Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 15:41

Jeanclaude_pompougnac_18_08

Je rapelle aux lecteurs de ce blog que le site territorial.fr présente la meilleure veille sur les actualités artistiques et culturelles, mise à jour par François Deschamps .
Ainsi fait-il mention aujourd’hui d’une récente note de synthèse sur le mode de gestion des équipements et institutions culturels publiée par la Gazette des communes.

Depuis une quinzaine d'années, l'engagement des collectivités territoriales en faveur des arts et de la culture s'est considérablement accru. Ainsi, nombre d'entre elles se sont dotées d'équipements spécifiques, tels que des scènes de spectacle, des écoles de musique, des musées, des théâtres, etc. 
Ces collectivités ont mis en place de véritables politiques culturelles et y consacrent des sommes relativement importantes. Ce soutien présente pour elles de nombreux atouts. Il permet, tout d'abord, une valorisation de leur patrimoine et il constitue un facteur d'intégration sociale pour les jeunes. Enfin, il est une source d'attractivité touristique. 
Toutefois, la plupart des instruments juridiques à la disposition des collectivités territoriales pour assurer la gestion de leurs équipements culturels se sont révélés, au cours du temps, inadaptés aux besoins de souplesse de l'activité culturelle.
Ainsi, la régie directe ne semble pas, en raison de son objet même, la plus adaptée aux activités culturelles et l'association présente toujours un risque de requalification en association transparente. La régie personnalisée avec autonomie financière a pour inconvénient majeur la difficile détermination de la nature des services publics, exercice pointu lorsqu'il s'agit de la gestion de théâtres ou de salles de spectacles.
Le législateur a créé les établissements publics de coopération culturelle (EPCC), permettant d'associer flexibilité de fonctionnement et rigueur de gestion.

Lire l’article de la Gazette des communes.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 15:42

Pompougnac_407

Voila un bail que je n'ai pas parlé des EPCC... ce qui est pourtant, normalement, la vocation de ce site.
Pour aujourd'hui, je m'entiendrai à signaler qu'on trouve en ligne un dossier documentaire assez consistant élaboré par le département de l'action territoriale du Ministère de la culture.
C'est à cette adresse
= = = = = = = = =
Post post :
Aujourd'hui Guy Birenbaum a mis fin à son blog (Domaine d'extension de la lutte) et il y a quelques jours c'était Le piéton de Berlin qui quittait Berlin et fermait son blog.
Malgré l'automne, les jours seront plus longs...
A noter encore qu'Aimzon, sur CultureCom pose la question : pourquoi bloguer?
Qu'est-ce qui nous retient, en effet, de rejoindre le club des aquoibonnistes?

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 09:56

Sans_issue_3

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Divergences
commenter cet article
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 18:03

Millions_6   

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 15:19

Image_4

* * *

Un internaute a débarqué dans ce blog en tapant sur un moteur de recherche :
"epcc procédure disciplinaire"
Mauvais présage???

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 07:14

Poubelle

C’était mieux avant.

Quoi ?

Tout !

Tout ?

Oui, tout. Même les choses les plus banales,  les plus triviales. Prenez les poubelles par exemple. Pas les parallèlepipèdes en plastique aux couleurs criardes d’aujourd’hui.

Non. Des poubelles cylindriques en métal avec un couvercle muni d’une poignée qu’on pouvait séparer du corps de l’objet.

Un couvercle de poubelle d’une main, un manche à balai de l’autre et vous étiez Richard Cœur de Lion ou Ivanhoé.

Ou Don Quichotte (mais ça c’est une autre histoire).

 

D’accord, admettons, c’était mieux avant. Mais pourquoi les couvercles de poubelle justement aujourd’hui?
Parce que le bouclier est à la mode en ce début d’été pourri, vous n’avez pas remarqué?
Après le bouclier fiscal (pour les riches) et le bouclier sanitaire (pour les pauvres), voici le bouclier artistique
(pour tout le monde).

 

 

 

Rien à voir (encore que…) ; une note très documentée sur la captation du spectacle vivant sur CultureCom

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 07:05

Un_epcc_3

Conte cruel

Il était une fois une ministre de la culture et un directeur de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles qui se rendaient à Bercy dans le cadre des discussions qui préludent rituellement à l'envoi des lettres de cadrage budgétaire pour l'année suivante.

De concert, ils plaidèrent pour une augmentation de plus 7% des crédits consacrés au spectacle vivant ce qui, on en conviendra, était une demande fort raisonnable.

L'oracle budgétaire prononça sa sentence de rigueur : ce serait moins 7% en 2008.

L'histoire ne dit pas encore mais peut-être saisiront-ils le Roi pour qu'il utilise ses immenses pouvoirs et décide de l'inversion du signe.

A suivre?

= = = = =

Arcadi_77

***

=====

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Notes de 2007
commenter cet article
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 21:42

Confirmation de ma note d'hier (et merci à loizorare qui a accès à des sources auxquelles je ne peux accéder).

SYNDEAC

COMMUNIQUÉ AUX ADHÉRENTS

le 14 juin 2007

DEPART DE JEAN-CLAUDE WALLACH

Nous avons décidé de mettre fin au contrat de Jean-Claude Wallach, délégué national, à compter de ce mercredi 13 juin 2007. Les conditions de sérénité minimale pour l’accomplissement de la mission que le conseil national lui avait confiée n’étaient plus réunies. La suspicion et l’anathème jetés sur Jean-Claude Wallach par certains adhérents ont fini par empêcher toute réflexion raisonnable, toute discussion sensée.

Cette rupture de contrat ne doit surtout pas s’interpréter comme une tentative de clore le débat sur des

orientations stratégiques et politiques que nous assumons pleinement. Bien au contraire, ce débat doit avoir lieu plus que jamais. C’est l’objet de l’assemblée générale du lundi 18 juin 2007.

Nous tenons à remercier ici Jean-Claude Wallach pour le travail qu’il a accompli, pour les idées qu’il a soumises au débat. Jusqu’au dernier jour, il a assumé la responsabilité professionnelle qui lui a été confiée dans une parfaite intégrité et dans le strict respect des décisions du conseil national.

Le conseil national du Syndeac.

= = = = = = =

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Notes de 2007
commenter cet article
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 15:39

Images

Souvenez vous.
C’était il n’y a pas si longtemps. On pouvait lire sur le site du Syndeac :

Le conseil national a adopté ce lundi 5 février 2007 les orientations générales du futur organigramme de l'équipe professionnelle du SYNDEAC.
François Caillé et Jean-Claude Wallach sont, chacun, « délégué national ».
François Caillé dirigera le pôle « moyens juridiques » du SYNDEAC comprenant notamment le suivi de l'ensemble des questions juridiques intéressant la profession (fonctionnement de la branche professionnelle, propriété littéraire et artistique...).
Jean-Claude Wallach dirigera le pôle «action publique» comprenant notamment le secteur « politiques publiques », l'organisation des échanges et de la réflexion avec les collectivités publiques et les organismes professionnels du champ culturel.

L’information était parue auparavant dans la Lettre du spectacle datée du 2 février, et reprise sur le site Couac.org

Jean-Claude Wallach à la direction du Syndeac : "L’homme connu pour ses prises de position parfois virulentes dans les tribunes de LLDS ou de La Scène, auteur notamment d’un essai sur les limites de la démocratisation culturelle (La Culture pour qui ? aux Editions de l’attribut) se dit en phase avec le projet porté par la nouvelle équipe d’administration du syndicat. LLDS nous apprend que J.-C. Wallach va s’attacher à reprendre le débat sur la question d’une loi sur la culture - et non pas seulement le spectacle vivant.

La prochaine AG du Syndeac a lieu dans les jours qui viennent et, d’après mes informations, on aurait demandé au délégué national chargé du pôle « action publique » de bien vouloir ne pas l’honorer de sa présence.

= = = = =

Arcadi_77

***

=====

YAKINO audience en temps réel real time audience measurement

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 07:38
Escalier_1

Une petite phrase :

Je  comprends que le nouveau président décide finalement de « sauver » le ministère de la culture. Il n’a rien à en craindre. Il pourra continuer à rendre présentable et tolérable une entreprise consciente et délibérée de lavage des cerveaux individuels et des mémoires collectives.

= = = =

= = = = =

La même dans son contexte :

Je respecte les agriculteurs qui tiennent absolument à sauver le ministère de l’agriculture. De même j’ai le plus grand respect pour les milieux artistiques (dans lesquels il n’y a pas que des artistes) qui souhaitent sauver le ministère de la Culture. Ni plus, ni moins.

La différence, c’est que le ministère de la culture, tel qu’il fonctionne en l’état, fait obstacle à l’urgence du moment : mettre la culture au coeur des politiques publiques.

Non seulement il est impuissant à infléchir si peu que ce soit la dérive de la culture politique qui étale sans vergogne le mépris dans lequel elle tient la connaissance objective, la mémoire, et le travail historien. Et donc le mépris pour un peuple éclairé.

Mais il est incapable de coordonner les  politiques publiques qui devraient assurer à notre société la mission de service public de transmission culturelle (éducation, création, éducation populaire).

L’émancipation individuelle et collective c’est l’affaire des individus et des collectifs, pas de la puissance publique. Mais, à l’évidence sinon le mot démocratie est vide de sens, elle ne doit pas créer des conditions qui la rendent  impossible.
Et, à l’évidence sinon le mot République est vide de sens, il revient à la puissance publique d’assurer la transmission culturelle qui rend possible le vivre ensemble et la délibération citoyenne.

Qu’on ne vienne donc pas me dire que l’intention première de M. Sarkozy de rattacher le ministère de la culture à je ne sais quel autre signifiait une guerre contre les artistes et « la culture ».

Qu’on ne vienne surtout pas me chanter que la préservation d’un département ministériel ad hoc constitue une condition de possibilité de la résistance artistique et culturelle contre une politique brutale de la droite.

Sarkozy, la Résistance, il la manipule comme il veut, artistes et ministère ou pas.

Il vient de nouveau de le montrer avec la théâtralisation de la lecture de la dernière  lettre de Guy Moquet. De même qu’avec sa retraite solitaire sur le plateau des Glières, il a mis en scène la banalisation de la repentance et il a réconcilié en sa seule personne les milices de Vichy et les résistants qu’elles ont massacrés.

Je  comprends que le nouveau président décide finalement de « sauver » le ministère de la culture. Il n’a rien à en craindre. Il pourra continuer à rendre présentable et tolérable une entreprise consciente et délibérée de lavage des cerveaux individuels et des mémoires collectives.

Et pendant ce temps là, le « monde de la culture » pourra vaquer à ses petites affaires.

La transmission culturelle fait naufrage après son choc contre l’iceberg de la médiatisation de l’action politique. Nous sommes sauvés : l’orchestre continue à jouer.

Avec l’âge, je deviens sourd : je n’ai pas entendu les partisans d’un ministère de la culture de plein exercice réclamer qu’on y rattache l’éducation populaire.

C’est pourquoi je ne suis pas soulagé : la disparition annoncée d’un département ministériel en phase terminale ne me paraissait pas la pire des choses à venir.

L'intégrale est ici à la date du 17 mai. = = = = = = = = = = = = YAKINO audience en temps réel real time audience measurement
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Notes de 2007
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Jack Ralite : histoire culturelle et politiques de la culture.
    Le 12 octobre 2016, le Laboratoire du Changement Social et Politique (axe « Art, culture et politique ») et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication inauguraient une première Journée Diderot « Culture et Politique » du Master...
  • Histoire culturelle et questions de genre
    En ces temps où s'accentue l'exploration des modalités sans cesse renouvelées de la domination masculine, je livre aux lecteurs de la Cité des sens le texte intégral de cette ancienne mais remarquable enquête scientifique dont voici un extrait. Question...
  • Le vivant spectacle du sexisme ordinaire
    « Monde de la culture » et harcèlement sexuel : la violence masculine n'est pas soluble dans "l'artistique" ou #balayedevantlaportedetoninstitutionlabellisée. Notes publiées une première fois en avril 2011 et mai 2016 (La Cité des sens est une veille...
  • Culture, politique, temps présent : le principe d'incertitude.
    Pour revenir sur ma précédente contribution sur le contemporain je me permets de publier de nouveau une ancienne note de ce blog De la diversité culturelle (ou : de quoi sommes nous contemporains ?) Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire...
  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...