Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 16:23

Dictionnaire culturel en langue française, sous la direction d'Alain Rey, Le Robert éd.

Fin de l'article politique

Les incompréhensions, les équivoques qui demeurent entre le pouvoir et le peuple laissent une part d'insaisissable en politique. Dans le dédicace de son extraordinaire petit traité, le Prince, Machiavel avait indiqué : « […] je pense qu'il faut être prince pour bien connaître la nature du peuple, et peuple pour bien connaître celle des princes ». Dans une note sur Machiavel, Merleau-Ponty fait ce commentaire :

[comme des miroirs disposés en cercle transforment une mince flamme en féerie, les actes du pouvoir, réfléchis dans la constellation des consciences, se transfigurent, et les reflets de ces reflets créent une apparence qui est le lieu propre et en somme la vérité de l'action historique. Le pouvoir porte en lui un halo, et sa malédiction -comme d'ailleurs celle du peuple qui ne se connaît pas davantage,- est de pas voir l'image de lui-même qu'il offre aux autres. C'est donc une condition fondamentale de la politique de se dérouler dans l'apparence.

Merleau-Ponty, Signes, p. 273

¤ ¤ ¤ ¤

 



* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Divergences
commenter cet article
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 15:50

Droite gauche

J'ai reçu ça dans ma boîte aux lettres électronique et professionnelle.

Il me semble que ça ne s'invente pas, une pure injonction paradoxale.

Petit jeu : quelle issue à ce double bind, selon vous?



            Madame, Monsieur






Je vous adresse en pièce jointe un exemplaire de l'avenant à la convention livre et lecture pour le versement de la subvention  2009,  je vous demande d'imprimer ce document en 4 exemplaires, de les retourner signés à l'adresse ci-dessous. 

Merci

Bonne journée

Monsieur le Président

Conseil général de

DCPSL /Service Culture/Madame X B 007

XXXXX XXXX Cedex



XXX Véronique
DCPSL/Culture
Affaires générales
01.XX.XX.XX.
Email :



Participez à construire l’Agenda 21 de XXX en allant sur le site
www.département de XXX.fr


Economisez le papier, n'imprimez ce document que si nécessaire.



* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 13:59

_mp3_les2_m   

* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 18:31

Je n'étais pas au courant, mais j'ai trouvé cette info sur le blog d'Evelyne Lehalle en même temps que je découvrais l'existence d'icelui.


Le spectacle de Johnny pour le 14 juillet a Paris a donc été financé par le ministère de la culture, directo ! Pour une grande partie. A quel titre ? Monument en péril ? Jeune artiste ? Aide à la diffusion d’un artiste peu connu ?  Nouvelle compagnie à encourager ? Un grand spectacle populaire gratuit avec un chanteur populaire, je n’y crois pas. Aucun spectacle n’est gratuit. Il faut bien que quelqu’un paye l’artiste, les musiciens, la location du matériel, les techniciens, la sécurité et le décor…Et pour les chanteurs  populaires, on n’a jamais vu que le prix du billet ait empêché ses fans du Peuple d’aller le voir. Ja-mais ! 
Ne pas associer le Maire de Paris était aussi un peu cavalier, car l’évènement avait lieu sur ses terres, et l’Etat, sauf cas de force majeure, ne doit rien faire qui puisse chagriner les élus sur leurs territoires.

Deux millions d’euros pour Johnny ? Que vont penser, en ces temps difficiles de crise, les  participants du Festival d’Avignon, les artistes, techniciens du spectacle, intermittents, jeunes troupes qui crient misère et hurlent au désengagement de l’Etat ?



LA SUITE 

= = = =

 




* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 16:16

Blog jean-claude pompougnac 07 07 09  

= =

Après l'affaire du journaliste de TF 1 viré grâce à la dilligente intervention du cabinet de Madame Albanel et après que le neveu de Tonton ait remplacé icelle, le ministère de la communication poursuit ses basses oeuvres... La continuité réside dans la maladresse.

Trouvé sur le site Numérama

Lorsque l'on veut soigner son image de marque sur Wikipedia en supprimant certaines informations sensibles, mieux vaut le faire le plus discrètement possible. Notre confrère PC Inpact rapporte ainsi que le ministère de la Culture a de nouveau édité une page de l'encyclopédie liée à la déroute de l'Hadopi, sans dissimuler ses traces.

L'adresse utilisée qui apparaît dans les logs de Wikipedia est en effet 143.126.11.222, une adresse qui renvoie à proxy-valois.culture.fr.

C'est-à-dire au ministère de la Culture. Sauf à ce que le ministère se soit fait piraté son accès à Internet malgré l'installation d'OpenOffice, c'est bien un fonctionnaire de la rue de Valois qui a modifié la page pour protéger un collègue, ou se protéger lui-même.

C'est le haut-fonctionnaire Olivier Henrard, juriste architecte du projet de loi Création et Internet sous les ordres de Christine Albanel, puis promu directeur adjoint du cabinet de Frédéric Mitterrand, qui a "bénéficié" de l'opération de toilettage. Sa biographie sur Wikipedia contenait en effet une partie sur la "controverse sur la loi Création et Internet" qui a été supprimée par le ministère. Eminent juriste et conseiller d'Etat, Olivier Henrard était présenté comme "co-rédacteur de la loi Hadopi", qui a ensuite été fusillée par le Conseil constitionnel comme étant contraire à la liberté de communication, à la présomption d'innocence, aux droits de la défense et à la proportionnalité des peines.

Aussitôt retiré, le passage a été réintégré par des internautes soucieux de présenter une juste biographie de celui qui préconisait d'apporter un disque dur comme preuve de sa bonne foi devant l'Hadopi, si l'on était accusé à tort.



  

* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Humeurs
commenter cet article
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 09:54

 

Blog jean-claude pompougnac 03 07 09 

Le bloggeur du jour se nomme Boris Compagnon et son site La ligne rouge.

Présentation :

Commentaires politiques de l'actualité française et internationale, syndicalisme français et européen, politique culturelle extérieure de la France...et aussi... Musique et littérature engagées et échanges épistolaires entre camarades du bout du monde...

Secteur : Institutions gouvernementales. Goûts musicaux : Jazz Funk Rock Popword Music et chanson française

Livres préférés : "Voyage au bout de la nuit""la tache""Cendrillon""Inde";

Ce bref descriptif laisse à penser que Boris Compagnon travaille dans le réseau culturel français à l'étranger. Ce que confirme sa note du 3 juin dernier :

La politique culturelle européenne introuvable ? Des maisons européennes de la Culture comme lieu possible d’incarnation de l’identité culturelle européenne

Depuis le traité de Maastricht, la gestion de la Culture a été reconnue, non sans mal devant la résistance des Etats, comme un domaine communautaire auquel deux objectifs sont assignés: l’épanouissement des cultures des Etats membres, ainsi que la mise en évidence d’un héritage culturel européen.

Un fragile équilibre existe entre ces deux objectifs qui peuvent se révéler contradictoires dans leur mise en œuvre : Miser sur la promotion de la diversité culturelle en mettant en avant les cultures régionales et locales ou insister sur la singularité culturelle européenne face au reste du monde ne relèvent pas des mêmes logiques : Dans un cas, on cherchera les éléments de distinction culturelle des nations ou des peuples en mettant en avant la variété de leurs richesses culturelles entendues au sens large, patrimoines historiques et littéraires, langues nationales, cultures populaires ou folklores locaux, alors que dans l’autre, on cherchera au contraire à mettre en avant ce qui les relie, en insistant souvent sur les grands noms et les grandes œuvres du patrimoine littéraire ou artistique européen. Il y a là deux visions et donc deux projets politiques potentiels bien différents, quoi que complémentaires.

(…)

Le traité de Lisbonne s’il était adopté, placerait d’ailleurs la Culture dans les champs de coopération communautaire où la règle de l’unanimité prévaudra. La règle de l’unanimité rendra donc difficile les initiatives partagées pour un renforcement d’une politique culturelle européenne car il existe des conceptions distinctes de la Culture au niveau européen, celle-ci étant vue plutôt comme une activité relevant d’initiatives privées dans les pays anglo-saxons, comme une activité destinée à être gérée par l’échelon régional en Allemagne, ou comme un élément important de la politique nationale et internationale de la France.

(…)

Etre un européen convaincu c’est ne pas se résigner à voir l’Europe traiter la Culture comme une question de deuxième ordre. Ou à laisser uniquement aux réseaux des instituts culturels nationaux la gestion politique et diplomatique des diverses cultures européennes présentées hors de leur pays d’origine.

Donner de la chair à une identité culturelle européenne serait par exemple mettre en place des maisons de la Culture européenne qui pourraient être des lieux d’incarnation possibles.



LIRE LA NOTE sur LA LIGNE ROUGE

 


Lorsque je dirigeais l'Institut français de Barcelone, j'avais eu l'occasion de travailler en étroite collaboration avec mes collègues du Goethe Institut, du British Council et de l'Institut italien de la culture et la municipalité de la capitale catalane. Cette idée de maison commune européenne me semble bien porteuse d'avenir.



* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 15:04

 

Information trouvée sur le blog Cultural engineering group weblog

 


Le Relais Culture Europe (RCE) et ses partenaires organisent une conférence de presse le 12 juillet à Avignon (Vaucluse) sur le thème : Pour une Europe de la Culture.
Elle s’inscrit dans le cadre des débats sur la redéfinition des bases du projet européen, auxquels le secteur artistique et culturel entend participer. 
Si les enjeux culturels semblent plus présents aujourd’hui dans les débats européens, la place de la culture doit être renforcée et, plus largement, profondément repensée au regard de la définition d’un nouveau modèle économique, industriel et social européen. 
Et, au-delà, de la place constitutive de la culture dans la définition et la construction d’une Europe politique et citoyenne.
Le Relais Culture Europe et ses partenaires (six réseaux contributeurs) proposent, à partir d’un travail collectif engagé depuis avril, de mettre en débat ces enjeux auprès d’artistes, de professionnels, d’intellectuels et de politiques, nationaux comme européens, pour ouvrir un espace de réflexion et d’échange sur la place constitutive de la culture dans ce projet.
Animée par le journaliste Arnaud Laporte, elle réunira Catherine Lalumière, présidente de RCE, les réseaux partenaires, deux représentants du Parlement européen et Odile Quintin, directrice générale de la Direction générale éducation et culture de la Commission européenne.


Ouverte au public, sur inscription, dans la limite des places disponibles, elle se tiendra de 15h à 17h au Cloître Saint-Louis, 20, rue du Portail Boquier. Le bulletin d’inscription, téléchargeable, est à renvoyer avant le 3 juillet par courriel ou par fax.
Contacts : Laurence Barone, Agathe Fadier, Relais Culture Europe, 132, rue du faubourg Saint-Denis, 75010 Paris (01 53 40 95 10 – culture@relais-culture-europe.org – fax : 01 53 40 95 19 www.relais-culture-europe.org )

Source : Ministère de la Culture et de la Communication.



Lire aussi, du même auteur Plus d'Europe pour la culture.


Avec les deux dernières décennies qui viennent de s’écouler, de la chute du mur de Berlin aux enjeux actuels de la mondialisation, la culture joue un rôle de plus en plus important et diffus dans la vie des citoyens européens.

Preuve de cette plus grande prégnance de la culture, l’adoption en 2007 par l’Union Européenne de l’ « agenda pour la culture à l’ère de la mondialisation ». Il s’agit pour l’Union de la première véritable démarche stratégique en direction de la culture, ce qui est loin d’être anodin.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas dans le détail l’histoire ou le fonctionnement des institutions européennes, l’adoption de cet agenda est une véritable innovation, au sens propre du terme. Ceci acte désormais en effet que la culture figure à part entière dans la catégorie des politiques prioritaires de la Communauté européenne, ce qui n’avait jamais été le cas à ce niveau.

Auparavant, la mécanique se résumait à des programmes thématiques, des appels à projets, à la prise en compte de la culture comme un critère, à une logique relativement classique de financements croisés. Pour résumer : de la technique de dossier mais pas d’ambition de politique culturelle.



Lire la suite

 


L'ENIGME DU DIMANCHE.

Dans un tout autre registre, et littérairement bien plus palpitant, l'enquête de Martine Silber sur la curieuse enseigne d'une boutique sise boulevard Péreire «Au chirurgien assassiné »... ses hypothèses et les contributions de quelques commentateurs. A suivre, C'EST ICI...


¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 


* * * *

Pompougnac 12     

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 14:20

Le communiqué nécrologique, artistique et lyrique est une constante spécialité des ministres de la culture successifs..

Hommage au nouveau qui fait sur cette scène brillante et funèbre, une entrée remarquable

Hommage de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication,
à Mickael Jackson.

vendredi 26 juin 2009

Avec Michael Jackson, disparaît un artiste exceptionnel dont la musique, les spectacles et la grâce personnelle ont enchanté le monde entier et marqué plusieurs générations d’admirateurs.

Nous avons tous un Michael Jackson en nous, dans la mesure où chacune de ses apparitions artistiques suscitait bonheur et plaisir. Le fait que sa vie ait été l’objet de polémiques et de souffrances rendait sa présence d’autant plus émouvante. En rejoignant les mythes fracassés dont la culture américaine est prodigue tels Marylin Monroe, James Dean ou Elvis Presley, il emporte avec lui le rêve impossible de l’adolescence perpétuelle.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

BONUS : uns scoop qui fait froid dans le dos

* * * *

Pompougnac 12     

= = = = = = Découvrez BlogMemes

= = = = = = blogmemes"

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 15:36

Georges_pompidou

 

La beigne

par Lucien Marest, Maire-Adjoint délégué à la Culture d'Aubervilliers (1995-2008)

Tribune publiée dans L'Humanité du 21 juin 2009

Les rêveurs de la culture pour tous ont-ils échoué ?

Curieuse manière de célébrer le 50e anniversaire de la création du ministère des Affaires culturelles par le général de Gaulle que de n’en rien dire ou presque ! Dommage, ça nous aurait fait rire un peu de découvrir que cette idée d’un ministère de plein exercice, séparé du ministère de l'instruction publique et de l’Académie des beaux-arts, était en réalité une suggestion de Pompidou, alors directeur de cabinet du Général, lequel devait brillamment résumer la chose en recevant Michel Debré, son premier ministre : « Vous devriez faire de Malraux un ministre des Affaires culturelles, cela donnerait du relief à votre gouvernement. »

Va pour le relief, car en ce qui concerne les moyens, il faudra attendre l’irruption de la gauche, en 1981, pour constater un authentique effort budgétaire de l’État. En réalité, les premiers fondateurs de l’action publique pour la création artistique, sans remonter à la Révolution française, ne sont ni Malraux ni Lang, mais les artistes eux-mêmes, singulièrement ceux du théâtre, associés à des municipalités souvent à direction communiste, notamment en région parisienne. Un mouvement artistique ancré autour de la décentralisation théâtrale, de l’implantation de bibliothèques, puis de conservatoires de musique.

Mais aussi un mouvement social dont l’essor doit beaucoup à la prise en gestion directe des oeuvres sociales des comités d’entreprise par les élus des syndicats, notamment après 1968. Enfin, troisième mouvement, indissociable des deux précédents, la montée en puissance et en espérance du mouvement politique de rassemblement à gauche autour d’un programme de gouvernement pour enfin sortir la droite au pouvoir, presque sans interruption, depuis la Libération. Aujourd’hui, de toutes parts, on nous dit le malaise né d’un divorce croissant entre les artistes et le ministère de la Culture, mais, plus grave encore, on souligne, pour s’en plaindre, une indifférence ignorante de la gauche à l’égard de la création, de la culture, des artistes.

C’est peu de dire que tout le mouvement artistique se trouve menacé si cette situation devait pourrir en perdurant. La droite d’inspiration autoritaire qui gouverne l’a compris : c’est un premier danger. « De fait, écrit le porte-plume du président de la République à sa ministre de la Culture, notre politique culturelle est l’une des moins redistributives de notre pays. Financée par l’argent de tous, elle ne bénéficie qu’à un tout petit nombre. » Évidemment, le 1er août 2007, Sarkozy ne pouvait pas savoir qu’un tel argument se retournerait comme une beigne lorsqu’il dispenserait à fonds perdus des milliards d’argent public pour renflouer les banques, toutes plongées dans les « eaux sales et glacées » du « calcul égoïste ».

Mais enfin, l’attaque est ciblée. Les rêveurs de « la culture pour tous » ont échoué, il est temps de les sanctionner et d’amorcer un processus de régression de leurs financements. Telle est bien l’orientation annoncée de la politique culturelle en 2009. Dans ces conditions, ceux qui veulent à juste titre redonner de l’ambition au ministère de la Culture ne devraient pas apporter leur pierre à ceux qui veulent le détruire.

Le deuxième danger, c’est l’état du mouvement social. Ce n’est pas ici qu’on sous-estimera ce qu’il montre de combativité depuis le début de l’année. Mais impossible non plus de ne pas voir ses limites professionnelles et politiques.

Le troisième danger pour le mouvement artistique, c’est vraiment la nature de l’espoir social et politique en cette fin d’année scolaire. Juste après le verdict abstentionniste ultramajoritaire des élections européennes, il reste un peu plus qu’un frémissement grâce à la mobilisation réussie du Front de gauche. Les formations qui le composent ont reçu le soutien d’intellectuels, d’écrivains, d’artistes, de scientifiques qu’on a pu remarquer. Il faut que cela réveille en nous ce vieux fond révolutionnaire qui, dans notre pays, associe les intellectuels, les artistes et le mouvement populaire. Sans cette alliance, qui ne ressemblera pas à ce qu’elle était dans les années 1980, le monde de la culture n’est plus suspendu qu’à un fil.

Sans ce retour moderne vers tous les lieux de pensée, syndicaux, associatifs, politiques, artistiques, il n’y a pas plus d’avenir pour la culture en général, qu’il n’y en a pour changer la société.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Remarques :

  1. pour le plaisir de publier une photo de quelqu'un qui a, sans complexe, la cigarette au bec. Par les temps qui courent, ça soulage.

  2. Une erreur quasi freudienne s'est insinuée dans une citation du Manifeste du parti communiste par l'auteur de cette tribune. Saurez-vous la retrouver?


* * * *

Pompougnac 12     

= = = = = = Découvrez BlogMemes

= = = = = = blogmemes"

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Les politiques culturelles en débat
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 23:52
Invitation
en Avignon
Vendredi 17 juillet
au Théâtre des Doms
à 11h30

présentation du livre

"La Bataille de l'imaginaire"

proposé par les Rencontres d'Archimède
sous la direction de Cecil Guitart

aux éditions de l'Attribut

en présence de quelques auteurs

Depuis plus de dix ans, les Rencontres d'Archimède 
rassemblent chaque année des responsables culturels
 qui réfléchissent sur l'évolution de l'action culturelle et de ses politiques. 
Dix ans, c'est l'occasion d'une publication de textes à partager, rédigés par :

Robert  ABIRACHED, Fabienne  AGUADO, 

Jean-Christophe BAILLY, BAPTISTE- MARREY, 

Georges BUISSON, Jean-Gabriel CARASSO, 

Daniel CONROD, Michel DEUTSCH, 

Jean-Claude DUCLOS, Étienne FÉAU, 

Daniel GIRARD, Cécil GUITART, 

Jean-Louis HOURDIN, Christine LEPRINCE, 

Jean-Michel LUCAS, Marc Le GLATIN, 

Marc MARTIN, Martine MOLLET, 

Marie-José  MONDZAIN, Roland RECHT, 

Aziz RIDOUANE, Gilberte TSAI 

Patrick  VIVERET, Raymond  WEBER...


Merci de diffuser cette information autour de vous


en savoir plus, à partir de début juillet sur :

http://www.editions-attribut.fr/

 

= = = = = = = = = =

 

= = = = =

 * * * * *

Pompougnac 12     

= = = = = = blogmemes"

 

compteur pour blog

Repost 0
Published by J.C. POmpougnac Jean-Claude Pompougnac - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : La Cité des sens. Culture et politique.
  • La Cité des sens. Culture et politique.
  • : Les politiques culturelles aujourd'hui et leur histoire. Culture et politique, ressources, documents, analyses et débats par Jean-Claude Pompougnac .
  • Contact

Profil

  • Jean-Claude Pompougnac
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu  DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.
  • Responsable du service de la recherche à la BPI (Centre Pompidou) puis conseiller au cabinet du Ministre de la culture (Jack Lang), j'ai dirigé ensuite la Délégation au développement et aux formations de ce même ministère. A l’issue d’une alternance politique, très élégamment remercié par Jacques Toubon arrivé rue de Valois je me suis vu offrir le poste de directeur de l'Institut français de Barcelone. Quatre ans après, le ministère des affaires étrangères a jugé mes compétences insuffisamment diplomatiques. En conséquence, à partir de 1999, j'ai dirigé la DRAC Centre à Orléans. Remercié par la Droite,. j'ai ensuite crée l'un des premiers EPCC, ARCADI en Île-de-France. Remercié par la Gauche je suis devenu DAC de la ville de BONDY (93). Aujourd'hui consultant. Membre de l'Institut de coopération pour la culture et correspondant du Comité d'histoire du MCC où j'ai contribué à la conception de séminaires et de journées d'études.

Recherche

Articles Récents

  • Politiques de la culture : quand des mots changent de sens.
    La maîtrise du temps, liée à des logiques économiques et libérales, a imprégné le champ artistique et culturel, asservissant le travail culturel et artistique à des temps non-artistiques. Qu’il s’agisse de l’action culturelle passée de la longue durée...
  • Les politiques culturelles en débat : questions de sens.
    Bien rares sont les commentaires publiés sur ce blog consacré aux rapports entre culture et politique ! Et qui plus est, compte tenu de l'ergonomie de cette plate-forme, ils ne sont pas très visibles. Ma note précédent ( Mettre l'artiste au cœur de la...
  • Mettre l'artiste au cœur de la cité ?
    UNE ARCHIVE... Je fouille, je range, je classe... ces dernières semaines, comme vous, j'ai compris de nouveau que le pire n'est pas toujours certain. Mais quand même! Grosse fatigue ! J'essaie de mettre de l'ordre, à défaut de pouvoir le faire dans mes...
  • Institution et formation
    Recension de cet ouvrage collectif, tiré de la thèse de Sébastien Charbonnier : « Quand y a-t-il philosophie ? Apprendre la pratique d'un art de penser » publiée sous le titre : Que peut la philosophie ? , Éd. du Seuil, 2013 Si cet ouvrage figure dans...
  • Équipements culturels, centres d’intelligibilité du monde ?
    Suite de la note précédente consacrée aux politiques de développement de la lecture et à un retour sur la journée d'études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de...
  • L'école et la démocratisation de la lecture.
    J’avais déjà signalé ici même la Journée d’études Livre, lecture et politiques de démocratisation culturelle organisée par l’ENSSIB, la BPI et le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, il y a un peu plus d'un an. Cette journée...