Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 20:11

Les objectifs et les choix de l'action culturelle sont inscrits dans un triangle dont les trois côtes sont : les relations d'opposition, de complémentarité ou de mimétisme à l'égard des marchés culturels ; les équilibres entre patrimonialisation, gestion identitaires des héritages et innovation ; les conceptions du rôle intégrateur ou différenciateur de l'appropriation de la culture.

°

 

Encore et toujours tenter d'y voir clair (autant que faire se peut).

°

La culture des politiques culturelles.

Pierre-Michel Menger : Conclusion de l'article Culture du Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, sous la direction d'Emmanuel de Waresquiel, Larousse, CNRS Editions, Paris, 2001.

 

 

Il faut aussi signaler la clarification proposée par l'Institut de Coopération pour la Culture dans son document de présentation ( janvier 2014).

 

Pour l’Institut..., plusieurs défis contemporains sont alors à prendre en compte et à intégrer dans un horizon public et démocratique élargi de l’action publique en faveur de la culture (...)

Face à ces risques qui peuvent être mortels s’ils ne sont pas assumés dans une prise en compte publique et démocratique renouvelée des questions culturelles, trois référentiels sont actuellement en présence. Ils se confrontent aujourd’hui au sein des politiques culturelles publiques, sans pour autant qu’aucun d’entre eux ne puisse prétendre fournir à lui seul la clé de voûte stabilisante d’une nouvelle façon non seulement de plus singulièrement vivre, mais aussi de mieux vivre ensemble :

 

- le référentiel historique de l’aide à la création professionnelle, où le thème du soutien à l’excellence artistique, scientifique et culturelle ne cesse de chercher à se compléter d’une visée d’accès du plus grand nombre à cette offre, de fait de plus en plus fournie et diversifiée ;

 

- le référentiel récent et substitutif de la réelle importance économique des secteurs de la production et de la diffusion artistiques, culturelles et créatives, sous l’angle de l’apport en activité, en emploi, en valeur ajoutée monétarisée ou en attractivité des territoires à l’échelle nationale, européenne et internationale.

 

- le référentiel émergent qui met au centre de toute légitimité le droit de chaque personne à faire reconnaître sa propre identité culturelle (individuelle et communautaire) ou à construire son propre parcours d’identité culturelle, tout en restant en devoir de bienveillance et d’hospitalité vis-à-vis des autres manifestations de l’expression et de la diversité culturelles.

 

En ce début de 21ème siècle, ces trois référentiels revendiquent chacun de pleinement participer à une société autant de développement personnel plus qualitatif que de développement collectif plus soutenable.

(...)

l'Institut de Coopération pour la Culture 

 

Les actuels débats autour des « compétences » culturelles (celles de collectivités publiques, comme celles des « professionnels ») méritent donc mieux que les arguments rebattus depuis des décennies par les groupes de pression « canal historique » de ces derniers : 

 

De son côté, le SYNDEAC, avait émis une mise en garde. La notion de droits culturels , qu' il estime louable sur un plan humaniste , serait susceptible de dériver vers un droit opposable qui viendrait heurter la liberté de programmation artistique. Des groupes de pression se réclamant de minorités culturelles pourraient réclamer, au nom des droits culturels , la représentation d ' un genre artistique ou, au contraire contester une programmation . Le débat sur la question doit d 'abord avancer au sein du secteur du spectacle . Il n' était en tous cas pas mûr pour passer à l ' Assemblée nationale .

 

Le Lettre du Spectacle, n° 356, 20 février 2015.

 

Pour laisser tout sa place au débat démocratique, voir la réponse de Jean-Michel Lucas sur la nécessaire liberté d'expression artistique (habilement confondue d'ailleurs par le syndicat patronal des scènes -légitimement- subventionnées par l'argent public avec la liberté de programmation).

 

Dans la tribune "Qui a peur des droits culturels", publiée par  l'Humanité, nous nous sommes, de plus, étonnés collectivement de  l'hostilité infondée que soulève cette référence aux droits humains  fondamentaux.  http://www.humanite.fr/qui-peur-des-droits-culturels-565751
Mais cela n'a pas suffi à vaincre les faux semblants : j'entends, ici ou  là, de la part de professionnels de la culture, que leur autonomie et  leur liberté de programmation seraient menacées si le législateur  introduisait les droits culturels dans la loi.

Il faut donc, une nouvelle fois, réagir à ces gribouillages  intellectuels, pour redire que les droits culturels sont, d'abord,  fondés sur la liberté d'expression artistique, ......en espérant que les  détracteurs comprennent, ainsi, qu'il serait de leur intérêt  professionnel que les députés reprennent à leur compte l'amendement du  Sénat. 

 

Lire l'argumentaire de Jean-Michel Lucas.

 

 

 

 

 

pied février 2015
 

°

°

°

°

 

Consultez aussi sur ce blog  :

 

 

Liens conseillés.

 

Politiques culturelles (mon fil d’actualités sur Scoop'IT)

 

Actualités des politiques culturelles (nombreux autres fils d'actualités).

 

 

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Teads - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat Divergences
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 10:58
La République et les droits culturels (suite)

Les droits culturels sont les droits de chacun, à être reconnu dans son égale dignité, au travers de politiques inclusives, co-construites et attentives. Ces principes sont un guide pour faire humanité ensemble, et utiliser au mieux l’argent public. Non, la culture n’est pas un arrangement étroit et bourgeois entre personnes bien-pensantes, financeurs et financés.

°

J'avais évoqué ici , il y a peu, le vote d'un amendement du Sénat à la loi en cours de discussion sur l’organisation territoriale de la la République.

 

Suites...

 

La tribune publiée aujourd'hui dans le quotidien L'Humanité (mardi 17 février) sous le titre Qui a peur des droits culturels ? … dont les signataires sont :

 

 Marie-Christine Blandin, Robin Renucci, Jack Ralite, Catherine Tasca, Sylvie Robert, Brigitte Gonthier-Maurin, Barbara Pompili, Florian Salazar-Martin, Jean-Michel Lucas, Emmanuel Wallon, Jean-Pierre Saez, Valérie de Saint-Do, Nicolas Roméas 
et Jean-Michel Le Boulanger.

 

Malgré les nombreux engagements internationaux ratifiés par la France en faveur des droits culturels (déclaration de l’Unesco sur la diversité culturelle, convention Unesco sur le patrimoine immatériel ou même la Déclaration universelle des droits de l’homme) qui les portent comme des « droits indispensables à la dignité et au libre développement de la personnalité », l’Assemblée nationale menace une disposition introduite par le Sénat dans le cadre du projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi « Notre »). Nombre d’acteurs culturels impliqués sur le terrain, auprès des publics dits « empêchés », dans des secteurs géographiques peu favorisés, ou encore dans de vraies actions de démocratie culturelle, sont dans l’incompréhension. Cet amendement du Sénat, très attentif aux territoires, proposait d’inscrire les droits culturels comme principes fondamentaux pour des politiques partagées entre l’État et les collectivités territoriales. Il est passé sous les fourches caudines des commissions de l’Assemblée.  (...)

 

Lire la tribune sur le site de l'Huma.

 

 

Peu de temps avant la publication de cette tribune, Jean-Michel Lucas a rendu publique la lettre qu'il a adressé à Monsieur le Président de notre République.

 

Bordeaux, le 11 Février 2015,

 

Monsieur Jean Michel Lucas (…) 33000 Bordeaux

à Monsieur Le Président de la République,

Palais de l'Élysée,

55 Rue du Faubourg Saint-Honoré,

75008, Paris

 

Monsieur Le Président,

 

Lors de l'examen de la loi NOTRe, le Sénat a adopté un amendement imposant aux collectivités territoriales, conjointement avec l'État, de « garantir les droits culturels des citoyens ».1 Le Sénat a jugé bon d'introduire cet amendement au nom des engagements solennels que la France a pris à l'Unesco en étant partie prenante de la Déclaration Universelle sur la Diversité Culturelle (2001), de la Convention de Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (2003), de la Convention sur la Protection et la Promotion de la Diversité des Expressions Culturelles (2005). Tous ces textes normatifs trouvent leur fondement dans la reconnaissance de la personne humaine et de sa liberté culturelle. Ils prolongent, ainsi, sur le terrain culturel, les principes de développement des droits humains qui sont inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948. Nul représentant public de la Nation ne peut ni l'ignorer, ni s'y soustraire. Or, les députés qui ont examiné l'amendement du Sénat sur la garantie des droits culturels des citoyens, l'ont rejeté sans prendre garde aux engagements forts que nous avons pris à l'Unesco. De ce fait, notre pays est confronté à un grave problème de cohérence : comment nos partenaires vont-ils comprendre que, dans l'organisation interne de notre République décentralisée, nous rejetons ce que nous avons approuvé dans nos relations avec les autres États, au sein de l'Unesco ? Quelle valeur accordera-t- on maintenant, sur la scène internationale, à la parole de l'État français en matière culturelle ? (…)

 

Retrouver l’intégralité de cette lettre sur le site de l'IRMA.

 

On attend avec fébrilité la réponse du chef de l'Etat à l'agitateur culturel souvent cité ici.

Reste que la qualité des signataires de la tribune publiée dans le quotidien fondé par Jean Jaurès (et leur diversité « politico-culturelle ») méritent l'attention. Et un peu d'intérêt pour la question des droits culturels, les débats nécessaires et la liberté d'expression sur les situations acquises, les révisions urgentes des référentiels en usage depuis des lustres...

Heureux élus de la démocratie représentative, représentants du peuple, législateurs encore un effort pour être et républicains et démocrates.

 

 

A suivre...

°

 

 

 

 

Post-scriptum

 

Pour les attachés parlementaires et autres gens pressés.

 

Pour repenser les enjeux culturels publics
"Certains de mes amis m’ont demandé de résumer en 3 pages l’ossature de l’argumentaire que je défends pour repenser les enjeux des politiques culturelles publiques, loin des approches actuelles repliées sur les enjeux particuliers du secteur, comme des territoires.
J’ai tenté de le faire dans ce texte, en rappelant les balises universelles de la responsabilité culturelle publique dans une société soucieuse du développement des droits humains ! Inutile sans doute, en ces temps où seuls l’impôt et la croissance comptent, mais salutaire quand on voit les replis identitaires de tout poil se banaliser dans la vie politique."

(Jean-Michel Lucas, 15 octobre 2013.)

 

Lire la note

 

 

Pour les élus « socialistes ».

 

En 1982, le ministère se voit fixer de nouvelles missions :

« Le ministère chargé de la culture a pour missions : de permettre à tous les Français de cultiver leur capacité d’inventer et de créer, d’exprimer librement leurs talents et de recevoir la formation artistique de leur choix ; de préserver le patrimoine culturel national, régional ou des divers groupes sociaux pour le profit commun de la collectivité tout entière ; de favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit et de leur donner la plus vaste audience ; de contribuer au rayonnement de la culture et de l’art français dans le libre dialogue des cultures du monde. »

 

Décret no 82-394 du 10 mai 1982 modifié relatif à l’organisation du ministère de la culture, art. 1er.

 

 

pied février 2015

°

°

°

°

°

 

Consultez aussi sur ce blog  :

 

 

Liens conseillés.

 

Politiques culturelles (mon fil d’actualités sur Scoop'IT)

 

Actualités des politiques culturelles (nombreux autres fils d'actualités).

 

 

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Teads - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat Divergences Actualité
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 17:13

Il a peu, le Sénat a adopté un amendement à la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République)

AMENDEMENT

présenté par

Mmes BLANDIN et BOUCHOUX, M. DANTEC

et les membres du Groupe écologiste

Avant l’article 28

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Sur chaque territoire, les droits culturels des citoyens sont garantis par l’exercice conjoint de la compétence en matière de culture, par l’État et les collectivités territoriales.

Objet

Si l’article 28 de la présente loi fait de la culture une compétence partagée entre les différents échelons des collectivités, pour les écologistes il est important de rappeler que la culture est et doit rester une responsabilité partagée entre l’Etat et les collectivités.

Les droits culturels font en effet partie d’un socle de droits fondamentaux, sur lesquels prennent appui la reconnaissance et l’expression de l’égale dignité des êtres humains. Ils vont de pair avec la reconnaissance et la défense de la diversité culturelle.

Aux termes de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948 les droits culturels font partie des « droits indispensables à la dignité et au libre développement de la personnalité ».

Les droits culturels s’inscrivent dans ces fondamentaux et se retrouvent dans la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité Culturelle du 2 novembre 2001 qui mentionne quant à elle que « la défense de la diversité culturelle est un impératif éthique, inséparable du respect de la dignité de la personne humaine » et dans la convention qui la décline


 

L'objet de cet amendement est donc double: réaffirmer la responsabilité de l'Etat dans les politiques publiques de la culture mais clarifier le socle commun de principes sur lequel doit s'appuyer la coopération entre collectivités publiques : la notion de droits culturels (plutôt ignorée des « professionnels de la profession » et du Ministère de la culture et de la communication.

 

En savoir plus sur la loi NOTRe sur le site du Sénat

Sur l’ensemble des réformes territoriales sur le site de La Gazette des communes.

 

 

Dans une note publiée le 29 janvier sur le site de l'IRMA, Jean-Michel Lucas (qui n'est peut-être pas tout à fait pour rien dans la gestation de cet amendement) écrit :

 

Je note d'abord que le gouvernement n'a posé aucune doctrine, aucun corpus de valeurs publiques qui pourrait orienter les débats concernant l'enjeu culturel public sur les territoires. C'est le vide complet. Il suffit de se rappeler que la loi sur les métropoles reprend les mêmes mots que dans la loi Chevénement de 1999 pour se rendre compte que l'enjeu culturel est impensé.

 

 

Lire Pour l'amendement sur la garantie des droits culturels des citoyens par Jean-Michel Lucas.

 

Pour nous qui avons le privilège de disposer d'une politique culturelle que le monde entier nous envie, le bon moyen d'approfondir le référentiel des droits culturels est de se tourner vers nos voisins belges.

Et , par exemple, de prendre connaissance (si ce n'est déjà fait, bien sûr) du rapport du séminaire organisé par Culture et Démocratie le 6 décembre 2013 à Bruxelles.

Premier temps fort du programme des 20 ans de Culture & Démocratie, ce séminaire avait pour ambition d’identifier la nature, les enjeux, les limites et les opportunités de la refondation des politiques culturelles par la prise en compte et le respect du droit de participer à la vie culturelle.

Accéder au rapport et aux vidéos des interventions.

 

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Teads - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat Divergences
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:15
html>
Politiques culturelles : éloge de la complexité.

La gestion de la culture ne peut plus se résumer exclusivement à une gestion normée des activités culturelles et de ses équipements. Elle doit réintégrer la diversité culturelle car ce qui est en jeu ici, c’est le formidable potentiel que représentent toutes les formes d’expression (y compris artistiques), individuelles et collectives, pour la construction de la citoyenneté, de notre citoyenneté.

Prendre enfin en compte l’hétérogénéité culturelle et l’historicité des territoires dans la définition des politiques publiques.

Ce 12e séminaire de l’Institut de Coopération pour la Culture a été consacré à l’exploration d’une étude de cas présentée par Frédéric Simon, directeur de la Scène nationale Le Carreau de Forbach et de l’Est mosellan – que nous remercions – sur le Plan territorial d’éducation artistique et culturelle. Cette expérience est révélatrice de l’extrême complexité dans laquelle se déploient les projets portés par un établissement artistique et culturel sur un territoire. En posant l’hypothèse que les propositions d’ordre artistique sont à même de mobiliser l’ensemble des acteurs locaux, politiques et professionnels, praticiens et citoyens, la Scène nationale contribue à la nécessaire reconstruction d’une identité culturelle d’un territoire marqué par l’histoire de la mine.

 

Télécharger : ICC Contribution#6_janv 2015

 

Le site de l'Institut de Coopération pour la Culture.

 

 

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Teads - Top des blogs
Teads - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat La chose artistique
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 16:37
Culture et solidarité (suite)

 

۝ Pour faire suite à mon précédent billet, une ressource, pas franchement neuve, mais qui vous avait peut-être échappé.

 

CULTURE ET SOLIDARITÉ

 

Rencontre organisée par ARCADI au Comptoir Général (Paris) le 15 décembre 2009.

 

Le 15 décembre 2009, Arcadi a organisé, dans le cadre du cycle Valeurs communes,

territoires communs, une rencontre autour du thème Culture et solidarité.

Lʼobjectif de ce cycle étant de débattre de ce qui peut aujourd’hui nous rassembler, il nous a semblé important de commencer ce cycle par le thème de la solidarité.

Ce choix correspondait aussi à la volonté de se questionner sur nos pratiques, de faire du lien à partir d'expériences de professionnels, de mettre en regard nos actions et les valeurs que nous souhaitons porter.

 

La solidarité dans le secteur culturel prend des allures variées : solidarité interprofessionnelle, solidarité pour lʼaccès des publics aux spectacles, solidarité par le biais des fonds ou systèmes de redistribution professionnels, réseaux, coopératives…

La diversité de ces exemples révèle la complexité de la notion de solidarité voire sa

polysémie. Le mot, souvent utilisé dans la sphère publique, par les partis politiques de tout bord, par les associations, par des institutions, est difficile à définir, et semble avoir plus de valeur que de sens.

 

Télécharger le compte-rendu de la rencontre.

 

 

 

۝ Une seconde référence, un peu plus récente

 

 

Panorama Culture & ESS

 

Afin de mettre en lumière les relations entre ESS et culture, les équipes de L'A. Agence culturelle du Poitou-Charentes et de la CRESS du Poitou-Charentes ont travaillé à l'organisation d'espaces de rencontres et d'expression entre acteurs issus des deux filières. Programmateurs, artistes, professionnels du spectacle vivant, acteurs de l'ESS, entrepreneurs culturels, ont enrichi de leurs propos le contenu qui permet de publier ce panorama.
Au-delà des repères chiffrés et du périmètre respectif de la culture et de l'ESS, le document explore les possibles rapprochement de ces deux secteurs dans une approche thématique :
    •    la culture, levier de développement économique et social des territoires,
    •    l'adéquation projet et forme juridique,
    •    l'économie mixte dans la culture,
    •    les conditions de travail,
    •    la transmission d'entreprises,
    •    la coopération dans la culture. 

>>  

 

Françoise BILLOT, présidente de L’A., Agence culturelle du Poitou-Charentes, écrit dans l'avant propos de ce document :

 

En 2007, le manifeste Pour une autre économie de l’art et de la culture, signé par onze organisations professionnelles du secteur artistique et culturel, regroupées au sein de l’Union fédérale d’intervention des structures culturelles (UFISC), marque un temps fort dans l’affirmation d’un espace socio-économique spécifique (“économie non lucrative

de marché”, “tiers secteur”) caractérisant les activités du secteur comme relevant du champ de l’économie sociale et solidaire (ESS).

Depuis lors, très régulièrement, en particulier au niveau régional, bon nombre d’initiatives de réflexion et de coopération se sont développées, associant les acteurs culturels et

ceux de l’économie sociale et solidaire. Des débats se sont ouverts sur la question des valeurs, des modèles économiques, des solidarités, de l’utilité sociale, du développement des territoires afin de contribuer à une autre manière de penser les échanges et créer le modèle économique durable de demain, humain et humaniste.

(…)

 

Télécharger le panorama Culture & ESS - cultures d'entreprendre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Ebuzzing - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité Ressources Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 09:30

Le territoire départemental est un échelon spatial particulièrement adapté à la construction, la coordination et la mise en œuvre d’une politique culturelle et sociale capable de garantir léquité et l’égal accès des citoyens à leurs droits. Le Département crée de l’interface entre les différents niveaux de collectivités et favorise leur synergie ; il donne du sens aux politiques publiques par sa vision globale des territoires et son niveau de proximité avec les citoyens. Cette capacité à produire de l’inter-territorialité doit par conséquent être confortée et encouragée.

 

Léchelon départemental détient les outils stratégiques d’une politique publique transversale innovante d’inclusion sociale sur lesquels sa légitimi ne peut être remise en cause. Les Départements sont à la fois les « têtes de réseau » des politiques sociales et des politiques culturelles de proximité : lecture publique, enseignement artistique, patrimoine rural, soutien à la création et à la diffusion artistique, accompagnement des communes et communautés de communes.

 

 

Face au risque de « vente à la découpe » des politiques de solidarités, face au risque d’affaiblissement considérable des politiques culturelles locales, face au risque de re- cloisonnement de l’action publique et d’exacerbation des clivages entre territoires urbains, périurbains et ruraux, l’ANDASS et Culture et Départements revendiquent la prise en compte de la responsabilité sociétale des départements, à l’intersection de leurs politiques culturelles et sociales, au service des habitants des territoires.

 

 

Ainsi se conclut la déclaration commune :

Une culture solidaire, des solidarités culturelles

Favoriser lautonomie, entreprendre autrement, développer durable.

 

Culture et Départements et l'Association Nationale des Directeurs de l'Action Sociale et de Santé des Départements (ANDASS) ont souhaité, à l'issue de l'enquête "Arts, culture et actions sociales" publiée par Culture et Départements en janvier 2013,témoigner de l'importance de l'expérience artistique et culturelle pour refonder un lien social aujourd'hui mis à mal.

 

 

 

Et un peu plus haut dans ce même manifeste on peut lire :

 

 

Le travail à l’intersection des politiques sociales et culturelles induit une transformation fondamentale des pratiques et de la conception de l’usager par les professionnels du social. Partager une expérience artistique et culturelle place usager et professionnel sur un pied d’égalité. Le travailleur social n’est plus le « sachant », sa posture est modifiée. La culture n’est plus un simple outil au service du travail social. Elle devient, pour les deux, une source de plaisir, plaisir du travail et de la rencontre. Elle permet de retrouver du souffle et de l’envie la gestion de dispositifs et l’absence de marge de manœuvres confrontent chacun à sa propre impuissance. Loin de déstabiliser la relation d’aide, cette expérience commune constitue un appui précieux pour accompagner autrement la personne dans son autonomie. Elle met en évidence une éthique de la responsabilité, individuelle et collective, pour la quali du vivre ensemble sur les territoires. La personne devient actrice de sa propre inclusion sociale.

 

Le développement des compétences collectives fait évoluer nos pratiques et notre représentation de l’autre. Il renvoie à des formes renouvees d’ingénierie fondées sur la rencontre de partenaires communs et mutuels, à la mise en réseau, à la prise en compte de l’usager-citoyen, à la reconnaissance de ses aptitudes et de sa dignité.

« Le succès des mesures pour s’attaquer à la pauvre matérielle dépend aussi de la façon dont l’exclusion culturelle est combattue. Combattre l’exclusion culturelle est possible, seulement si les individus ont l’opportunité de se rencontrer en face-à-face et de commencer à comprendre la vision de l’autre. Les arts et les cultures peuvent procurer une plate-forme de rencontres constructives qui aide à surmonter différences et peurs »

 

(Androulla Vassiliou, Commissaire Européen pour la culture15/11/12)

 

 

 

Télécharger la déclaration commune ANDASS/Culture et départements.

 

 

 

La défense de l'intervention des départements dans les politiques culturelles serait-elle donc d'actualité ?

 

Les 4 et 5 décembre, à Avignon, la fédération Arts vivants et Départements,

créée à l’initiative des associations culturelles départementales a organisé un

séminaire interne sur le thème “Le département, l’échelon de trop dans les

politiques culturelles ?”. Invité, le président de la FNCC n’a pu s’y rendre.

Mais il a adressé aux organisateurs un courrier exposant les grandes lignes

de son ana-lyse sur le rôle culturel des départements qui a été salué en séance.

Extraits.

 

Pour la FNCC, la culture n’est pas une compétence dont on pourrait dessaisir telle ou telle nature de collectivité pour la transférer à une autre, mais une responsabilité partagée qui incombe à l’ensemble des collectivités. Alors que l’implication culturelle ne fait pas partie (sauf exception) de leurs missions obligatoires, les Départements ont su manifester leur volonté d’assumer cette responsabilité partagée. Leur retrait sur ce champ aurait des conséquences incalculables

 

Accéder au communiqué de la FNCC

 

 

 

 

Note de la rédaction de la Cité des sens : ces conséquences incalculables devraient hélas pouvoir se calculer !!! Reste à savoir ce que l'on met sous le terme de « culture ». A cet égard le début du texte commun de l'ANDASS comme le texte d'orientation politique de la FNCC, déjà cité ici méritent attention.

 

 

 

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Teads - Top des blogs
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat Actualité
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 14:50

« L’éducation artistique vise à renforcer la capacité des élèves à penser et à apprendre par eux-mêmes, à prendre conscience de leur potentiel, à l’accepter et à l’utiliser. »

°

Souvent reléguée après les apprentissages fondamentaux, l’éducation artistique et culturelle ne va pas de soi. Elle est toujours à justifier par ses partisans. Ses objectifs peuvent diverger: réussite scolaire, intégration professionnelle ou épanouissement personnel?

Autrement dit, l’art fait-il grandir l’enfant?

Jean-Marc Lauret tire les enseignements des nombreuses recherches (principalement anglo-saxonnes) conduites depuis trente ans dans les sciences de l’éducation, la sociologie et les neurosciences. Plutôt qu’une conception utilitariste, il privilégie une approche qualitative en s’appuyant sur les compétences forgées par l’éducation artistique : créativité, imagination, confiance personnelle, concentration, faculté d’apprentissage, estime de soi, ouverture à l’autre, prise de conscience de son environnement.

Interrogeant la question de l’évaluation dans les politiques publiques, ce livre pose in fine les jalons de ce que pourrait être l’évaluation d’une politique d’éducation artistique et culturelle.

À mettre entre les mains de tous les parents, enseignants, de la maternelle à l’université, artistes et acteurs culturels, et des décideurs qui s’intéressent tant aux questions d’éducation et d’art que d’évaluation.

 

Jean-Marc Lauret est chargé de mission d’inspection générale au ministère de la Culture où il occupe différentes fonctions sur l’éducation artistique et l’action culturelle depuis 1989. Il fut en janvier 2007 la cheville ouvrière de l’organisation du symposium international de recherche sur l’évaluation des effets de l’éducation artistique et culturelle au Centre Georges Pompidou.

 

L’art fait-il grandir l’enfant ?

Essai sur l’évaluation de l’éducation artistique et culturelle

ISBN : 978-2-916002-29-3

 

Sur ce thème, on consultera aussi, sur le Carnet de recherches du Comité d'histoire du ministère de la culture :

Les aléas de l’éducation artistique et culturelle, entre démocratisation et généralisation

par Marie-Christine Bordeaux,
maître de conférences, responsable du Master de communication scientifique de l'université Stendhal (Grenoble)

 

 

et aussi :

 

La bataille de l’art à l’école

par EMMANUEL WALLON

ARTICLE PARU DANS « FIGURES DE SPECTATEURS », RAISON PRÉSENTE, N° 187, 3E TRIMESTRE 2013, P. 75-78.

 

 

 

 

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Teads - Top des blogs - Multithématique
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Ressources Les politiques culturelles en débat Actualité
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:45
Culture et politique : commencer 2015 avec un bon diagnostic.

À l’occasion des journées organisées par le magazine La Scène, les 27 et 28 novembre 2014 au Théâtre national de Strasbourg avec l’Agence culturelle d’Alsace et le soutien de la Ville de Strasbourg, sur le thème « Comment repenser les modèles économiques du spectacle vivant ? », Philippe Henry, sociologue, a présenté son analyse de la situation socio-économique du spectacle vivant en France, (analyse dont il a déjà été question à plusieurs reprises sur ce blog.).

Il y plaide pour un diagnostic problématisé de ce secteur d’activité, aujourd’hui à la croisée de ses propres tensions internes et de la mutation globale de notre société, en particulier pour ce qui concerne ses modes de production et d’échange symboliques. Une situation qui conduit également à être très attentif aux formes diverses de coopération renforcée qui s’expérimentent à plusieurs niveaux.

Lire la vidéo ci-dessous :

En complément, on peut aussi se reporter à l'intervention (déjà signalée sur La Cité des sens) : « Spécificités et tensions contemporaines de l’économie du spectacle en France », dans le cadre d'une séance plénière du COREPS Poitou-Charentes du 2 octobre 2012 à l’auditorium du Musée Sainte-Croix à Poitiers.

Entre spécificités d’une économie des biens singuliers et reconfiguration de nos modes de production, de circulation ou d’échange de nos ressources symboliques et relationnelles, ce secteur exigerait des formes intensifiées et renouvelées de coopération inter-organisationnelle. Si de telles formes sont repérables, elles restent néanmoins encore limitées.

Enregistrement audio et et diaporama de 32’56““, sont consultables à cette adresse :

http://www.dailymotion.com/video/xuxoub_philippe-henry-conference-specificites-et-tensions-contemporaines-de-l-economie-du-spectacle-en-fran_news

 

Contact : phenry4@wanadoo.fr

 

 

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

vintage 78 

 

   

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Teads - Top des blogs - Multithématique
Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité Les politiques culturelles en débat Ressources
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 09:44

Note publiée le 16 janvier 2014.

 

arton435-d6e32.png

 

Un nouveau référentiel pour la culture ?

Pour une économie coopérative de la diversité culturelle

Philippe Henry

Editions de l'Attribut, janvier 2014.

 

Les mutations de ces dernières décennies sont autant culturelles que strictement économiques et sociales. Les modes de production et d’échange de nos ressources symboliques s’en trouvent profondé­ment transformés et notre conception d’un art émancipateur, héritée du xxe siècle, largement questionnée.

En s’appuyant sur des expérimentations souvent peu connues, l’ouvrage illustre cette situation et analyse la question centrale de la construction de nos identités culturelles. La problématique de la diversité culturelle forme désormais le nouveau socle d’une pensée et d’une action politique publique de la culture. Elle est néanmoins confrontée à des inégalités et des fractures culturelles aujourd’hui croissantes.

Dans ce nouveau contexte, de nouvelles modalités collaboratives peuvent être repérées qui plaident pour la prise en compte d’une économie coopérative dans le champ de la culture, au même titre que pour l’affirmation d’une gouvernance participative.

Au final, l’ouvrage développe une approche volontairement généra­liste et didactique de mise en perspective des rapports qui se renou­vellent sous nos yeux entre l’art, la culture et la société. Avec pour visée de vouloir inventer un monde moins insoutenable et plus humain.

L’auteur

Philippe Henry est maître de conférences HDR à la retraite de l’Université Paris 8 - Saint-Denis. Il poursuit ses recherches sur la spécificité de l’économie des biens singuliers dans le domaine artistique. Il a notamment publié en 2009 Spectacle vivant et culture d’aujourd’hui. Une filière artistique à reconfigurer aux Presses Universitaires de Grenoble.

 

Introduction

Chapitre 1 - Des friches culturelles aux nouveaux enjeux créatifs

Système Friche Théâtre Friche la Belle de Mai ; Les friches culturelles, entre enjeux artistiques et culturels ; Les friches culturelles, symptôme des mondes de l’art actuels ; Un environnement global en profonde transformation ; L’interdépendance créative : l’exemple des musiques actuelles.

Chapitre 2 - Des rapports transformés à l’art et à la culture

L’agencement des pratiques culturelles et de loisirs des Français ; Entre diversité et hétérogénéité culturelles ; La question centrale de la construction de nos identi­tés culturelles ; Usages culturels du numérique chez les jeunes et comportements contributifs.

Chapitre 3 - Une nouvelle approche du développement culturel

Un document d’orientation politique de la FNCC ; Le principe d’une émancipation par l’éducation individuelle ; De la médiation culturelle à l’injonction participative ; De la reconnaissance de la diversité culturelle à celle des droits culturels ; Mettre en oeuvre des politiques favorables à l’interculturalité.

Chapitre 4 - La structure inégalitaire de l’économie culturelle

Les asymétries du monde du spectacle vivant ; Les spécificités de l’économie artisti­que ; Une économie créative qui exacerbe certaines tensions ; La logique des indus­tries culturelles ; L’inquiétante réduction des enjeux culturels à ceux de l’économie marchande.

Chapitre 5 - Des démarches artistiques partagées

Bruit du frigo ; Un cadre de référence d’emblée interculturel ; Des conditions spéci­fiques de mise en oeuvre ; Des démarches à mieux favoriser.

Chapitre 6 - Des modalités coopératives au sein des organisations artistiques

Des directions artistiques collectives dans le spectacle vivant ; Le fondement histori­que d’une émancipation par la coopération ; De l’économie sociale et solidaire aux entreprises sociales ; Des formes réelles de mutualisation dans le champ artistique.

Chapitre 7 - Des formes territorialisées de coopération culturelle

La grappe d’entreprises Les Articulteurs ; Des regroupements coopératifs dans le champ culturel ; Des fonctionnements originaux à mieux appréhender.

Chapitre 8 - Des politiques culturelles publiques à reconfigurer

Rennes La culture, une ville en mouvement ; Le besoin de reconfigurations et de régulations plus systémiques ; Réorienter les politiques culturelles publiques ; Des projets culturels de territoire plus participatifs ; Un partenariat privé / public à reconsidérer.

Chapitre 9 - Des référentiels métiers et de formation artistiques à refonder

Une demande non validée de formation du Cefedem Rhône-Alpes ; Une perspective formative à réexaminer ; De nouvelles orientations à préciser.

Conclusion

 

Rappels :

Ici même, nous avons déjà évoqué les analyses de Philippe Henry.

 

Territoires et ressources des compagnies en France

 

Première contribution une construction de repères sur le champ du spectacle, la recherche dont les résultats sont présentés ici a privilégié une approche par filière, à partir du modèle économique des compagnies, tout à la fois porteuses de projets et implantées sur un territoire. L’approche interroge le lien entre la structure des ressources monétaires ou non monétaires des compagnies, le spectre de l’ensemble de leurs activités et leur distribution territoriale. Entre injonction d’excellence, ancrage local et rayonnement territorial, une typologie construite à partir des profils d’activité des compagnies de spectacle vivant permet de distinguer les compagnies selon l’origine de leurs ressources et la diversité de leurs activités.

 

* Recherche coordonnée par Daniel Urrutiaguer et Philippe Henry, maîtres de conférences respectivement à l’université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3 et à l’université de Paris 8 – Saint-Denis, ainsi que, pour l’enquête quantitative, par Cyril Duchêne, directeur des publics et du développement du Centre national de la danse. Certaines études de cas ont été réalisées par des chercheurs universitaires, Julie ValéroAgathe Dumont,Laure FernandezCécile Schenck (Paris 3), Laure de Verdalle (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Serge Proust (Saint-Étienne), Bérénice Hamidi-Kim (Lyon 2) etSéverine Ruset (Grenoble 3). François Rémond (Paris 3) et Cécile Delassus ont également collaboré à certains aspects de la recherche.

Le document

 Territoires et ressources des compagnies en France 

(synthèse et rapport intégral) est téléchargeable à cette adresse

 

On peut ajouter que lors de la séance plénière du COREPS Poitou-Charentes du 2 octobre 2012, Philippe Henry a développé son approche de l’économie actuelle du spectacle, entre spécificités d’une économie des biens singuliers et reconfiguration de nos modes de production et d’échange symboliques. Il y plaide pour des formes intensifiées de coopération entre organisations.

 

Le diaporama et l’enregistrement audio de l’intervention de Philippe Henry

Spécificités et tensions contemporaines de l’économie du spectacle en France 

sont consultables à cette adresse.

 

La Cité des sens avait rendu compte en son temps (dans la revue l’Observatoire n°37, hiver 2010 http://www.observatoire-culture.net   ) de l’ouvrage de Philippe Henry 

Spectacle vivant et culture d'aujourd'hui. Une filière artistqiue à reconfigurer.

Grenoble, PUG., 2009

Pour télécharger cette recension, c’est ICI. 

 

 

Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques ? (Décembre 2011

 

      Télécharger la contribution de PHILIPPE HENRY

 

(Texte mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale- Partage à l’Identique 3.0 non transposé).

 

 ♦ ♦ ♦

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 09:38

Note publiée le 20 janvier 2014

 

 

Il est donc urgent que la puissance publique affirme les principes communs à respecter par toutes les politiques culturelles, tant de l'Etat que des collectivités. J'avais indiqué au député Travert 7 la voie à suivre pour éloigner le spectre du corporatisme culturel. Il suffisait d'affirmer les finalités culturelles d'intérêt général que la France s'est engagée à défendre en adoptant les textes normatifs de l'Unesco. Le député Travert n'a pas tenu compte de ces valeurs culturelles universelles que nous avons pourtant pris la responsabilité de défendre aux yeux du monde. Il a préféré s'en tenir à l'approche sectorielle, donc corporatiste de la culture.

Malgré cela, dans le climat d'opposition introduit par le lobby des arts, il s'impose aujourd'hui que le dispositif de délégation soit rendu transparent et public et qu'il repose pour tous les acteurs de la négociation sur les valeurs culturelles universelles négociées à l'Unesco. Ce sera un cadre incontestable pour le débat public autour de la délégation culturelle, au sens où refuser de se référer tant à la Déclaration universelle sur la diversité culturelle qu'à la Convention sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel serait nous déjuger collectivement sur la scène mondiale.

Conclusion : si, en matière culturelle, le gouvernement veut vraiment faire des délégations le fer de lance de la modernisation de l'action publique, il lui faudra vite profiter de la délégation prévue pour la Bretagne pour affirmer de tels principes de discussion.

Il lui faudra aussi éviter de présenter au Parlement une loi sur la création artistique qui continue de privilégier les pratiques archaïques du corporatisme culturel. A l'inverse, il serait temps que les organisations culturelles professionnelles apprennent à rester à leur juste place : elles sont les indispensables ressources du développement de l'imaginaire humain mais elles ne sauraient, dans notre République, espérer penser l'intérêt général en lieu et place du législateur.

 

 

Ainsi se termine  la contribution de Jean-Michel Lucas  (à ce qui devrait être un vrai débat politique)

"Résister au corporatisme pour moderniser l'action publique culturelle"

(à propos de l'article 2 de la loi de modernisation de l'action publique et de l'affirmation des métropoles et de l'amendement « d'exception culturelle »)

JM Lucas et Doc Kasimir Bisou

1 Janvier 2014

 

Télécharger l’article de Jean-Michel Lucas

 

Autres contributions du même auteur sur La Cité des sens, cliquer ici.

 

Voir aussi sur ce blog : Actualités des politiques culturelles

 

 

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :


 Titre : La Cité des sens

 ISSN : 2270-3586

 

 

  

 Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

     Share

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...
  • Le spectacle de la tragédie et la violence de l'Histoire.
    RETOUR SUR AVIGNON 2016 En juin dernier [juin 2016], j'avais signalé ici-même que l e Festival d’Avignon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la FNCC et l’Observatoire des politiques culturelles avaient décidé de se...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...
  • Portraits de lecteurs (suite)
    Suite de la note précédente... Depuis 1975, date de la création du prix du Livre Inter, Radio France donne à ses auditeurs l’occasion de manifester leur passion pour la lecture et leur intérêt pour l’actualité littéraire. Entre janvier et mars, un appel...
  • Portraits de lecteurs : les jurés du Livre Inter.
    ¤ « J’aime les livres, les couchers de soleil sur la gravure, les livres, les rires de mon bébé, les livres, la Grèce, l’Italie, l’Irlande, les livres, le champagne en apéritif, les livres, la fumée des havanes de mon mari, les livres, les émotions, les...
  • Un historien au cabinet de la nouvelle ministre ?
    Un tout nouveau conseiller technique (au portefeuille bien chargé) serait pressenti pour rejoindre le cabinet de Françoise Nyssen. Il a déjà eu les honneurs (mérités) de ce blog en octobre 2016. Par ailleurs sa nomination ne manquera pas de réjouir les...