Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 08:01

Jeanclaue_pompougnac_463

1. Demandez le programme

Le texte suivant date d’octobre 2006 ; Jacques Bertin déjà se préoccupait de « la culture dans la campagne »

On va rire de moi. Il m'est venu l'idée d'écrire sur le programme culturel d'un éventuel candidat à la Présidence. On ne se refait pas, quoiqu'on soit souvent refait…

De gauche, le candidat, ou de droite ? Oh, ça n'a pas d'importance. Les politiques menées depuis longtemps se ressemblent tant ! (...)

Il défendra "la Création". A gauche aussi, on vous dira qu'on veut "défendre la Création". Cela signifie : subventionner. Qui ? Pourquoi ? On ne sait pas ; on ne saura pas. Aborder le problème des critères et des valeurs serait suicidaire. Le candidat défendra donc "les professionnels", abusivement confondus avec la culture. Depuis vingt cinq ans, elle a été mise sous tutelle par les intérêts catégoriels. On gère la pléthore, comme chacun sait, mais on a perdu la grille des valeurs.

On nous parlera - gauche et droite - de la "démocratisation de la culture". Ce terme avait jadis un sens : accès pour tous à la culture la plus exigeante, celle qui élève l'âme. Il signifie actuellement : consommation massive à pas cher et/ou présentation au grand nombre des créations d'individualités géniales sorties de groupes influents.

Le candidat pourrait parler de "démocratie culturelle". Affirmer que le peuple est le but, la source, le contenu, le sens même de la culture. Qu'il n'est pas là pour seulement applaudir. Que la culture doit fournir de la raison de vivre individuellement et collectivement, et des valeurs pour un humanisme qui, et ça urge, est indispensable. Je crains que le candidat ne se lance pas dans un discours si populiste.

Bon, mais quel programme ?

Le premier axe pourrait être pour notre téméraire de réagir contre la fausse idée qui a consisté à faire du Ministère la maison des artistes, et de la fabrication d'œuvres l'unique but de toute la manœuvre.

(Lassé de la vie politique, il annoncerait ensuite vouloir remettre les industries à leur place ; tant il est vrai que l'alliance entre la culture et les industries culturelles ne devrait jamais aller de soi. Je veux dire : sans confrontation armée.)

Et le malheureux candidat poursuivrait. A d'autres époques, j'aurais dit : relance de l'éducation populaire. Volonté de lui redonner son sens, celui d'une libération, sa place au centre de la politique culturelle. Mais je ne crois pas qu'il y ait actuellement dans ce pays assez de foi dans l'émancipation par la culture pour remplir un congrès. Qui pense encore qu'il faille un peuple pour faire un pays. Il faut des capitaux et des entrepreneurs (dynamiques), non ?

La réhabilitation de la pratique amateur ? Ah, vous prétendez que la professionnalisation n'est pas la fin de tout acte culturel ? Comme vous y allez ! Le candidat se tait, se terre. Il est mort.

Lire en intégral

2. Du rôle des intellectuels en politique.

Sur le blog de loizorare, à propos de l'éducation artistique :

La chose est entendue ! La campagne pour l’élection présidentielle 2007  marquera l’histoire de l’éducation artistique et culturelle dans notre pays. De la gauche à la droite, voire à l’extrême droite, tous les programmes des candidats en matière de politique culturelle reprennent peu ou prou cette problématique (…)

Que des élus de tous bords conviennent enfin qu’il s’agit-là d’une urgente nécessité, que notre système scolaire est hémiplégique et retardataire par rapport à d’autres pays, que les politiques culturelles ne se développeront plus sans un effort considérable de formation des publics potentiels... tout cela est une satisfaction pour les militants que nous sommes. Ainsi n’aurons-nous pas travaillé, expérimenté, formé, écrit et colloqué pour rien. Les mentalités évoluent. Tant mieux !
Mais dans le même temps, un vertige nous saisit. Que cache cette apparente unanimité ? Quels non-dits, malentendus ou contradictions ? Parle-t-on vraiment de la même chose ? Les politiques sont-ils (elles) vraiment convaincu(e)s ou sont-ils seulement sensibles à l’air du temps, aux revendications du moment ? Perçoivent-ils réellement les enjeux et les complexités qui se dissimulent derrière ces propositions ? N’est-il pas temps d’entrer dans le détail des choses et de nous interroger sur la réalité des politiques affirmées ? J’aime cette réflexion d’Umberto Ecco, expliquant le rôle des intellectuels en politique : « Les intellectuels doivent dire aux politiques ce qu’ils doivent faire. Mais quand les politiques font effectivement ce qu’ils ont dit, c’est souvent la catastrophe. Alors les intellectuels doivent revenir pour préciser que ce n’était pas exactement ce qu’ils avaient proposé... » Nous en sommes-là. Voici venu le temps de quelques précisions.

Lire en intégral

3. Sociologie de la culture : une leçon de choses.

Lu sur le socioblog d’Emmanuel Ethis.

LE POMPISTE, un petit conflit de classes cultivées...

Un théâtre en provence, samedi 3 mars, 20h15. Avant que ne commence Les illusions comiques d'Olivier Py, un homme et une femme attirent mon attention. Ils sont à l'extrême gauche du bar. Je m'approche d'eux et tente d'attraper quelques bribes de leur conversation, mais ne parviens à saisir que ce que dit l'homme, visiblement très agité : "Mais qu'est-ce que ce type peut bien fabriquer ici ? Dans le même théâtre que moi ? Pour écouter quoi ? Voir quoi ? La même pièce que moi !

Lire en intégral

***

Votez pour : Arcadi, un EPCC sur Casafree.com

***

ACHATS - VENTES
• référencement • positionnement efficace • référencement manuel professionnel •
ANNUAIRE
Guide Annuaire
référencement gratuit
.  référencement  .    positionnement    .  référencement manuel professionnel discount  .
annuaires et moteurs

. etc...

Annuaire de France

Annuaire Francecity

Culture sur BIG-annuaire.com l'Annuaire

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 08:10

Pompougnac_463

Le blog CultureCOM figure dans mes favoris (colonne de gauche).
Sa rédactrice met son grain de sel. Sous le titre Les politiques et la culture elle commente avec la distance ironique requise le dernier dossier de Téléram

Les politiques et la culture

Très intéressant article dans Télérama : les candidats à la présidentielle s'expriment (enfin) sur la culture. Cela nous apprendra-t-il à mieux définir ce qu'est la "politique culturelle" de chacun des candidats ? Pas si sûr. Tous explorent plus ou moins les grandes problématiques d'une politique culturelle : un petit peu plus ou un petit peu moins d’Etat ; un petit peu plus ou un petit peu moins de création. Tous semblent s'accorder sur la nécessité de l'éducation artistique à l’école (même si pour l'un c'est la chorale, l'autre l'excellence, et les autres les classiques...). Parfois on a quand même un peu de mal à définir la "ligne" de chacun des candidats tant les mots de "démocratisation", "éducation" ou même "création" sont RELIGIEUSEMENT évoqués, comme si un journaliste avait délivré les mots clefs à ne surtout pas omettre si on veut être crédible (ce qui est peut-être le cas d'ailleurs, même si Télérama ne fait pas référence à une grille d'interview). Concernant les moyens à mettre en oeuvre par contre (la politique, c'est du concret), j'ai l'impression que peu de politiques quittent le flou... artistique.

Voici quelques perles, et un petit jeu : il s'agit de retrouver de qui sont les citations...

Jouer..

Elle est aussi tombée (avec un peu de retard) sur le rapport de Reine Prat relatif à l’inégalité entre hommes et femmes dans le spectacle vivant qui attise sa verve. C’est à lire.

Nous les femmes…

Je suis tombée dernièrement sur un dossier intitulé "Pour une plus grande et une meilleure visibilité des diverses composantes de la population française dans le secteur du spectacle vivant", composé par Reine Prat dans le cadre de la DMDTS. Avec ce sous-titre : "Pour l'égal accès des femmes et des hommes aux postes de responsabilité, aux lieux de décision, à la maîtrise de la représentation". Car les chiffres sont disons... peu avantageux (euphéminisme !!) concernant la place des femmes dans les postes à responsabilité dans le spectacle vivant. Et c'est vrai qu'on voit peu de directrices de Théâtres nationaux...

La suite…

Post scriptum : SIGNEZ LA PETITION

Arcadi_77_34

***

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 08:10

Pompougnac_4608 referencement google

Je rencontre encore des gens qui se plaignent que les questions culturelles soient le parent pauvre de la campagne électorale.

Ce serait quoi au juste un prise en compte de la culture dans la campagne ? Toujours plus de la même chose ? La perpétuation de la crise et des contradictions masquées par un consensus de façade ?

Ou bien un nouveau souffle iconoclaste et radical ?

De nouvelles approches commencent à se faire entendre, me semble-t-il (à condition de tendre un peu l’oreille) : je m’en suis fait l’écho ici même.

Note du 12 janvier

Note du 30janvier

Note du 31 janvier

* =================================== *

La nouvelle du jour est une nouvelle pétition. La forme est certes classique mais le contenu passablement décoiffant.

Elle est apparue hier sur le blog de Laurent Grandguillaume.

Le blog de qui ?

Laurent Grandguillaume est secrétaire de la section de Dijon du Parti socialiste et membre de sa commission nationale.

* ========================= *

Extrait de Pour une nouvelle politique culturelle : je signe !

Nous devons en finir avec le «logiciel des années 80’». Cette façon de procéder secteur par secteur (lobbies par lobbies), sur la défensive, a pour effet d’empêcher la co-construction d’une nouvelle politique culturelle en phase avec les mutations en cours qu’elles soient d’ordre, sociales, économiques ou technologiques et urbaines.

Et encore :

On dit beaucoup que nous arrivons au bout d’un système, celui issu des pionniers de la décentralisation dramatique, de Malraux et de Lang. Une grande part des objectifs de la démocratisation ne pourront jamais être atteints. Les publics culturels sont toujours les mêmes. Si cette fracture n’a pu être réduite par cinquante ans de politiques culturelles, il convient de les transformer radicalement. Il est indispensable de repenser les modalités d’action et la nature des moyens mis en œuvre.

Et surtout :

Il est nécessaire de proposer de nouveaux modèles d’accompagnement des initiatives, de l’amateur au professionnel pour la création et la diffusion, qui permettent une co-construction entre les acteurs culturels et les pouvoirs publics de nouvelles politiques. Il ne suffit pas de faire appel au droit commun pour soutenir les initiatives de démocratie culturelle, mais de le revisiter.

Lire le texte complet de la pétition.

Arcadi_77_26 

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 19:00

Comme chacun sait, l’éducation artistique est une cause nationale, une priorité absolue, à gauche comme à droite.

Carrefour dangereux, attention école!

Attnt_cole

Les ministères concernés ont mêmê organisé, le 23 janvier dernier un séminaire de mobilisation des cadres (sic).

Et c’est bien nécessaire de les mobiliser puisqu’ils ont des crédits plus que conséquents à consacrer à la chose si l’on en croit une partie de l’allocution de ministre chargé de la culture :

L’engagement budgétaire de l’Etat en faveur de l’éducation artistique et culturelle En 2007, l’État s’engage de nouveau fortement en faveur de l’éducation artistique et culturelle, puisque le Ministère de la Culture et de la Communication consacrera, à lui seul, 40 millions d'euros à cette politique. - Hors personnel, les crédits de l’action « Soutien à l’éducation artistique et culturelle » du programme de la mission culture « Transmission des savoirs et démocratisation de la culture » seront augmentés de 500 000 euros en 2007. Cette progression sera essentiellement consacrée à conforter les moyens alloués aux structures artistiques et culturelles subventionnées, afin qu’elles puissent développer leurs projets d’action éducative en 2007. - Au-delà de ces crédits spécifiques, il convient de prendre en compte les crédits consacrés à l’éducation artistique et culturelle qui sont déjà inclus dans les subventions versées à des opérateurs, dans le cadre des programmes « Patrimoine » et « Création ». Ils concernent les services éducatifs des archives, des musées et des ensembles patrimoniaux, ainsi que ceux des bibliothèques, des médiathèques, et des structures relatives au spectacle vivant et aux arts contemporains. - Il faut également prendre en compte les crédits consacrés, sur leur budget de fonctionnement, par les établissements publics et les structures artistiques et culturelles subventionnées par le ministère. - Le total des crédits d'interventions, hors fonctionnement, consacrés à des actions concrètes d’éducation artistique et culturelle peut donc être estimé à 40 millions d’euros en 2007.

On trouvera un compte rendu très circonstancié de cette réunion, par François Deschamps sur le site territorial.fr.

40 millions : le chiffre est répété deux fois aux cadres de l’éducation nationale et aux DRAC, priés de bien vouloir se mobiliser. Ce budget m’interroge.

Comment se fait-il que ces derniers temps, de partout, remonte la complainte des artistes et des enseignants sur la diminution des moyens, le désengagement de l’Etat, les ateliers qui ferment… ?

Y aurait-il des fuites ? Des doubles comptabilités ? Des DRAC où les arbitrages sont défavorables à l’ardente obligation ? Des structures subventionnées oubliant certains articles de leur contrat d’objectif ?

Il va falloir te mettre au boulot, lire la LOLF 2007 et la rapport annuel de performance 2006 me suis-je dit avec un enthousiasme mesuré.

Et, là-dessus, hasard objectif inespéré, un mail du Dr Kasimir Bisou qui lui, l’a déjà étudiée la LOLF, et sur cette question justement ! Certes, pas avec les même lunettes que celles que j’aurais chaussées si j’avais eu du courage (débusquer les comptes fantastiques et truqués alors que la LOLF, en théorie, est justement faite pour que s'exerce correctement le contrôle de la représentation nationale sur le budget de l'Etat).

Mais pertinent, intéressant et caustique à souhait. Le bon Docteur creuse son sillon.

Voir mes précedentes notes qui relaient ses contributions au débat :

Docteur Kasimi Bisou

Kasimir Bisou, le retour

Sale temps pour la diversité culturelle

Et je suis heureux d’accueillir ici à nouveau sa prose que vous pouvez télécharger à loisir : 

Téléchargement lolf_pour_la_cofac_janvier_2007.doc

***

Après le séminaire la circulaire :

La Gazette des communes.

Les petites phrases des chargés de comm du minsitre de Robien :

"S'ils se contentent de la musique et du dessin, les enfants ratent quelque chose, il leur faut une approche du théâtre, de la danse", a estimé le ministère, qui a assuré avoir jusqu'ici "constaté un saupoudrage des actions sans que pour l'enfant ça ait un sens global".

Penser à en finir avec la saupoudritude.

Arcadi_77_20

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Culture, politique, temps présent : le principe d'incertitude.
    Pour revenir sur ma précédente contribution sur le contemporain je me permets de publier de nouveau une ancienne note de ce blog De la diversité culturelle (ou : de quoi sommes nous contemporains ?) Notre contemporanéité est par définition en cours, c’est-à-dire...
  • Courte note sur la théorie sociologique de l'habitus.
    Cette pénétrante et définitive observation de Stendhal est citée dans une mienne contribution relative à ce que le contemporain fait à la culture. (…) J'ai toujours été saisi par cette formule du Manifeste du Parti Communiste , dans lequel Marx et Engels...
  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...