Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2004 5 31 /12 /décembre /2004 14:18

=== Note du 20 septembre 2004===

_____________________________________________________________

ARTICLE PARU dans LIBE le 16 septembre 2004

Le théâtre craint les pressions régionales

Des professionnels redoutent `la fin de la gestion associative.

Par René SOLIS

«Une page est en train de se tourner dans la conception de la culture par l'Etat. Depuis près de cinquante ans, celui-ci était censé préserver l'indépendance de la création. Aujourd'hui la porte est ouverte à toutes les dérives. Il s'agit d'un véritable enjeu politique et d'un choix de civilisation.» C'est au Théâtre du Rond-Point à Paris qu'Ivan Morane, président de l'association Scènes nationales, qui regroupe la majorité de ces quelque soixante-dix établissements publics répartis sur tout le territoire, a lancé hier ce cri d'alarme.

Paradoxe : ce n'est ni la crise des intermittents, ni les incertitudes budgétaires qui alimentent cette fois l'inquiétude des responsables de théâtres publics, mais la mise en application d'une loi votée sous le gouvernement Jospin à l'initiative du sénateur communiste du Nord Ivan Renar. Celle-ci visait à créer des Etablissements publics de création culturelle (EPCC), nouvelle structure juridique censée offrir plus de rigueur et de transparence dans la gestion des entreprises culturelles que le statut associatif généralement en vigueur. Or, estiment les responsables des Scènes nationales, la perte du statut associatif pourrait se révéler lourde de dangers, notamment en écartant des conseils d'administration les représentants de la société civile (public, adhérents, fondateurs).

Ils craignent que le passage en EPCC ne renforce le pouvoir des élus locaux qui pourront désormais accéder à la présidence des établissements ­, au détriment de l'autonomie artistique et financière garantie par le statut associatif. «Depuis quelques mois, estime l'association, les tentatives se multiplient, qui visent à imposer ce bouleversement statutaire à certains établissements du réseau, sans qu'apparaisse en terme de gestion ou de fonctionnement une réelle justification de cette volonté.»

De fait, il semble que dans certains cas, le passage du statut associatif à celui d'EPCC serve à certains élus locaux de prétexte pour se débarrasser de directeurs jugés indésirables. Comme ce fut le cas, au printemps, pour Jacques Pornon, directeur de la maison de la culture d'Amiens.

Du côté du ministère, on affirme qu'aucune consigne n'a été donnée pour inciter à l'abandon du statut associatif au profit des EPCC. Pour sa part, le Syndéac (le syndicat des responsables de théâtres publics), qui a été reçu mardi par le ministre de la Culture, demande un moratoire sur la question.

FIN DE CITATION.

__________________________________

Pièce à l'appui.

Motion votée par les adhérents du Syndeac

réunis en assemblée générale le 28 juin 2004.

Le Syndeac est profondément marqué par les récents exemples de

licenciements abusifs, parmi lesquels les directeurs du Théâtre de Nîmes, du

théâtre de Mazamet, du festival Octobre en Normandie, de l’opéra de Rouen,

de la scène conventionnée de Bourg en Bresse, de la Maison de la Culture

d’Amiens…), licenciements abusifs qui ont tous en commun le non-respect des

statuts et / ou la remise en cause de l’indépendance artistique du directeur.

Le Syndeac attend du ministre de la Culture, garant du respect de la

charte des missions de service public, qu’il rétablisse le fonctionnement normal

des structures mises à mal dans le respect de leurs statuts et qu’il provoque le

réexamen des décisions de licenciement des directeurs concernés.

Le Syndeac ne peut, en particulier considérer comme entériné le

licenciement de Jacques Pornon et demande que soient examinés attentivement

les éléments du conflit qui l’oppose à son conseil d’administration à la lumière

des statuts de la maison de la Culture d’Amiens.

Dans l’attente d’une définition claire des politiques culturelles - liée notamment

à la décentralisation - dans le cadre du projet de loi d’orientation pour le

spectacle vivant - le Syndeac réuni en assemblée générale, demande

solennellement la mise en place d’un moratoire immédiat sur toute modification

de statut et de label, et en particulier sur la mise en place d’EPCC.

Le Syndeac rappelle qu’il attend clairement de cette loi d’orientation la

redéfinition des missions de service public et des responsabilités entre l’État et

les collectivités territoriales.

=========== Note du 28 septembre 2004 =====

_________________________________

Après l'association des directeurs de scènes nationales (et le Syndeac, voir le dernier numéro de la Lettre du Spectacle), voici venu le tour de la SACD :
Communiqué de presse
Paris, le 16 septembre 2004,

La SACD est attentive au maintien de l'indépendance de la création dans les scènes nationales

La SACD partage l¹inquiétude des directeurs de scènes nationales qui ont
alerté ces derniers jours le Ministre de la Culture et de la Communication
sur les menaces pesant sur l¹autonomie artistique et financière des
établissements culturels à l¹occasion de l¹instauration progressive des
Etablissements publics de création culturelle (EPCC).

Si la volonté d¹accroître la rigueur et de renforcer la transparence dans la
gestion des entreprises culturelles est un objectif légitime, partagé par
l¹ensemble des professionnels, il ne faudrait pas qu¹elle remette en cause
l¹indépendance de la création qui doit rester un principe essentiel dans la
mise en oeuvre des politiques culturelles dans nos régions.

Aussi, la SACD appelle de ses voeux un débat constructif et serein autour de
la nécessité de concilier les principes de la décentralisation culturelle,
de la gestion rigoureuse des établissements culturels et de l¹indépendance
de la création.

__________________________________________________

========== Note du 27 octobre 2004=======

_________________________________

Paris, le 26 octobre 2004

Comité de liaison des EPCC.

_________________________________

L'Opéra de Rouen, ARTECA (Lorraine), MC2 (Grenoble, ARCADI (Ile-d-France) et La Commission du Film d'Ile-de-France, cinq de prermiers EPCC crées en France depuis le début de cette année se sont réunis pour examiner les difficultés communes qu'ils rencontrent. Ce premier rendez-vous vient ponctuer une période d'intenses échanges téléphoniques entre les directeurs ou les adminsitrateurs de ces structures qui, en créant ces nouvelles structures adminsitatives et juridiques rencontraient des problèmes inédits et devaient inventer des solutions.

________________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les EPCC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992
    Au printemps 1992, au moment où je participais à ce collectif et figurais parmi les premiers signataires de l'appel ci-dessous, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans, Benoît Hamon, 25 ans était assistant parlementaire d'un député PS avant de devenir...