Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 08:10

Pompougnac_4608 referencement google

Je rencontre encore des gens qui se plaignent que les questions culturelles soient le parent pauvre de la campagne électorale.

Ce serait quoi au juste un prise en compte de la culture dans la campagne ? Toujours plus de la même chose ? La perpétuation de la crise et des contradictions masquées par un consensus de façade ?

Ou bien un nouveau souffle iconoclaste et radical ?

De nouvelles approches commencent à se faire entendre, me semble-t-il (à condition de tendre un peu l’oreille) : je m’en suis fait l’écho ici même.

Note du 12 janvier

Note du 30janvier

Note du 31 janvier

* =================================== *

La nouvelle du jour est une nouvelle pétition. La forme est certes classique mais le contenu passablement décoiffant.

Elle est apparue hier sur le blog de Laurent Grandguillaume.

Le blog de qui ?

Laurent Grandguillaume est secrétaire de la section de Dijon du Parti socialiste et membre de sa commission nationale.

* ========================= *

Extrait de Pour une nouvelle politique culturelle : je signe !

Nous devons en finir avec le «logiciel des années 80’». Cette façon de procéder secteur par secteur (lobbies par lobbies), sur la défensive, a pour effet d’empêcher la co-construction d’une nouvelle politique culturelle en phase avec les mutations en cours qu’elles soient d’ordre, sociales, économiques ou technologiques et urbaines.

Et encore :

On dit beaucoup que nous arrivons au bout d’un système, celui issu des pionniers de la décentralisation dramatique, de Malraux et de Lang. Une grande part des objectifs de la démocratisation ne pourront jamais être atteints. Les publics culturels sont toujours les mêmes. Si cette fracture n’a pu être réduite par cinquante ans de politiques culturelles, il convient de les transformer radicalement. Il est indispensable de repenser les modalités d’action et la nature des moyens mis en œuvre.

Et surtout :

Il est nécessaire de proposer de nouveaux modèles d’accompagnement des initiatives, de l’amateur au professionnel pour la création et la diffusion, qui permettent une co-construction entre les acteurs culturels et les pouvoirs publics de nouvelles politiques. Il ne suffit pas de faire appel au droit commun pour soutenir les initiatives de démocratie culturelle, mais de le revisiter.

Lire le texte complet de la pétition.

Arcadi_77_26 

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 19:00

Comme chacun sait, l’éducation artistique est une cause nationale, une priorité absolue, à gauche comme à droite.

Carrefour dangereux, attention école!

Attnt_cole

Les ministères concernés ont mêmê organisé, le 23 janvier dernier un séminaire de mobilisation des cadres (sic).

Et c’est bien nécessaire de les mobiliser puisqu’ils ont des crédits plus que conséquents à consacrer à la chose si l’on en croit une partie de l’allocution de ministre chargé de la culture :

L’engagement budgétaire de l’Etat en faveur de l’éducation artistique et culturelle En 2007, l’État s’engage de nouveau fortement en faveur de l’éducation artistique et culturelle, puisque le Ministère de la Culture et de la Communication consacrera, à lui seul, 40 millions d'euros à cette politique. - Hors personnel, les crédits de l’action « Soutien à l’éducation artistique et culturelle » du programme de la mission culture « Transmission des savoirs et démocratisation de la culture » seront augmentés de 500 000 euros en 2007. Cette progression sera essentiellement consacrée à conforter les moyens alloués aux structures artistiques et culturelles subventionnées, afin qu’elles puissent développer leurs projets d’action éducative en 2007. - Au-delà de ces crédits spécifiques, il convient de prendre en compte les crédits consacrés à l’éducation artistique et culturelle qui sont déjà inclus dans les subventions versées à des opérateurs, dans le cadre des programmes « Patrimoine » et « Création ». Ils concernent les services éducatifs des archives, des musées et des ensembles patrimoniaux, ainsi que ceux des bibliothèques, des médiathèques, et des structures relatives au spectacle vivant et aux arts contemporains. - Il faut également prendre en compte les crédits consacrés, sur leur budget de fonctionnement, par les établissements publics et les structures artistiques et culturelles subventionnées par le ministère. - Le total des crédits d'interventions, hors fonctionnement, consacrés à des actions concrètes d’éducation artistique et culturelle peut donc être estimé à 40 millions d’euros en 2007.

On trouvera un compte rendu très circonstancié de cette réunion, par François Deschamps sur le site territorial.fr.

40 millions : le chiffre est répété deux fois aux cadres de l’éducation nationale et aux DRAC, priés de bien vouloir se mobiliser. Ce budget m’interroge.

Comment se fait-il que ces derniers temps, de partout, remonte la complainte des artistes et des enseignants sur la diminution des moyens, le désengagement de l’Etat, les ateliers qui ferment… ?

Y aurait-il des fuites ? Des doubles comptabilités ? Des DRAC où les arbitrages sont défavorables à l’ardente obligation ? Des structures subventionnées oubliant certains articles de leur contrat d’objectif ?

Il va falloir te mettre au boulot, lire la LOLF 2007 et la rapport annuel de performance 2006 me suis-je dit avec un enthousiasme mesuré.

Et, là-dessus, hasard objectif inespéré, un mail du Dr Kasimir Bisou qui lui, l’a déjà étudiée la LOLF, et sur cette question justement ! Certes, pas avec les même lunettes que celles que j’aurais chaussées si j’avais eu du courage (débusquer les comptes fantastiques et truqués alors que la LOLF, en théorie, est justement faite pour que s'exerce correctement le contrôle de la représentation nationale sur le budget de l'Etat).

Mais pertinent, intéressant et caustique à souhait. Le bon Docteur creuse son sillon.

Voir mes précedentes notes qui relaient ses contributions au débat :

Docteur Kasimi Bisou

Kasimir Bisou, le retour

Sale temps pour la diversité culturelle

Et je suis heureux d’accueillir ici à nouveau sa prose que vous pouvez télécharger à loisir : 

Téléchargement lolf_pour_la_cofac_janvier_2007.doc

***

Après le séminaire la circulaire :

La Gazette des communes.

Les petites phrases des chargés de comm du minsitre de Robien :

"S'ils se contentent de la musique et du dessin, les enfants ratent quelque chose, il leur faut une approche du théâtre, de la danse", a estimé le ministère, qui a assuré avoir jusqu'ici "constaté un saupoudrage des actions sans que pour l'enfant ça ait un sens global".

Penser à en finir avec la saupoudritude.

Arcadi_77_20

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992
    Au printemps 1992, au moment où je participais à ce collectif et figurais parmi les premiers signataires de l'appel ci-dessous, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans, Benoît Hamon, 25 ans était assistant parlementaire d'un député PS avant de devenir...