Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 18:17

 

orly.JPG

 

* * *

Amiens

 

EPCC, le torchon brûle? C'est, du moins ce que l'on peut lire sur le site engagé Bellaciao.

 

La mise en autonomie des équipements de la mairie d’Amiens divise les communistes  !
dimanche 11 juin.

 

Voici un article du Courrier picard qui rend bien compte de la division du PCF à Amiens. D’un côté les militants qui cherchent à mettre en oeuvre le programme pour lequel la gauche a été élue, de l’autre les communistes devenus des notables qui ne veulent surtout pas se fâcher avec le maire au prix de compromissions inexcusables... Précisions : L. Beuvain est président du groupe communistes et citoyens. J. lessard est adjoint communiste aux finances et a combattu la mise en autonomie de la maison de la culture du temps de Gilles de Robien, l’ancien maire de droite...

La gauche privatise le débat

Vendredi 09 Juillet 2010

 Le sujet aura donné lieu à une étonnante joute entre élus de la majorité amiénoise de gauche et singulièrement entre conseillers communistes, le tout sous le regard médusé des autres élus.

 

LIRE LA SUITE sur BELLACIAO  

Confirmation de cet imbroglio picard sur le blog de Cédric Maisse, conseiller municipal communiste, délégué à Amiens-Métropole

En effet notre collectivité ne veut plus assumer la prise en charge des services publics.

Pourquoi peut-on parler de privatisation ? Car c'est bien connu, personne ne privatise en France. Nicolas Sarkozy ne privatise pas la poste, il change juste son statut ! La même chose avec GDF... L'autonomie c'est l'amorce du processus de privatisation.

La meilleure preuve : les syndicats du personnel d'Amiens Métropole s'inquiètent car un EPCC peut embaucher du personnel sous droit privé. Il y aura concurrence entre emplois publics et emplois privés au départ. Et au fur et à mesure, les emplois publics vont disparaître. On aboutira donc à une privatisation en douceur.

 

Aujourd'hui, on confie tout à des délégations de service public et on se lance dans une politique d'autonomisation du cirque, de l'ESAD, des maisons de retraite. Nous n'avons pas reçu de mandat pour cela. C'est ce que pensent nombre d'Amiénois qui ont signé notre pétition qui s'opposent à cette évolution libérale de notre politique. Et le personnel ? On voit ce que donne la délégation de service public confiée à la CFT. Une grève massive.

 

Notre collectivité doit pouvoir garder le contrôle de sa politique sur son territoire. En rendant autonomes nos services publics, nous cherchons à nous déresponsabiliser. Au passage, il est assez irritant de voir que le directeur actuel du cirque considère que l'EPCC est déjà effectif. Tout comme certains estiment que pour l'ESAD c'est déjà fait aussi ! Nous donnons tout pouvoir aux acteurs économiques qui privilégient toujours les profits au détriment du reste. Nous abdiquons notre rôle politique.

 

 

LIRE LE BLOG de C. Maisse

 

 

 

 

 

OUEST-FRANCE

 

 

 

Tribune de   Jean-Michel Djian 'Peut-on débattre de l'avenir de la culture?' :

 

 

Aujourd'hui, l'État plafonne ses dépenses culturelles à 2,9 milliards d'euros tandis que les villes, les départements et les Régions y contribuent pour plus de 7 milliards. Mais, au-delà de ce nouvel équilibre budgétaire, c'est d'une autre politique culturelle qu'il est question. Désormais, l'art et la culture sont d'abord un simple sujet comptable, ce qui les éloigne du débat public.

À l'heure où le divertissement est devenu une activité économique fort lucrative pour tous les groupes multimédias, l'action culturelle de proximité se sent ignorée par les politiques. Dans les conseils municipaux, les structures associatives ou au Parlement, le débat public « sur le fond » est inexistant.

L'influente fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC) veut alerter ses propres adhérents sur l'urgente nécessité de « redonner du sens au rôle des artistes dans la cité ».

 

Le blog Aux Arts etc... de Verviers (Belgique) – [comme vous le savez, le Tour de France n'hésite pas à franchir allègrement nos frontières nationales] - fait écho à ce point de vue et renvoie vers la littérature fédérale belge.

 

Affiche-Aux-Arts.gif

 

On nous adresse fort à propos un article de Ouest-France 'Peut-on débattre de l'avenir de la culture?' :

"Désormais, l'art et la culture sont d'abord un simple sujet comptable, ce qui les éloigne du débat public. (…) Dans les conseils municipaux, les structures associatives ou au Parlement, le débat public « sur le fond » est inexistant. (…) Non seulement l'État n'est plus en mesure d'imposer ses choix, c'est-à-dire d'arbitrer et d'impulser, mais il est absent pour penser, concevoir l'avenir culturel de l'ensemble du territoire."

Sans vouloir prétendre pallier cette absence, ne nous avouons pas vaincus de si tôt. Au-delà des particularismes français, la question de la politique culturelle des Etats nous intéresse, tout spécialement celle menée en Belgique.

La Déclaration de Politique Communautaire (DPC) de Juillet 2009 porte en son centre (pages 115 et suivantes) les priorités issues des Etats généraux de la Culture (2005) qui « restent d’actualité » : 1. renforcer l’accès et la participation des publics ; 2. améliorer la gouvernance de la culture ; 3. garantir les moyens de la politique culturelle ; 4. soutenir les artistes et les créateurs ;


Lire la suite

 

SEINE-SAINT-DENIS



Le président du Conseil Général du 9-3 enfonce le clou sur son blog sous le titre « Plus que jamais, la culture en danger »



Cet après-midi, je serai à Avignon pour participer à un débat organisé par le Syndéac (Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles) dans le cadre du célèbre festival de théâtre créé par Jean Vilar en 1947.

Cet échange public sera l’occasion pour moi de réaffirmer, encore et encore, l’absurdité de la réforme des collectivités territoriales et la mise à sac de la Culture orchestrée par le gouvernement.

 

LIRE LA SUITE



 



 

* * * *

 

 

Mon profil sur Diggons.com

 

compteur pour blog

 

Moteur de blogs NEToo Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Partager cet article

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac ep2c - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politique, culture, démocratie, actions citoyennes : devoirs de vacances
    ¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤ Trois textes déjà signalés ici (ou sur Scoop'It ) pour vos révisions sur la plage, à la montagne, à la campagne. VERS LA DÉMOCRATIE CULTURELLE. Une nouvelle saisine de la section des affaires européennes et internationales du Conseil...
  • De quoi "la culture" est-elle le nom?
    Pour transmettre, il faut être ouvert aux autres, y compris bien sûr à la pluralité des cultures et des langues, dont chacune est porteuse de biens à partager ; il faut diversifier ses critères et ses références, s’adapter, chercher des points de contact…...
  • Culture et politique : émancipation et démocratie.
    Voilà pourquoi la tâche de la démocratie est de diffuser la culture. Il est clair que tout individu humain peut évidemment accomplir ce travail réflexif… Il n’empêche que suivant la culture reçue, les individus seront plus ou moins aptes à réorganiser...
  • La barbarie au pluriel.
    ¤ Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu’à l’avenir. C’est une illusion dangereuse de croire qu’il y ait même là une possibilité. L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien...
  • Le spectacle de la tragédie et la violence de l'Histoire.
    RETOUR SUR AVIGNON 2016 En juin dernier [juin 2016], j'avais signalé ici-même que l e Festival d’Avignon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la FNCC et l’Observatoire des politiques culturelles avaient décidé de se...
  • Gauche, fin et suite : les visionnaires de 1992.
    Peut-être avez entendu lundi matin sur France Inter le géographe Jacques Lévy analyser le succès de la démarche d'Emmanuel Macron au lendemain du 1er tour des élections législatives en évoquant le couteau taoïste "C'est Lao-Tseu qui nous a donné la clé",...