Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 09:12

Renaud Donnedieu de Vabres annonce la nomination de Roger Le Roux à
la direction de l’EPCC (établissement public de coopération culturelle) Cirque –
Théâtre d’Elbeuf Pôle régional pour les arts du cirque.

vendredi 7 juilet 2006

Le conseil d’administration de l’EPCC Cirque – Théâtre d’Elbeuf a désigné, après un appel à candidatures et sur la base de propositions d’orientations artistiques et culturelles, Roger Le Roux à la direction de cet EPCC pour un mandat de trois ans renouvelable.

Le ministère de la culture et de la communication, le Conseil régional de Haute-Normandie, le Conseil général de Seine-Maritime et la communauté d’agglomération Elbeuf Boucle de Seine se sont réunis pour créer, le 1er juillet 2006, un EPCC, afin de doter le Cirque – Théâtre d’Elbeuf – Pôle régional pour
les arts de la piste, du statut juridique, des outils et des moyens nécessaires à la mise en œuvre d’un projet artistique et culturel fort et rayonnant.

L’EPPC Cirque – Théâtre d’Elbeuf a pour mission de constituer un pôle de création et de production de spectacles de cirques contemporains, de diffusion et d’accueil à vocation régionale, nationale et internationale, et d’action culturelle. Le projet artistique et culturel de cet établissement prévoit notamment la couverture la plus large possible de la création dans le domaine des arts de la piste, la présence permanente d’artistes, et une politique dynamique d’action culturelle et d’élargissement des publics. Ses missions s’exercent en cohérence avec les projets portés par les principaux acteurs culturels du territoire régional.

Le Cirque – Théâtre d’Elbeuf réouvrira ses portes au public à l’automne 2007, après plus de deux ans de travaux de réhabilitation. Construit en 1892, ce bâtiment est l’un des huit derniers cirques en dur de France et le seul à posséder un espace scénique composé d’une piste et d’une scène de théâtre. Il a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1998.

Directeur du Carré magique, scène conventionnée de Lannion, pôle régional des arts du cirque depuis 1990, Roger Le Roux prendra ses fonctions à Elbeuf à l’automne 2006. Son projet répond au cahier des charges rédigé pour le recrutement du directeur de l’EPCC et développe notamment les axes suivants : l’accompagnement, la production et la coproduction de la création contemporaine, une programmation internationale, diverse, pluraliste et ouverte au dialogue entre les cultures, avec une large place pour le jeune public, une politique active de développement culturel et de médiation en direction des publics s’appuyant sur la présence permanente d’équipes artistiques, et enfin la valorisation du patrimoine bâti exceptionnel que constitue le Cirque – Théâtre d’Elbeuf.

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
9 juillet 2006 7 09 /07 /juillet /2006 23:59

La Servante, lettre d'information de l'ODIA Normandie, publie un dossier
"Les EPCC, le point de vue des administrateurs".
C'est à dire ceux qui ont assumé le changement de statut juridique de leur structure : "c'est à eux qu'incombent la recherche et la mise en place d'outils administratifs permettant l'adaptation de la structure associative à ce nouveau statut juridique tout en assurant la spécificité et la permanence de l'activité".
Témoignages de l'Opéra de Rouen-Haute Normandie, Automne en Normandie, Arcadi, Arts 276.

www.odianormandie.com

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
1 juillet 2006 6 01 /07 /juillet /2006 09:13

Arcadi_letat_la_region_2 

Arcadi va bien

Une image en dit plus long... soit le char bringuebalant de l'Etat tiré par le fier destrier de la Région.

Au milieu, le directeur porte le chapeau.

Images

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 06:56

*****

Pompougnac_26_2 "Les actrices tournant une scène de mariage devront au préalable divorcer de leur conjoint. A l'issue du film, elles divorceront ensuite de l'acteur épousé à l'écran, pour se remarier avec leur ex. Telle est la teneur du projet de loi concocté par un groupe de parlementaires egyptiens. Les unions cinématographiques proclamées solennellement sous le regard des caméras entretiennent une dangereuse confusion entre réalité et fiction, estiment ces députés".

Asharq Al-Awsat, Londres (juin 2001)

Cité dans "Spécial insolite" hors série du Courrier International (juin-juillet-août 2006)

*****

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 10:28

On trouvera sur le site de l'Assemblé nationale et au JO du lendemain, le compte-rendu intégral de la séance du 7 juin au cours de laquelle les modifications de la loi sur les EPCC ont été adoptées à l'unanimité.

Dans son interviention, le ministre fait dans la métaphore pontificale et liturgique :

"L’aggiornamento qui vous est proposé aujourd’hui est largement issu des travaux de la commission des affaires culturelles du Sénat et, en particulier, du rapport d’information déposé en son nom, en octobre dernier, par le sénateur Renar qui est à l’origine de la loi de 2002, rapport qu’il a fort justement sous-titré « la loi à l’épreuve des faits ». Cette formule exprime parfaitement l’esprit de la présente proposition de loi et du travail qui a été mené pour améliorer, à la lumière de son application depuis quatre ans, le dispositif de la loi de 2002. Et je me réjouis, monsieur le président, monsieur le rapporteur, que votre commission ait pleinement adhéré à cette méthode de travail, sans doute encore trop rare, qui consiste à associer dans un même mouvement, les deux fonctions essentielles du Parlement, le contrôle et l’initiative législative."

(...)

"Des projets aussi divers que ceux de l’Opéra de Rouen, qui fut, comme vous le rappelez, l’un des tout premiers EPCC ou, par exemple, de l’Agence régionale du Centre pour le cinéma et l’audiovisuel, créée l’an dernier, pour transformer le succès de l’Atelier de production cinématographique Centre Val-de-Loire, que j’avais contribué à porter sur les fonts baptismaux, en tant qu’élu de cette région chère à mon cœur."

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 10:33

COMMISSION DES AFFAIRES CULTURELLES,
FAMILIALES ET SOCIALES
COMPTE RENDU N° 59
(Application de l'article 46 du Règlement)
Mercredi 31 mai 2006 
(Séance de 16 heures 15)
12/03/95
Présidence de M. Bernard Perrut, vice-président
SOMMAIRE

- Examen de la proposition de loi, adoptée par le Sénat, modifiant le code général des collectivités territoriales et la loi n° 2202-6 du 4 janvier 2002 relative à la création d'établissements publics de coopération culturelle - n°2983 rectifié (M. Dominique Tian, rapporteur)

La commission a procédé à l'examen de la proposition de loi, adoptée par le Sénat, modifiant le code général des collectivités territoriales et la loi n° 2002-6 du 4 janvier 2002 relative à la création d'établissements publics de coopération culturelle, présenté par M. Dominique Tian, rapporteur.
M. Bernard Perrut, président, a rappelé l'importance des établissements publics de coopération culturelle créés par la loi du 4 janvier 2002, même s'ils n'ont pas encore pris l'essor attendu, les dispositions de la loi de 2002 méritant d'être améliorées. La proposition de loi présentée à la commission corrige donc un certain nombre d'imperfections de la loi de 2002.
M. Dominique Tian, rapporteur, a rappelé que les collectivités publiques s'impliquent de plus en plus dans la gestion des politiques culturelles. La coopération culturelle est aujourd'hui une réalité. Jusqu'à la promulgation de la loi du 4 janvier 2002, les tentatives de renforcement de cette coopération s'étaient souvent heurtées à l'absence de structure juridique permettant aux collectivités territoriales et à l'Etat d'assurer la gestion d'activités culturelles dans des conditions d'efficacité et de sécurité juridique suffisantes. Ainsi, une gestion par le biais associatif est peu satisfaisante sur le plan juridique. De même, le groupement d'intérêt public (GIP) est une structure un peu rigide. Un syndicat mixte permet certes de regrouper différentes collectivités autour d'un même projet, mais l'Etat ne peut être associé à une telle structure. La régie directe pose également certains problèmes.
C'est ainsi qu'est née la loi n° 2002-6 du 4 janvier 2002 relative à la création d'établissements publics de coopération culturelle (EPCC), issue d'une proposition de loi sénatoriale. Cette loi a créé un nouveau statut juridique adapté aux structures culturelles gérées en partenariat par plusieurs collectivités publiques.
La création des établissements publics de coopération culturelle répond à un réel besoin des acteurs de la culture dans notre pays.   

(...) 

  _ S'agissant de la présence de l'Etat au conseil d'administration, sa sous-représentation actuelle peut l'amener à limiter ses financements. Avec la modification apportée par la présente proposition de loi, l'Etat ne pourra plus prendre prétexte de cette sous-représentation pour ne pas abonder le budget de l'établissement. Par ailleurs, il s'agit d'une possibilité, non d'une obligation.
_ S'agissant du statut du directeur, il est au contraire souple et très dérogatoire, puisqu'il s'agit d'un contrat spécifique de droit public de trois à cinq ans, renouvelable par période de trois ans.
_ Les collectivités gardent le choix de créer ou non ce type d'établissement. Si elles estiment que la structure est trop rigide, elles pourront opter pour un autre type de structure.

(...)
La commission est ensuite passée à l'examen des articles.

Puis, la commission a adopté l'ensemble de la proposition de loi sans modification.

© Assemblée nationale

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
24 mai 2006 3 24 /05 /mai /2006 07:11

Le livre 'Le Noir' a été sélectionné dans le cadre du Mai du livre d'art. Lié indissolublement à l'idée de deuil, de nuit (au propre comme au figuré), de désespoir, de folie, le noir se présente dans notre culture comme une couleur néfaste ou tout du moins avec de tristes connotations. Toutefois, dans ses innombrables acceptions, l'histoire du noir en Occident est beaucoup plus complexe et contrastée. Et c'est cette histoire que ce livre entend raconter dans ses grandes lignes. 

_________________________________________________

______________________

Epcc_1

Gérard-Georges Lemaire, son auteur, a été interviewé sur le site Evene

"Moi j'étais parti d'une idée qui était fausse à savoir que dans la peinture ancienne il y a eu un vrai débat sur le noir, or c'est faux. Le point de départ c'est la mode, c'est par la mode que le noir est entré dans la peinture. La théologie catholique avait banni le noir de toute la liturgie et la représentation, mais le noir réapparaît à la Renaissance simplement parce que les gens s'habillent en noir et qu'il faut mettre en valeur la blancheur des figures. Le noir devient un élément décoratif".

Votre livre marche plutôt bien, à votre avis d'où vient le succès pour ce type de sujet ?

"Le livre sur le bleu de Pastoureau a très bien marché et je crois que ça a été le déclencheur.
Je pense que le noir a aussi répondu à une autre exigence, à savoir que le noir est à la mode. Il y a un engouement généralisé pour cette couleur qui ne se dément pas aussi bien dans la mode, l'ameublement, l'architecture. Partout le noir reste très présent".

______________________________________________

post scriptum : pourquoi cette note ?

Parce qu’à Barcelone, j’ai eu l’occasion de travailler deux ou trois fois avec Gérard-Georges Lemaire (sur les ex-libris ou sur les cafés littéraires, par exemple). C’est un homme très fin et très érudit, d’un abord enrichissant. Son élocution et son registre de parole sont assez rares et tout ce qu’il vous apprend en est éclairé.

Si, par les sombres temps qui courent dans le monde artistique et culturel , on créait un club des gens biens et si j'avais mon mot à dire, je ferai tout pour que G.G.L. en soit.

Voilà tout.

____________________________________

Annuaire Francecity

______________________________________________

Annuaire de France

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article
22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 05:30

____________________________________________

CITIA, la Cité de l'image en mouvement..

Lu sur la page d'accueil du site www.citia.info

"CITIA est un pôle de ressources et de compétences autour de « l'image en mouvement » ( animation, multimédia, interactivité), qui trouve sa pertinence et sa légitimité dans la présence à Annecy, depuis 45 ans du plus grand festival au monde consacré au cinéma d'animation ainsi que, depuis 1984, du seul marché de programmes thématique dédié à l'économie de ce secteur. Forts de cette histoire et du rayonnement de la manifestation, l'agglomération d'Annecy, le département de la Haute-Savoie, la région Rhône-Alpes et l'Etat ont exprimé la volonté de développer l'activité de cette filière en créant l'Etablissement Public de Coopération culturelle – CITIA – qui déploie son activité autour des trois axes que sont: la culture, l'économie, la formation et la recherche. L'arrêté préfectoral du 2 février 2006 marque la création de l'EPCC CITIA".

C'est ça l'animation. Trois axes. Et qui sont quatre, comme les mousquetaires.

L'actualité du CITIA, c'est un bonne nouvelles pour les artistes numériques :

"Le Département de la Haute-Savoie a créé un "fonds d’aide aux oeuvres audiovisuelles d'animation numérique" dans le cadre d’une convention CNC/Région Rhône-Alpes/Département de la Haute-Savoie/DRAC Rhône-Alpes, et géré en partenariat avec  CITIA, incitant au développement de la filière professionnelle en Haute-Savoie. Cf. les critères d'attribution de ce fonds.

_____________________________________________________

Annuaire Francecity

____________________________________________________________

Annuaire de France

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 18:41

Question N° : 94193

de M. Roubaud Jean-Marc ( Union pour un Mouvement Populaire - Gard )

Question publiée au JO le : 16/05/2006 page : 5050

____________________________________________________

M. Jean-Marc Roubaud appelle l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur l'ouverture des réunions des établissements public de coopération culturelle (EPCC) au publics. L'EPCC du site du pont du Gard étant public et d'ordre culturel, le comité intercommunal de défense du site du pont du Gard (CIDS) souhaiterait savoir si les séances des conseils d'administration de cet organisme gestionnaire sont légalement ouvertes au public. Les réunions du précédent organisme gestionnaire du site du pont du Gard, le syndicat mixte du pont du Gard, étaient publiques, comme le sont par exemple les réunions des conseils municipaux, généraux et régionaux, sauf délibération délicate sur un plan humain. En conséquence il lui demande de lui faire connaître si l'ouverture des réunions des établissements publics de coopération culturelle (EPCC) au public est légale.

________________________________________________________________

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article
16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 06:49

"La meilleure façon de tuer un artiste est sûrement de lui donner tout ce dont il a besoin"

Henri Miller

A propos...du même auteur on lira avec profit, si ce n'est déjà fait : "Lire aux cabinets.

C' est un petit livre pour les grands lecteurs. Pour nous qui ne pouvons pas vivre une journée sans bouquin, il est agréable de voir que nous ne sommes pas seuls."

En  savoir plus sur le blog Ile déserte

http://iledeserte.blogspirit.com/

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Archives
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...