autres lieux du service public de la culture, tous ont le tête ailleurs. (...) Le cap des mille signatures a été atteint le 6 février grâce à des enseignants, animateurs, militants culturels, travailleurs sociaux, la plupart anonymes. Où sont les autres?

= = = = = =

Arcadi_77

***

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

= = = = = = =

referencement gratuit

Nous vous conseillons les annuaires suivants : annuaire 123 pagerank, annuaire du net gratuit, un repertoire de sites gratuit, annuaire des papillons, repertoire de sites, annuaire internet, sélection de sites, annuaire internet, annuaire internet et web malin et pratique. Site reference par création de sites internet et referencement 2010.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992
    Au printemps 1992, au moment où je participais à ce collectif et figurais parmi les premiers signataires de l'appel ci-dessous, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans, Benoît Hamon, 25 ans était assistant parlementaire d'un député PS avant de devenir...